Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 14:29

 

  Le Président s'entraîne pour la présentation du  Rapport Moral 2008 de AIDEMA19, son association personnelle d'Ecrivain Public Populaire  (5 heures de discours non stop en plein soleil) avant sa réélection triomphale à l'unanimité

 

Voici, en substance le squelette du plan de l'allocution qu'il avait préparée...et qu'il s'est bien gardé de lire, préférant une expression orale plus spontanée et moins...lyrique et intello ! L'assemblée générale s'est tenue le 30 juin à la MDCA ; elle se poursuit le 8 juillet par une sortie au spectacle de Gustave Parking au Théâtre Trévise avec les usagers de ses permanences.

 

Et ce n'est qu'un début.

 

NB : je trouve que ce Président parle très bien de lui à la 3ème personne ! Signe d'une grande modestie...

 



 

 


Un chroniqueur politique a relevé que, à l’occasion du discours du Président de la république devant le Parlement réuni à Versailles au Château du Roi Soleil, il manquait un mot essentiel : le mot Fraternité.

 

Constat


Confronté à l'instar de mes concitoyens aux coups de masse médiatiques permanents, au retour de plus en plus prégnants des idéologies autoritaires, sécuritaires et discriminatoires et à leur banalisation ; il y a longtemps que je suis aussi conscient du fait que l'idéologie égalitaire, libertaire, permissive et victimaire d'avant et de l'après mai 68, s'est  associée objectivement au fil du temps à la défense  des intérêts des  rentiers.


Ainsi la culture de la défense des avantages acquis des  différentes corporations forme avec celle des actionnaires, droite et gauche confondues par delà leur opposition politique et syndicale,  le camp de ceux qui sont en dehors des dangers de la mondialisation : soit que leur patrimoine les en protège en pérennsiant  leurs revenus ; soit que leur profession  les en ont protégés en garantissant leurs salaires.


 

La foule des adhérents heureux d'être enfin réunis, et volontairement rassemblés par la Police du Président  sur la Grande Place de la Fraternité Obligatoire en co-production avec Edvige


 

 


Dans leur succession aux leviers du pouvoir, les représentants de ces deux grands courants sociologiques français partagent désormais ensemble la responsabilité d'une relative incurie pour résoudre les  difficultés quotidiennes croissantes (logement, travail, revenus de remplacement, garde d'enfant et éducation…) auxquelles sont confronté un nombre de plus en plus grand d'exclus. Tout en ayant conduit notre pays, quoi qu'ils en disent, au délitement progressif des valeurs républicaines et à la fragmentation de l'unité nationale

 

A qui pourrait-on faire croire qu'il n'était pas possible à un quelconque Chef d'Etat ou de Gouvernement des précédentes décennies, au nom de l'intérêt général, d'anticiper sur la disparition totalement prévisible, en milieu rural, des "médecins de campagne" ?


A qui fera-ton croire, demain, qu'une grande partie des enfants du baby boom  des années 50-60, ne terminera pas sa vie dans des "mouroirs publics" de masse ou abandonnée à sa solitude de son domicile, et que la solidarité nationale ne leur apportera plus les  soins dont ils auront besoin ? 


D'une  manière générale, je constate que l'un des problèmes fondamentaux des mes concitoyens, c'est celui  du  relativisme de leur  conscience de la responsabilité collective nationale. Qui peut s’expliquer, du moins en partie, par leurs attitudes contradictoires : préserver leurs libertés individuelles contre l'intérêt général, défendre les intérêts acquis en dépit ou à cause de l'accroissement des inégalités et de la pauvreté, se replier sur leurs appartenances communautaires ou leur mode de vie (local, traditionnel, religieux…) en ignorant l’existence des autres.


Derrière ce problème fondamental en apparaît un second qui met en cause l’avenir de notre société : c’est la question de la transmission des valeurs.

 

Quelles valeurs avons-nous transmis à nos enfants pour que 80% d'entre eux se désintéressent de l'avenir de l'Union Européenne, et que les 20% restants sont allés voter pour le parti de l'hyper Président actuel et pour l'extrême droite ?



Que faire ?


Comme beaucoup autour de moi, je pourrais  me satisfaire de mes conditions de vie et me consacrer entièrement à mes proches et à mes loisirs. Mais cette approche ne correspond pas à mon cheminement personnel, à ma personnalité telle que je l’ai construite et l’ai fait évoluer. Elle n’est pas conforme non plus à mon expérience des hommes et de la vie, aux connaissances que j’ai acquises et éprouvées dans la réalité. Elle n’est pas non plus fidèle à ma conception de ce que je veux être et devenir, à mes aspirations profondes à  vivre dans un monde meilleur, à ma recherche du bonheur à travers ma propre manière de m’épanouir selon les critères que j’ai choisis.



La solution n'est pas dans la déploration, la lamentation, la critique négative et systématique des "autres", ou l'émotion indignée ; pour n'évoquer ici que les bons sentiments. Et j'évite de parler ici de celles et ceux qui se sont installés dans une attitude d'ignorance passive ou volontaire (refus de voir  et de savoir), de fatalisme et de défaitisme, ou des obscurantistes qui conjuguent l'ignorance et le mépris, des nihilistes qui ne croient plus en l’homme ni en eux-mêmes, ou pire des "cyniques" qui font leur miel du monde tel qu'il est actuellement et tel qu'il va.

 


Le choix


La voie que j'ai choisie est celle de l'action civique et laïque pour préserver les valeurs de fraternité citoyennes en dehors des affrontements idéologiques et politiques, des clichés et des préjugés qui nous assaillent de toutes parts et ne cessent de nous opposer.


C'est aussi sur le terrain privilégié de la vie associative que j'ai décidé de m'investir parce qu'il est à la fois celui de la démocratie réelle, et de la création de réseaux d'amitié à travers des réalisations collectives, et pas seulement par la parole - et le port du calicot dans les défilés - aussi influente et nécessaire soit-elle par ailleurs (en politique par exemple)


A ces attitudes non constructives que j’ai décrites précédemment, j'oppose l'ouverture d'esprit, l'acceptation de l'autre dans ses différences culturelles ou religieuses, et l'enrichissement mutuel.


A un environnement qui valorise l'ego, la recherche du plaisir, la suractivité et l'inconstance - à travers les vagabondages de toutes natures et les butinages pléthoriques -, la consommation, le confort matériel, l'expression au lieu de l'écoute ;
je propose le NOUS des relations fondées sur des valeurs de solidarité, de partage, de don de soi (altruisme).  J’affirme la nécessité de la durée dans les relations, de la modération, de l'humilité, de la constance, de la fidélité et de la loyauté.


Agir dans le concret


En conclusion, ma réflexion est donc celle d'un intellectuel qui veut agir dans le concret.

 

Agir pour exprimer les valeurs de don et de reconnaissance d'autrui, pour m'inscrire dans une relation d'aide par l'apport désintéressé de mes compétences et de mes savoir-faire, pour instaurer des relations de confiance et de partage, qui favorisent avant tout l'écoute.


Telles sont les valeurs qui soutiennent mon action en faveur des plus démunis, qui sont par ailleurs désormais désignés sans tabou comme les boucs émissaires de notre société.

 

J'ai dit !

 

Plume Solidaire


  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?