Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 17:00

 

Mise à jour mardi à 9h00

 

 

 

Assemblee-nationaledetail.jpg

 

 

 

 

 

D'après les journaux de France Culture et les chroniques d'Hubert Huertas, Dominique Reynier...


 

Une Assemblée Nationale normale

 

 

 

Cette élection aura été marquée par le fait que la gauche n'a jamais obtenu autant de sièges à l'Assemblée Nationale, un nombre record de femmes élues, la disparition du centre (2 députés), la montée de l'influence du Front National dans la vie publique (2 députés), et l'effondrement du sarkozysme.

 

L'UMP

 

En 2007, la droite, si l’on cumule l’UDF qui deviendrait majoritairement le Nouveau Centre, les divers-droite, le Mouvement pour la France, les chasseurs, et l’UMP, avait atteint 54% des voix.

 

Le 10 juin 2012, la droite hors Front National était 20 points au dessous, à 34,7%. La baisse était considérable et la droite ne disposait d’aucune réserve électorale au second tour avec la dispartion du centre au premier tour (1,8%).

 

Néanmoins la droite a conservé des troupes à l’assemblée nationale, et entre dans l’opposition avec une force de 216 députés. Donc la droite existe encore, et elle existera.

 

Ce n’est pas le cas du Sarkozysme. De nombreux ministres de l’ancien gouvernement ont tenu bon, Jean Léonetti, Laurent Wauquiez, François Baroin, mais les plus emblématiques de la Sarkozie étaient en délicatesse au premier tour. Au second tour, Nathalie Kosciusko Morizet et Xavier Bertrand se sont tirés d’affaire, Frédéric Lefebvvre envoyé dans une circonscription imperdable en Amérique du Nord est éliminé, Nadine Morano et Claude Guéant sont battus et, si Henri Guaino comme Patrick Balkany sont élus, Manuel Aeschliman et Benjamin Lancar - Président des Jeunes Populaires  - tous deux jeunes étoiles de l’ancien président ont connu une cuisante défaite.

 

En refusant de suivre Nadine Morano qui s’interrogeait sur les valeurs partagées avec le FN, l'UMP a évité une stratégie suicidaire. Après avoir perdu  ses alliés au centre, l'UMP aurait été amené à se fondre dans une sorte d’alliance avec le Front National. Reste donc à savoir comment se sont comporté les derniers électeurs centristes qui sont restés à l’intérieur de l’UMP. Se sont-ils abstenus, sont-ils restés fidèles à l'UMP, ou ont-ils voté PS ?
 

L’UMP n’a pas été capable de faire ce que les socialistes ont fait : organiser la survie de partis alliés avant le second tour.

 

 

La dispariton du Centre

 

Au second tour de la présidentielle, 40% des électeurs de François Bayrou  ont soutenu Nicolas Sarkozy tandis que 30% ont voté en faveur de François Hollande. Réélu sans discontinuité depuis 1986,  François Bayrou, qui avait pris position en faveur de François Hollande entre les deux tours, est battu à Pau.

 

 

Le FN

 

Le FN : 14% au premier tour, c’était son 2ème meilleur score.  Il a réglé son problème de financement, ce qui va lui permettre de reconstituer une force politique. Au second tour de la présidentielle, 60% de ses électeurs s'étaient reportés sur Nicolas Sarkozy, 15% sur François Hollande. Sur les 3 députés qui pouvaient être élus : Marion Le Pen, et Gilbert Collard ont obtenu la majorité des suffrages dans leur circonscription respective, et Marine Le Pen a frôlé la victoire.

 

 

La gauche

 

Jamais la gauche n'avait obtenu autant de sièges. Le Parti socialiste et ses alliés obtiennent la majorité absolue.

 

Avec 343 sièges - en incluant les 2 élus indépendantistes martiniquais -, le gouvernement n’a pas de majorité de révision pour faire voter la proposition de vote des étrangers aux élections locales  avec les sénateurs. Il aurait fallu qu’il obtienne 377 députés pour pouvoir réformer la constitution sans passer par le référendum.

