Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 17:00

 

Le succès de nos Journées de formation ne se dément pas.

 

La diligence dont témoignent les inscriptions tient plus de la précipitation que d'une lente maturation de la décision.


J'en suis à chaque fois un peu plus étonné et vraiment heureux.


L'effectif est (quasi) complet (et même plus). J'écris cela histoire de ne pas fermer à double tour la porte aux éventuel(le)s candidat(e)s. C'est que je ne résiste pas au plaisir de me faire de nouveaux Amis en chair et en os, et d'élargir le cercle de nos rencontres conviviales.

 

Ainsi pour cette dernière session de la saison, il eût été peut-être judicieux de pouvoir disposer de deux salles pour répartir les participants dans deux ateliers, avec une synthèse en fin de matinée.

 

J'ai vu trop petit, mais nous nous sentons si bien au Centre social Danube

 

Avec le retour du beau temps ensoleillé prévu samedi, nous pourrions peut-être profiter du patio ?

 

On verra sur place; dans l'instant, et démocratiquement.

 

 

Plume Solidaire

 

 

 





Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 17:00

 

Un sujet qui court dans toute la presse française.

 

Ce jour là dans Le Figaro et Libération.

 

Depuis quelques années, je vois autour de moi, de plus en plus personnes de mon entourage - famille et amis, réseau personnel ou professionnel - témoigner de leur souffrance au travail.

 

"Ambiance pourrie", absence de perspective et de promotion, fatigue et stress, pressions et harcèlement moral, présence de "pervers narcissiques", licenciements brutaux avec ou sans transaction, mobilité professionnelle rapide (turn over), demandes constantes de mutations internes...

 

Plus rares sont maintenant, celles et ceux qui se déclarent heureux dans leur travail.

 

Je m'abstiendrai d'évoquer ici les difficultés particulières auxquelles sont confrontés un certain nombre des usagers de nos permanences d'écrivains publics, issus pour la majorité d'entre eux de l'immigration; et qui subissent brimades, discrimination, racisme...

 

Ce climat social a affecté, et touche aujourd'hui des personnes d'un naturel confiant et optimiste, consciencieuses, dévouées, et attachées à leur activité professionnelle.

 

Cette semaine, je découvre un nouveau cas, celui du rédacteur en chef d'une revue qui semble avoir sauvé sa tête au terme d'une lutte acharnée, et de procédures contre sa hiérarchie.

 

Par souci d'objectivité, je m'impose de respecter la règle de ne pas confondre la réalité microcosmique qui m'entoure, avec les tendances générales.

 

Et c'est avec une profonde déception, que je prends acte du fait que la réalité qui m'entoure aujourd'hui rejoint en partie au moins, cette tendance qui semble s'amplifier.

 

Cela me rappelle l'étymologie du mot travail :

 

"du bas latin tripalium, appareil formé de trois pieux, utilisé pour ferrer ou soigner les animaux, ou comme instrument de torture pour punir les esclaves".

 

Je suis conscient d'avoir la chance extraordinaire de figurer parmi les hommes heureux dans leur activité professionnelle, même si elle est redevenue bénévole.

 

Je n'en tire ni vanité, ni le mérite que certaines ou certains de mes proches peuvent m'attribuer.

 

Nos destins à toutes et à tous sont si fragiles et aléatoires.

 

Bon courage et ne lâchez pas l'affaire.

 

La résilience existe, les beaux jours reviennent toujours.

 

Plume Solidaire


 

 

 

carton rouge

 

16 avril 2012 - 8h40

 

Cécile de Kervasdoué

 

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 17:00

   

 

 

Suite des articles :

 

Froid et précarité : plaidoyer pour un bouclier énergétique (1/3)

 

Rapport du médiateur national de l'énergie (2/3)

 

 

 

 

Chauffer-les-pelouse.jpg

 

 

 

Prix de l'énergie: ce que peut faire le gouvernement


 

 

 

Source : energie.lexpansion

 

Par Julie de la Brosse - publié le 20/01/2012


 

Gaz, électricité, essence... Sur tous les fronts la facture énergétique des Français est en train d'exploser. Face à cet envol, les marges de manoeuvres du gouvernement sont de plus en plus limitées.

Le pétrole : des marchés mondiaux difficilement contrôlables  

 


Pourquoi les prix augmentent? C'est assez simple. La hausse des prix résulte de la flambée des prix sur les marchés et de la baisse de l'euro. Les craintes concernant la production en Iran et les tensions au Nigeria pèsent en effet actuellement sur les cours du brut. Par ailleurs, la monnaie unique qui est tombée vendredi à ses plus bas niveaux depuis un an et demi par rapport au dollar, alourdit le coût de l'or noir importé en France. A en croire les affirmations de Bercy, les distributeurs ne seraient pas pour grand-chose dans cette flambée des prix de l'essence. Le ministère de l'économie qui a mené l'enquête estime en effet que les cours du brut sont répercutés aussi rapidement à la hausse qu'à la baisse sur les prix à la pompe.


