Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 09:00

 

  Mise à jour mercredi 20 juin à 10h45

 

 

melanome.jpg

 

 

 

En juillet 1987, la charmante coiffeuse qui me rafraîchissait le cuir chevelu chaque mois, m'avait fait remarquer que j'avais une tache suspecte sur la tempe gauche. Elle avait observé que sa taille augmentait au fil de mes passages dans son salon de coiffure. Et elle me suggérait de consulter un médecin.

 

J'en parle à ma femme, qui prend sans attendre rendez-vous chez une dermatologue qui, je l'ignorais jusqu'à la consultation, était une ancienne camarade de classe au lycée.

 

Elle me fait un prélèvement pour analyse en laboratoire, me donne un second rendez-vous impératif quelques jours plus tard, m'interdisant de partir à mon stage d'alpinisme à La Bérarde dans la Vanoise.

 

A la seconde consultation, elle m'annonce qu'il s'agit d'une tumeur maligne, m'explique ce qu'est le mélanome malin, et m'informe que je suis attendu à l'Hôpital de la ville à 17 h 00 pour une intervention chirurgicale le lendemain matin.

 

Une première opération enlève le mélanome et un périmètre de peau de 5 centimètres de rayon.

 

Quelques jours plus tard une seconde opération me prélève un lambeau de peau sur le crâne pour l'implanter à cet endroit.

 

Depuis une balafre verticale me traverse la joue gauche, et je dissimule habilement avec la complicité de mon coiffeur la partie chauve de mon temporal gauche.

 

J'ai même pas mal, et je ne pense jamais à cet épisode douloureux. La cicatrice est une trace à laquelle je ne prête que peu d'attention quand je me rase et que je me regarde dans la glace.

 

Pendant de nombreux mois j'ai évité de passer devant le salon de coiffure, lieu originel des souffrances endurées. Je n'ai pas eu le courage d'aller exprimer ma reconnaissance à ma jolie coiffeuse. Un jour, je me suis décidé à retourner dans ce salon, mais elle n'y travaillait plus.

 

J'ai ressenti alors la culpabilité de l'ingratitude.

 

Cette expérience m'a fait comprendre la fragilité de la vie.

 

J'y ai repensé lorsque je me suis interrogé sur la question de la reconnaissance dont témoignent certains de nos usagers, et du silence ou de l'oubli que manifestent d'autres. Silence et oubli auxquels nous aurions bien tort d'attribuer des intentions volontaires.

 

L'absence de gratitude n'est pas nécessairement l'expression de l'ingratitude. Elle procède bien souvent de l'oubli des problèmes résolus aussitôt remplacés par une nouvelle série de problèmes à résoudre qui accaparent l'esprit.

 

Cela m'a beaucoup aidé à contempler "la splendeur renouvelée de chaque matin." * 

 

 

Plume Solidaire

 

 

* Henry David Thoreau


 

Source : le jdc

 

Mélanome métastatique : mise en évidence d'une nouvelle thérapie ciblée

 

 

(Relaxnews) - Des chercheurs français ont réalisé une étude démontrant l'efficacité d'une nouvelle thérapie ciblée destinée à traiter les patients atteints d'un mélanome métastatique ou avancé. Présentés à l'occasion du 48e congrès de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO), les résultats de cette étude pourraient permettre à long terme d'améliorer l'arsenal thérapeutique contre ce cancer de la peau.

 

Présentée par le Dr Caroline Robert, cancérologue et chef de service de dermatologie de l'Institut Gustave Roussy (IGR), cette étude a permis de comparer la nouvelle thérapie ciblée - la molécule trametinib - à deux chimiothérapies actuellement utilisées en traitements standards : dacarbazine et paclitaxel.

 

Les chercheurs ont inclus 322 patients atteints d'un mélanome métastatique ou avancé porteur de la mutation "BRAF V600E/K" dans l'étude, séparés en deux groupes.


A l'issue de l'étude, les scientifiques ont observé une baisse de 56% du risque de progression du mélanome dans le groupe de patients traités par trametinib, ainsi qu'une survie sans progression de la maladie à 4,8 mois, contre 1,4 mois pour la chimiothérapie standard.

 

Autre constat positif : la nouvelle thérapie ciblée ne provoque que très peu d'effets indésirables. Les chercheurs ont notamment observé une éruption cutanée, de la diarrhée, des œdèmes, ou encore de l'hypertension.

 

"Une autorisation de mise sur le marché pour le trametinib devrait être délivrée prochainement, agrandissant ainsi l'arsenal thérapeutique contre cette maladie", concluent les principaux auteurs de l'étude.

 

Repost 0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 17:00

 

Mise à jour mardi à 9h00

 

 

 

Assemblee-nationaledetail.jpg

 

 

 

 

 

D'après les journaux de France Culture et les chroniques d'Hubert Huertas, Dominique Reynier...