 

Mais la dynamique du premier tour s'est amplifiée : 8 régions ont basculé (La Basse et Haute Normandie, l'Ile-de-France, la Lorraine, la Bourgogne, le Languedoc Roussillon, les Pays de la Loire et la Picardie).

 

Les 24 ministres candidats ont tous été élus.

 

15 députés permettent de créer un groupe parlementaire. Avec 17 élus Les Verts vont pouvoir créer un groupe parlementaire, ce qui ne sera pas le cas pour le Front de Gauche.

 

 

L'abstention

 

L'abstention a atteint un nouveau record absolu dimanche, 43,71% selon les chiffres définitifs du ministère de l'Intérieur ne comptabilisant pas les Français de l'étranger. C'est un point de plus qu'au 1er tour (42,77%) et un record absolu sous la Ve République pour ce type de scrutin.

 

 

Les femmes à l'Assemblée Nationale

 

Le nombre de femmes élues atteint un record : 155 députées sur 577, soit 26% de l'effectif de l'Assemblée Nationale.

 

 

- - - -

 

 

La France est passée de l'hyperprésidence à l'hypermajorité.

 

Les français ont manifesté leur volonté de mettre un terme à la droitisation de l'UMP dont certaines grandes figures ont été battues : Claude Guéant, Michèle Alliot Marie, Nadine Morano, Frédéric Lefebvre, Guillaume Peltier. L'hécatombe est encore plus nette parmi les figures de second plan telles que Eric Raoult, Hervé Novelli, Valérie Rousseau-Debord. La droite des sarkozistes décomplexés est largement touchée : la moitié des députés de la Droite Populaire n'est pas élue.

 

Les électeurs ont aussi traduit dans les urnes leur décision de rejeter la politique des coups d'éclat, de la com et du gouvernement par les sondages d'opinion, et  les super egos qui ont dominé la vie politique et les médias depuis 2007, de l'extrême droite (Marine Le Pen), du centre (François Bayrou), au parti socialiste (Ségolène Royal), à l'extrême gauche (Jean Luc Mélanchon), et à l'UMP (Nicolas Sarkozy).

 

Les cartes ont été rebattues, la gauche a le pouvoir dans la majorité des collectivités territoriales, au Sénat, et maintenant à l'Assemblée Nationale. Elle détient toutes les clés institutionnelles de l'avenir politique de notre pays à tous les niveaux de la vie publique.

 

Les français lui ont accordé massivement leur confiance.

 

La route est à présent dégagée mais la voie est étroite.


Car d'un côté de la route, les français ont conscience du caractère tragique de la situation économique européenne et mondiale: ils ne peuvent feindre d'ignorer que l'Etat devra trouver 10 milliards d'euros pour respecter ses engagements européens en matière de réduction du déficit public d'ici la fin de l'année.

 

Et de l'autre côté, ils - plus précisément, la majorité des électeurs qui ont voté : 56,29% de votants - veulent aussi une France "normale" *, un Etat moins dur avec les faibles et plus ferme contre les forts; une France plus juste et plus unie.

 

Ils attendent de la gauche au pouvoir qu'elle fasse preuve à la fois d'humilité et de générosité, d'efficacité, de probité (transparence), et de réalisme.

 

Et qu'elle fasse oublier son obscure envie de perdre.

 

La gauche de gouvernement doit garder en mémoire pendant les cinq années qui viennent que 2 électeurs de l'UMP sur trois étaient favorables entre les deux tours des législatives à un rapprochement avec le Front National.

 

Je souhaite qu'elle parvienne à réduire cette proportion en restaurant la force optimiste des valeurs de fraternité républicaine tout en améliorant simultanément le niveau de vie des "classes populaires" abandonnées aux lisières des villes, dans les zones désindustrialisées, et dans la "France rurale" éloignée des services publics.

 

Elle devra exorciser les charmes de l'ethnosocialisme que pratique le Front National par exemple à Hénin-Beaumont.


Tels sont les deux enjeux  fondamentaux de la période 2012-2017.