 

Qu'est-il possible de faire? A la différence du gaz et de l'électricité, les tarifs de l'essence ne sont pas réglementés. Ils sont en effet librement fixés par les distributeurs. Toutefois des pistes existent pour faire évoluer ces prix, notamment par le jeu des taxes sur les carburants (TVA et TIPP). Jeudi, le candidat socialiste François Hollande s'est d'ailleurs déclaré favorable à l'instauration d'un TIPP flottante sur l'essence. Ce dispositif, qui avait été brièvement mis en place en 2000, consiste à faire baisser la taxe lorsque le baril monte et à l'augmenter quand il baisse. Problème, il n'est pas du tout sûr que le jeu en vaille la chandelle. En 2001, l'Etat avait par exemple renoncé à près de 2,7 milliards d'euros de recettes pour un gain à la pompe de seulement 1,5 centime par litre d'essence. En cette période de disette budgétaire, ce type de propositions n'a pas reçu un accueil très favorable. Ils s'agit d'"une mesure momentanée, coûteuse et anti-écologique" a notamment commenté le Modem. Eric Besson de son côté s'y est formellement opposé estimant que cette taxe amputerait de 5 milliards d'euros le budget de l'Etat pour faire reculer de 10 centimes seulement les prix au litre.


 

Autre proposition soutenue par François Hollande, le blocage temporaire des prix de l'essence, dans un contexte où les bénéfices des compagnies s'annoncent exceptionnels cette année. Mais là encore, la suggestion a été fraichement accueillie notamment par les associations de consommateurs, alors que deux raffineries françaises risquent actuellement la fermeture...


 

L'électricité : l'explosion aura lieu au moins en 2015


 

Pourquoi les prix montent? En réalité, ils ne montent pas autant qu'ils le devraient. Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics tentent de limiter la hausse des prix de l'électricité en jouant sur les divers composants de la formule. Outre les taxes locales, cette dernière est constituée du prix de production du nucléaire (désormais Arenh), de la CSPE (taxe énergie verte), et du Turp (prix d'acheminement). Pour éviter que la facture des Français n'explose, le gouvernement a toujours fixé un tarif de l'électricité de base particulièrement faible, qui ne révèle pas l'intégralité des coûts de production d'EDF. Mais à long terme, il sera difficile de conserver cette politique sans mettre en danger EDF lui-même. En effet, dans les prochaines années le fournisseur historique d'électricité va devoir réaliser de lourds travaux d'investissements pour rénover ses réseaux et sécuriser ses centrales après Fukushima. Par ailleurs, la CSPE va augmenter à mesure que les énergies vertes vont se développer. C'est pourquoi récemment, la CRE a estimé que les prix de l'électricité devraient augmenter de 30% d'ici à 2016.


 

Qu'est-il possible de faire? Pour l'heure le gouvernement fait la sourde oreille. "Cela (les estimations de la CRE ndlr) ne correspond ni à l'analyse, ni à la volonté du gouvernement ", a martelé ce vendredi Eric Besson, assurant qu'en cas de hausse de l'électricité, celle-ci serait "raisonnable". C'est sans doute exact : le gouvernement va pouvoir continuer cette politique de l'autruche pendant quelques années au moins. Mais en 2013, à moins d'un changement total de législation et de politique énergétique, il ne sera plus libre de fixer lui-même les tarifs de l'électricité. A partir de cette date, la nouvelle loi Nome prévoit en effet que la CRE, autorité administrative indépendante, fixe seule les tarifs de l'Arenh. Et dès 2015, cette dernière aura totale autorité pour fixer les tarifs réglementés de vente aux particuliers. Autant dire que si les prix n'augmentent pas trop pendant les prochaines années, ils bondiront en 2015.


 

Le gaz : changer la formule, mais sans garantie sur le long terme


 

Pourquoi les prix augmentent? Parce que la formule qui fixe aujourd'hui les tarifs réglementés, c'est-à-dire le prix payé par le consommateur, ne reflète pas les prix du gaz sur les marchés, mais dépend essentiellement des contrats de long terme qui ont été signés entre GDF-Suez et les pays producteurs (Russie, Norvège, Algérie...). Or ces contrats, signés il y a de nombreuses années, sont indexés sur les prix du pétrole (acheminement) et non sur les prix du gaz, qui sont plutôt orientés à la baisse sur les marchés depuis 2008. D'où un décalage flagrant avec des tarifs du gaz qui ne cessent d'augmenter.

 


Qu'est-il possible de faire? Récemment le gouvernement s'est fait retoquer par le Conseil d'Etat pour avoir gelé arbitrairement les prix du gaz. Le juge administratif, qui était saisi par les concurrents de GDF Suez (qui invoquaient des coûts d'approvisionnement plus élevés que les tarifs réglementés) a en effet estimé que le gouvernement n'était pas en droit de jeter la fameuse formule aux oubliettes.


 

Pour éviter l'explosion des prix du gaz, le gouvernement n'a donc pas le choix, il doit changer la formule. Ce qu'il a d'ailleurs prévu de faire au premier juillet prochain. Cette solution toutefois n'est pas forcément gagnante pour le consommateur. Tout dépend en effet de l'évolution des prix du gaz et du pétrole sur les marchés. Selon un comparatif établi récemment par l'association de consommateurs CLCV, la formule incluant 30% du prix de marché aurait été très défavorable au consommateur par rapport à la formule actuelle entre fin 2007 et fin 2008, puis nettement favorable entre fin 2008 et aujourd'hui.

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?