 

Une Assemblée Nationale normale

 

 

 

Cette élection aura été marquée par le fait que la gauche n'a jamais obtenu autant de sièges à l'Assemblée Nationale, un nombre record de femmes élues, la disparition du centre (2 députés), la montée de l'influence du Front National dans la vie publique (2 députés), et l'effondrement du sarkozysme.

 

L'UMP

 

En 2007, la droite, si l’on cumule l’UDF qui deviendrait majoritairement le Nouveau Centre, les divers-droite, le Mouvement pour la France, les chasseurs, et l’UMP, avait atteint 54% des voix.

 

Le 10 juin 2012, la droite hors Front National était 20 points au dessous, à 34,7%. La baisse était considérable et la droite ne disposait d’aucune réserve électorale au second tour avec la dispartion du centre au premier tour (1,8%).

 

Néanmoins la droite a conservé des troupes à l’assemblée nationale, et entre dans l’opposition avec une force de 216 députés. Donc la droite existe encore, et elle existera.

 

Ce n’est pas le cas du Sarkozysme. De nombreux ministres de l’ancien gouvernement ont tenu bon, Jean Léonetti, Laurent Wauquiez, François Baroin, mais les plus emblématiques de la Sarkozie étaient en délicatesse au premier tour. Au second tour, Nathalie Kosciusko Morizet et Xavier Bertrand se sont tirés d’affaire, Frédéric Lefebvvre envoyé dans une circonscription imperdable en Amérique du Nord est éliminé, Nadine Morano et Claude Guéant sont battus et, si Henri Guaino comme Patrick Balkany sont élus, Manuel Aeschliman et Benjamin Lancar - Président des Jeunes Populaires  - tous deux jeunes étoiles de l’ancien président ont connu une cuisante défaite.

 

En refusant de suivre Nadine Morano qui s’interrogeait sur les valeurs partagées avec le FN, l'UMP a évité une stratégie suicidaire. Après avoir perdu  ses alliés au centre, l'UMP aurait été amené à se fondre dans une sorte d’alliance avec le Front National. Reste donc à savoir comment se sont comporté les derniers électeurs centristes qui sont restés à l’intérieur de l’UMP. Se sont-ils abstenus, sont-ils restés fidèles à l'UMP, ou ont-ils voté PS ?
 

L’UMP n’a pas été capable de faire ce que les socialistes ont fait : organiser la survie de partis alliés avant le second tour.

 

 

La dispariton du Centre

 

Au second tour de la présidentielle, 40% des électeurs de François Bayrou  ont soutenu Nicolas Sarkozy tandis que 30% ont voté en faveur de François Hollande. Réélu sans discontinuité depuis 1986,  François Bayrou, qui avait pris position en faveur de François Hollande entre les deux tours, est battu à Pau.

 

 

Le FN

 

Le FN : 14% au premier tour, c’était son 2ème meilleur score.  Il a réglé son problème de financement, ce qui va lui permettre de reconstituer une force politique. Au second tour de la présidentielle, 60% de ses électeurs s'étaient reportés sur Nicolas Sarkozy, 15% sur François Hollande. Sur les 3 députés qui pouvaient être élus : Marion Le Pen, et Gilbert Collard ont obtenu la majorité des suffrages dans leur circonscription respective, et Marine Le Pen a frôlé la victoire.

 

 

La gauche

 

Jamais la gauche n'avait obtenu autant de sièges. Le Parti socialiste et ses alliés obtiennent la majorité absolue.

 

Avec 343 sièges - en incluant les 2 élus indépendantistes martiniquais -, le gouvernement n’a pas de majorité de révision pour faire voter la proposition de vote des étrangers aux élections locales  avec les sénateurs. Il aurait fallu qu’il obtienne 377 députés pour pouvoir réformer la constitution sans passer par le référendum.

 

Mais la dynamique du premier tour s'est amplifiée : 8 régions ont basculé (La Basse et Haute Normandie, l'Ile-de-France, la Lorraine, la Bourgogne, le Languedoc Roussillon, les Pays de la Loire et la Picardie).

 

Les 24 ministres candidats ont tous été élus.

 

15 députés permettent de créer un groupe parlementaire. Avec 17 élus Les Verts vont pouvoir créer un groupe parlementaire, ce qui ne sera pas le cas pour le Front de Gauche.

 

 

L'abstention

 

L'abstention a atteint un nouveau record absolu dimanche, 43,71% selon les chiffres définitifs du ministère de l'Intérieur ne comptabilisant pas les Français de l'étranger. C'est un point de plus qu'au 1er tour (42,77%) et un record absolu sous la Ve République pour ce type de scrutin.

 

 

Les femmes à l'Assemblée Nationale

 

Le nombre de femmes élues atteint un record : 155 députées sur 577, soit 26% de l'effectif de l'Assemblée Nationale.