 

 

* écouter la chronqiue de Marie Darrieussecq sur le normal et le pathologique du mardi 20 sur France Culture

 

Plume Solidaire

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 17:00

 

 

Mise à jour lundi 18 juin à 15h

 

 

 

table-fete.jpg

 

 

Je suis parfois étonné qu'une simple note, jointe en la circonstance à l'appui d'une demande de logement, permette d'éclaircir une situation, et d'aboutir au résultat attendu.

 

Tel est le cas de celle-ci.

 

La mère de cette dame atteinte du VIH, ne parvenait pas à exprimer clairement le motif de sa demande.

 

Grâce à l'attribution de ce nouveau logement, elle a retrouvé très vite son propre équilibre et pu se faire embaucher comme formatrice dans l'entreprise dans laquelle elle était antérieurement bénévole.

 

Plume Solidaire

 

- - - - - - - -

 

 

Madame ...............

.................................

75019 PARIS

 

 

 

 

 

 

MOTIF DE MA DEMANDE DE LOGEMENT

 

 

 

 

Ma fille, âgée de 46 ans est atteinte d’une grave maladie depuis 1988, et vivait à mon domicile où je l’assistais en permanence dans ses soins quotidiens.

 

Sur avis médical, dans le but de préserver ma propre santé suite à plusieurs séjours en hôpital consécutifs à l’état de santé de ma fille, et mon état de santé contribuant à l’aggravation de celui de ma fille, elle a pu bénéficier de l’attribution d’un logement social en 2003.

 

Lors des périodes au cours de laquelle ma fille est victime de maladies opportunistes, il est impératif qu’elle puisse séjourner temporairement à mon domicile en raison des soins qui lui sont prescrits, et de la surveillance permanente (jour et nuit) que nécessite son état.

 

 

Fait à Paris, le 15 janvier 2011

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 17:00

 

 

En France, l’Exécutif et la Justice sont les maillons faibles

de la lutte contre la corruption 


 

carton rouge

 

 

 

 

L'âge moyen des députés de l'Assemblée Nationale sortante est de 59 ans et 10 mois; 53 d'entre eux ont plus de 70 ans, et 1 député a plus de 80 ans (source : Assemblee-natinale.fr).

 

L'Assemblée Nationale était donc dans une large mesure un club de 3 ème âge frôlant le quatrième, et cumulant retraite professionnelle et indemnités à hauteur de 13 512 € bruts mensuels, auxquels s'ajoutent 9 138 € bruts par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer les collaborateurs, et une série d'avantages tels que : accès gratuit à l'ensemble du réseau SNCF en 1re classe, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d'un abonnement internet (source : Journaldunet)

 

Nombre d'entre eux ont aussi des mandats électifs locaux, et peuvent cumuler leur indemnité parlementaire et les indemnités d'autres mandats électifs dans la limite d'une fois et demie le montant brut de l'indemnité parlementaire de base, soit 8 272,02 €. Un parlementaire ne peut donc percevoir plus de 2 757,34 € au titre de ses mandats locaux.

 

Pour le citoyen deux questions se posent : le rajeunissement de l'âge moyen de la représentation nationale, et l'usage qui est fait par les députés des sommes qui leur sont allouées par la République pour exercer leur mandat.

 

J'avais pris connaissance avec intérêt du Quinzième rapport de la Commission pour la transparence financière de la vie politique  paru le 25 janvier 2012.

 

Le lendemain dans un article intitulé Transparence des élus : et si on appliquait enfin les sanctions ? le site Rue89 faisait état du rapport de la commission dont il présentait une synthèse que voici :

 


"Des déclarations de patrimoine oubliées, des prêts difficiles à contrôler, une justice qui classe tous les dossiers : la Commission pour la transparence financière de la vie politique perd patience. Elle réclame que les élus concernés soient déclarés inéligibles, comme le prévoit la loi.


Cette sanction radicale aurait dû s'appliquer à pas moins de 13% des sénateurs, 9% des conseillers généraux et même 25% des conseillers régionaux, 199 élus au total. Ils étaient censés remettre à la Commission une déclaration de patrimoine au début puis à la fin de leur mandat, dans un délai de deux mois.


Une obligation destinée à repérer les enrichissements douteux, et prise à la légère par une partie des intéressés. La Commission, qui réunit des magistrats de la Cour de cassation, de la Cour des comptes et du Conseil d'Etat, est lassée de devoir réclamer ces documents.


