Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 05:30

Après treize années, le cycle de conférences de la "Contre-histoire de la philosophie" de Michel Onfray s'est achevé le 15 juin à Caen.

France Culture est allé à la rencontre du public, afin de savoir ce qu'il avait retenu de ces conférences, et ce qui l'avait tenu en haleine jusqu'au bout. De son côté, Michel Onfray s'est remémoré au micro ce qui avait motivé la naissance de ce projet, initialement intitulé "Génie de l'hédonisme".

San Diego dimanche 26 juillet

 

La Contre-histoire de la philosophie s'est glissée depuis de nombreuses années dans mon programme d'activité de l'été, et j'en réécoute fréquemment des enregistrements sur mon MP3.

Michel Onfray fait partie d'une génération de vulgaristeurs - j'aime beaucoup ce mot, autant que le mot amateur par exemple - de la philosophie, auxquels je dois beaucoup parce qu'ils m'ont pour ainsi dire beaucoup donné à penser.

Ils m'ont ouvert des voies de réflexion et donné des outils; fait découvrir des philosophes de toutes civilisations et de toutes périodes de l'histoire de l'humanité.

Penser le monde que je vis chaque jour, penser l'humanité de chair qui partage mes jours, est devenue l'une de mes principales activités. Addict de curiosité pour ce monde étrange que nous composons, décomposons et recomposons jour après jour.

A la fois prodigieuse d'intelligence, et terrifiante invention, l'Internet permet de lire, d'écouter et de regarder un évènement à des milliers de kilomètres de la France, au moment qui me convient. Immense liberté !

Il est 22 heures en Californie ce 26 juillet, et 7 heures du matin à Paris en ce lundi 27.

Quand la diffusion du dernier cycle de Michel Onfray commencera, il sera 3 heures du matin et je dormirai.

Vers 7 heures je partirai à pieds en direction du Linda Vista community Park pour marcher à la découverte du Tecolote canyon.

Après déjeuner, pendant les heures de grandes chaleurs, je poserai mes écouteurs sur les oreilles, et j'écouterai la première de la dernière série de conférences de la Contre-histoire de la philosophie.

Puis je reprendrai la lecture de Georges Corm là où je l'ai laissée cet après-midi *.

Peut-être qu'un jour, un intellectel français aura-t-il l'impertinence d'organiser un cycle de conférences philosophiques sur les pensées phiosophiques et politiques dans le monde arabe d'aujourd'hui; que nous n'entendons pas.

Des conférences dont les titre seraient : existe-t-il des pensées arabes propres qui soient en harmonie avec la pensée occidentale sans en être dépendante ? Existe-t-il des pensées arabes qui concilient séparation de la religion et de l'état, religion et libertés individuelles, islam et égalité hommes-femmes ?

La lecture de cet ouvrage de Georges Corm ne laisse aucun doute. Ces pensées ont existé. Et pour ce qui est de l'époque contemporaine, il semble bien à travers cet ouvrage que les réponses soient positives.

Elles existent donc. Mais pour le savoir, il faut chercher soi-même.

 

* Pensée et politique dans le monde arabe : Contextes historiques et problématiques, XIXe-XXIe siècle, La Découverte,‎ 

 

 

Repost 0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 23:06

Fontaine - Marcel Duchamp (1917)

 

Il fut un temps pas si lointain où la tolérance mainstream célébrait la fraîche liberté individuelle conquise, par la dérision, l'ironie, et l'humour noir. Affranchie des conventions de la société patriarcale des années 60, elle permettait l'irrévérence à l'égard du sacré.

Cette inconscience, et cette méconnaissance de la complexité et de la versatilité des choses de l'esprit qui fait la spécificité de chaque période de l'histoire, tenait à une forme de tolérance à l'impertinence, qui atteignait souvent l'insolence, et parfois la provocation iconoclaste.

Marcel Duchamp en avait ouvert la voie dans le domaine artistique en inventant le ready-made, et en dénommant, en 1917 Fontaine un urinoire renversé, en porcelaine. Après avoir visité quelques FIAC successives et diverses galeries et expositions d'oeuvres actuelles, je ne dois pas être le seul à me demander si aujourd'hui l'art contemporain s'extraiera un jour de sa gangue duchampienne. 

Parmi les thèmes favoris de l'invective expiatoire figurait la religion, qui domina un millénaire moins trois décennies, notre partie de l'occident européen, je veux dire l'Europe et je veux parler de la religion catholique romaine. Elle ciblait aussi, autre thème de prédilection, la "France, fille aînée de l'Eglise" à travers l'Etat - qualifié de policier - toujours suspect d'excès d'autorité, et ennemi héréditaire des libertaires de tous poils des plus libéraux aux anarchistes. 

Je n'ai pas le souvenir que le fait de moquer le clergé, et rire des rites ou des fêtes religieuses ait tué quiconque dans notre pays. 

Une autre France vivait dans le silence, indifférente pour partie à ces pantolanades sarcastiques. Ou peut-être que, une autre frange, convaincue de possèder les clés des portes du Paradis, attendait l'éternel retour des vraies valeurs : les siennes. Il n'a suffi, pour cette France en veille active et prête au rebond, que de patienter. Le vide de sens laissé par les insurgés des années rebelles égarés dans les allées du pouvoir mittérandien et des industries de la consommation hédoniste; puis l'effondrement en 1989 du communisme symbolisé par les coups de pioche assénés sur le Mur de Berlin, ont sonné les cloches du revival.