 

 

- - - -

 

 

La France est passée de l'hyperprésidence à l'hypermajorité.

 

Les français ont manifesté leur volonté de mettre un terme à la droitisation de l'UMP dont certaines grandes figures ont été battues : Claude Guéant, Michèle Alliot Marie, Nadine Morano, Frédéric Lefebvre, Guillaume Peltier. L'hécatombe est encore plus nette parmi les figures de second plan telles que Eric Raoult, Hervé Novelli, Valérie Rousseau-Debord. La droite des sarkozistes décomplexés est largement touchée : la moitié des députés de la Droite Populaire n'est pas élue.

 

Les électeurs ont aussi traduit dans les urnes leur décision de rejeter la politique des coups d'éclat, de la com et du gouvernement par les sondages d'opinion, et  les super egos qui ont dominé la vie politique et les médias depuis 2007, de l'extrême droite (Marine Le Pen), du centre (François Bayrou), au parti socialiste (Ségolène Royal), à l'extrême gauche (Jean Luc Mélanchon), et à l'UMP (Nicolas Sarkozy).

 

Les cartes ont été rebattues, la gauche a le pouvoir dans la majorité des collectivités territoriales, au Sénat, et maintenant à l'Assemblée Nationale. Elle détient toutes les clés institutionnelles de l'avenir politique de notre pays à tous les niveaux de la vie publique.

 

Les français lui ont accordé massivement leur confiance.

 

La route est à présent dégagée mais la voie est étroite.


Car d'un côté de la route, les français ont conscience du caractère tragique de la situation économique européenne et mondiale: ils ne peuvent feindre d'ignorer que l'Etat devra trouver 10 milliards d'euros pour respecter ses engagements européens en matière de réduction du déficit public d'ici la fin de l'année.

 

Et de l'autre côté, ils - plus précisément, la majorité des électeurs qui ont voté : 56,29% de votants - veulent aussi une France "normale" *, un Etat moins dur avec les faibles et plus ferme contre les forts; une France plus juste et plus unie.

 

Ils attendent de la gauche au pouvoir qu'elle fasse preuve à la fois d'humilité et de générosité, d'efficacité, de probité (transparence), et de réalisme.

 

Et qu'elle fasse oublier son obscure envie de perdre.

 

La gauche de gouvernement doit garder en mémoire pendant les cinq années qui viennent que 2 électeurs de l'UMP sur trois étaient favorables entre les deux tours des législatives à un rapprochement avec le Front National.

 

Je souhaite qu'elle parvienne à réduire cette proportion en restaurant la force optimiste des valeurs de fraternité républicaine tout en améliorant simultanément le niveau de vie des "classes populaires" abandonnées aux lisières des villes, dans les zones désindustrialisées, et dans la "France rurale" éloignée des services publics.

 

Elle devra exorciser les charmes de l'ethnosocialisme que pratique le Front National par exemple à Hénin-Beaumont.


Tels sont les deux enjeux  fondamentaux de la période 2012-2017.

 

 

* écouter la chronqiue de Marie Darrieussecq sur le normal et le pathologique du mardi 20 sur France Culture

 

Plume Solidaire

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 17:00

 

 

Mise à jour lundi 18 juin à 15h

 

 

 

table-fete.jpg

 

 

Je suis parfois étonné qu'une simple note, jointe en la circonstance à l'appui d'une demande de logement, permette d'éclaircir une situation, et d'aboutir au résultat attendu.

 

Tel est le cas de celle-ci.

 

La mère de cette dame atteinte du VIH, ne parvenait pas à exprimer clairement le motif de sa demande.

 

Grâce à l'attribution de ce nouveau logement, elle a retrouvé très vite son propre équilibre et pu se faire embaucher comme formatrice dans l'entreprise dans laquelle elle était antérieurement bénévole.

 

Plume Solidaire

 

- - - - - - - -

 

 

Madame ...............

.................................

75019 PARIS

 

 

 

 

 

 

MOTIF DE MA DEMANDE DE LOGEMENT

 

 

 

 

Ma fille, âgée de 46 ans est atteinte d’une grave maladie depuis 1988, et vivait à mon domicile où je l’assistais en permanence dans ses soins quotidiens.

 

Sur avis médical, dans le but de préserver ma propre santé suite à plusieurs séjours en hôpital consécutifs à l’état de santé de ma fille, et mon état de santé contribuant à l’aggravation de celui de ma fille, elle a pu bénéficier de l’attribution d’un logement social en 2003.

 

Lors des périodes au cours de laquelle ma fille est victime de maladies opportunistes, il est impératif qu’elle puisse séjourner temporairement à mon domicile en raison des soins qui lui sont prescrits, et de la surveillance permanente (jour et nuit) que nécessite son état.

 

 

Fait à Paris, le 15 janvier 2011

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?