Dans son dernier rapport, publié mercredi au Journal officiel, elle lance donc un avertissement : désormais, elle réclamera « systématiquement » l'application de la loi aux retardataires, c'est-à-dire leur inéligibilité, prévue depuis 1988, et une amende de 15 000 euros, prévue par une loi votée en 2011."

 

Le rapport de Transparency International relève le même dysfonctionnement.

 

Le gouvernement saura-t-il clarifier cette situation et édicter des règles de déontologie analogues à celes que les ministres ont signées, pour mettre un terme à ces déviances ?

 

La question de la parité femme-homme au sein du gouvernement a été résolue de manière à la fois digne et élégante. Quant au rajeunissement de la représentation nationale, pourquoi ne pas instaurer une limite d'âge corrrespondant à l'âge de la retraite obligatoire (65 ans), et imposer la règle du non cumul des mandats...Mais c'est une autre affaire.

 

Plume Solidaire

 

 

- - - - -

 

 

Un nouveau rapport de Transparency International montre que les règles de transparence encadrant la vie politique et économique française ne sont pas à la hauteur de celles en vigueur dans plusieurs autres pays européens. La France est notamment le seul pays avec la Slovénie où les déclarations de patrimoine et les déclarations d’intérêts des parlementaires ne sont pas rendues publiques. Pour que notre pays se hisse enfin au niveau de ceux qui donnent le plus de garanties contre la corruption, nous attendons du Gouvernement et du Parlement français qu’ils mettent pleinement en œuvre les engagements pris par le Président de la République François Hollande.



Paris, 6 juin 2012. Dans un rapport inédit publié aujourd'hui, Transparency International (TI) compare l’efficacité des mécanismes anti-corruption de 25 pays européens, dont la France.



Si aucun des 25 pays évalués ne dispose d’un système de lutte contre la corruption totalement efficace, certains se distinguent par des garanties plus solides : les pays scandinaves d’abord, suivis par l’Allemagne, la Finlande, la Suisse et le Royaume-Uni. Sans surprise, la Bulgarie et la Roumanie sont considérés comme les pays dont les institutions sont les moins efficaces dans leur action contre la corruption.



Parlement, Exécutif, Justice : les maillons faibles du système d’intégrité français



La France ne fait pas partie des deux groupes d’Etats les plus performants. Son système national d’intégrité est situé sur le même plan que celui des Pays-Bas et de la Belgique. Bien que relativement solide, il se caractérise par certaines faiblesses notamment au niveau du Parlement et de la protection des déclencheurs d’alerte. Le rapport met par exemple en lumière le fait que la France est le seul pays, avec la Slovénie, où les déclarations de patrimoine et les déclarations d’intérêts des parlementaires ne sont pas rendues publiques.

 


Outre le Parlement, l’Exécutif et la Justice sont en France les maillons faibles de la lutte contre la corruption. La France se distingue en cela des autres pays européens. Autre différence, les services publics et la société civile sont bien notés en France alors qu’ils occupent respectivement le 11ème et 8ème rang dans la moyenne européenne. A l’instar de la plupart pays européens, les institutions qui arrivent en tête sont les juridictions financières (Cour des comptes, chambres régionales des comptes) et les organes de contrôle des élections.

 


Le Gouvernement et le Parlement français doivent pleinement mettre en  œuvre les engagements pris par le Président de la République François Hollande



La mise en relief du retard français par rapport à ses voisins d’Europe du Nord vient rappeler une nouvelle fois la nécessité de mettre en œuvre les recommandations prioritaires contenues dans le rapport de TI France publié en décembre dernier.

 


Le Président de la République François Hollande enverrait un signe fort en mettant pleinement en œuvre les engagements qu’il a pris en réponse aux 7 propositions de TI France pour renforcer l’éthique de la vie publique [1]. C’est là une condition essentielle pour que la France rejoigne enfin le groupe des pays d’Europe les plus vertueux. Signalons qu’une première étape a déjà été franchie avec l’adoption, à l’issue du premier conseil des ministres, d’une charte de déontologie pour les membres du gouvernement.

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?