Je crois pouvoir dater les débuts des retours de l'intolérance religieuse à l'affaire des Versets sataniques de Salman Rushdie, dont le livre édité en 1988 lui valut une fatwa de condamnation à mort en 1989. Parmi les dernières métamorphoses de ces arrière-mondes, figurent les caricatures de Mahomet publiées en France dans le magazine Charlie Hebdo*; ainsi que tout récemment, la puissante Manif pour Tous animée avec une ferveur ardente par les milieux catholiques dits "traditionnels".

* voir le documentaire de Caroline Fourest Les cahiers de doléances : Anti-islam la France ?

Assises sur le même socle monothéiste, les minorités activistes des trois religions du Livre partagent, tout en s'ignorant, ou en s'excluant mutuellement selon leurs dogmes respectifs, les valeurs de la suprématie de la famille hétérosexuelle et une homophobie latente ou explicite, certaines tentatives de débordement des normes religieuses dans la vie sociale, l'affirmation des identités communautaires et, d'une manière ciblée ou plus globale: le rejet de ceux qui ne leur ressemblent pas. Sans oublier, ce canon des moeurs édicté par une certaine interprétation de la Bible, du Coran et de la Thorah, qu'est la domination de l'homme sur la femme.

Enfin, sans vouloir les vouer aux gémonies, le bon veil antisémitisme qui suscite, un renouveau du désir d'émigration de nos compatriotes vers Israël, et s'exprime de manière plus fréquente et brutale, n'est pas entièrement étranger aux cultures chrétiennes et musulmanes. 

La lutte d'influence sur l'ensemble de la société, que conduisent les deux principales religions établies en France, participent à ce grand retour du refoulé du religieux traditionnel, au sein d'un marais poussé à un individualisme lui-même porté à l'incandescence. Au retour en force de toutes ces formes de croyances qui sont autant de fictions supposées procurer une protection magique dans un présent qui voit s'éroder semaine après semaine les acquis sociaux, et devant un avenir ressenti comme une source d'anxiété.  

 

- - - - - - 

 

La vidéo, que j'ai empruntée aux archives de l'INA, de Pierre Desproges décédé le 18 avril 1988, quelques mois avant la condamnation à mort de Salman Rushdie, nous rappelle que cinq ans auparavant un humoriste pouvait brocarder une religion sur le petit écran d'une chaîne de la télévision publique.

C'est aussi une invocation dérisoire, que dis-je, une supplication pour la préservation de notre héritage laïque républicain; pour ses valeurs de tolérance, de la liberté de conscience, et d'expression.

C'est donc aussi un appel ironique au respect de la philosophie de l'athée que je suis, sensible à la pensée rationnelle de Spinoza et à la sagesse taoïste, du mécréant qui aime méditer dans les églises, et de l'infidèle admiratif de l'art religieux.

La spiritualité tournée vers les hommes, la soif de connaissance, l'amour de la nature, la beauté des oeuvres d'art, le rire et l'humour aident à vivre heureux et plus libre.

Alors vive les Rois et puis Fanie !

 

Plume Solidaire

 

 

 

Repost 0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 16:35

Voilà un spectacle qui réjouit les publics de tous les âges.

Deux heures éblouissantes de magie, de force, d'équilibre, et de poésie.

J'ai eu la chance d’assister à l'unique édition du festival La Falaise des Fous au Lac de Chalain en 1980.

J'ignorais que c'était l'acte de naissance du Cirque Plume.

Je garde un souvenir édénique de mon expérience de comédien au sein du Théâtre des Manches à Balais à Besançon en 1973, où j'ai croisé Bernard Kudlak qui y est venu quelques années peu plus tard, entre 77 et 79.

Je me souviens aussi très bien de sa fanfare Léa Taction.

Lire :Comment les murs me parlent (4) : Le Cirque Plume et Hubert Félix Thiéfaine

Plume Solidaire

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

La naissance du Cirque Plume se situe en 1980, dans le cadre du festival jurassien La Falaise des fous. Réunissant des artistes qui promeuvent le spectacle de rue, ce projet se concrétise véritablement en 1984.

Neuf artistes composent l'équipe de départ : Hervé Canaud, Michèle Faivre, Vincent Filliozat, Jean-Marie Jacquet, Bernard et Pierre Kudlak, Jacques Marquès, Robert Miny et Brigitte Sepaser sont les pionniers d'un nouveau genre circassien, appelé nouveau cirque. Et le festival Off d'Avignon en 1986 leur offre l'opportunité de marquer les esprits et de se faire connaître du grand public.

Leur première création, Spectacle de cirque et de merveilles, en 1988, marque le début d'une longue série de représentations dans le monde. Des récompenses pleuvent : Grand Prix national du cirque, Arts du cirque, Bourse de l'association Beaumarchais…

Le public découvre et apprécie cette troupe (Plic Ploc en 2004) qui mélange tradition et modernité, et dévoile une esthétique festive et poétique. Leur création L'Atelier du peintre dont la tournée débute en 2009, rencontre un grand succès auprès du public, de par sa poésie enchanteresse.

"Tempus fugit ? une ballade sur le chemin perdu" est le spectacle des 30 ans du Cirque Plume, du renouveau du cirque.

Pour ces 30 années de désirs, de joies, de peines, de vie, le Cirque Plume a créé un spectacle festif. Un spectacle sur le temps --"le chemin perdu", chez les horlogers, c'est l'espace entre ce qu'ils nomment le repos et la chute, autrement dit entre le tic et le tac - la transmission, l'histoire, le sens, qui s'amuse librement d'avant en arrière et dans tous les sens, sur l'idée que nous nous faisons du temps. Toujours et avant tout sur le partage.

Plume célèbre ces années de liberté, en mélangeant son répertoire à la culture et la virtuosité des artistes d'aujourd'hui, au cours d'une tournée déjà riche de 250 représentations jusqu'en 2015.
http://www.cirqueplume.com/

Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?