Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 18:00

 

 

 

♥♥♥              top (très bien)

  

 

             bof (pas de billet sur Plumeacide)

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

A 62 ans, c'est un délice de retomber en enfance en l'absence de mes regrettés parents.


Si vous appréciez ce sublime bonheur d'adulte, je vous suggère d'éviter les séances fréquentées par un public d'enfants. En effet ceux-ci  exercent sans pitié leur autorité naturelle sur leurs accompagnateurs, pour se faire offrir des sacs de bonbons qu'ils consomment en faisant craquer de concert, le papier de l'emballage sans se soucier de la bande-son.

 

Parents, grands-parents, tantes, et oncles du monde entier, unissons-nous pour mettre fin à la tyrannie de nos enfants, petits enfants, neveux, petits neveux et arrière petites nièces, pour arracher sans merci la permission d'écouter le son des films au cinéma.

 

Qu'on les mène à la crèche ou à la halte garderie s'ils ne veulent pas entendre leurs films, et qu'ils cessent de gâter le plaisir des vrais enfants : celles et ceux qui se souviennent et veulent éperdument renouer avec le bonheur de l'innocence !

 

J'ai dit

 

Plume Solidaire

 

 

 

Source : Le Monde

 

Le spectacle de ces images animées selon des lois qui ne sont pas celles du marché de la troisième dimension est si rafraîchissant, si satisfaisant, que l'on pardonnera au Tableau d'être un film imparfait. Il suffit d'accepter que le récit s'égare de temps en temps, que l'idée de départ se dissolve en chemin, avant de se reconstituer pour le finale. En route, on profitera d'une invention graphique constante.


Le tableau du titre a été peint par un artiste mystérieux, qui a peuplé un paysage nocturne luxuriant d'une population qui, au fil des années, s'est divisée en castes. Les Toupins ont eu la chance d'être entièrement colorés, il manque quelques coups de pinceau aux Pafinis, quant aux Rofs, ils ont été esquissés au trait. La place de chacun est fonction de son degré d'achèvement, et seuls quelques inconscients remettent en cause cette hiérarchie. Parmi eux, les inévitables amants maudits, lui Toupin, elle Pafinie. Le garçon a l'idée de partir à la recherche du peintre, forme une espèce de commando qui découvre qu'il peut circuler d'un tableau à l'autre dans l'atelier.

Jean-François Laguionie a voulu imaginer l'univers graphique et chromatique d'un artiste du début du XXe siècle (il pouvait difficilement confier le rôle du peintre à un disciple de Pollock ou de Rothko) et les personnages se meuvent gracieusement dans des décors aux couleurs franches, sous des cieux étranges.


Le scénario est à la fois sophistiqué et naïf. La peinture de l'univers sinistre du début du film laisse bientôt la place à une mise en abyme dans laquelle un autoportrait du peintre poursuit une dispute amoureuse avec un nu dont le modèle fut autrefois aimé.


L'une des plus jolies séquences - une poursuite à travers Venise - n'a d'autre raison d'être que de précipiter un personnage plutôt secondaire dans un décor spectaculaire, une version onirique de la Sérénissime. Ces détours font à la fois le charme et la faiblesse de ce film qui montrera aux plus patients et aux plus curieux que les ressources de l'animation en deux dimensions sont loin d'avoir été épuisées.

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 18:00

 

 

 

 

 

Premier disque solo de Catherine Ringer, Ring n'Roll a été conçu sur une période de deux ans et demi – Fred Chichin, guitariste et compositeur des Rita Mitsouko, dont Ringer fut la moitié féminine, est mort fin 2007 ; elle a poursuivi la tournée prévue pendant plus d'un an. Le producteur Mark Plati, complice du dernier Rita, Variety, a convaincu la Ringer d'aller plus loin. Alors, elle est partie à la recherche de nouvelles sonorités, de nouveaux habillages, dans une absolue liberté.

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 18:00

 

             bof   

 

             bof (pas de billet sur Plumeacide)

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est rare que je me sente prisonnier de mon fauteuil au cinéma, et que m’interdise, par respect pour les autres spectateurs, de me lever pour sortir de la salle.


Ce film, qui relate l’histoire d’amour exceptionnelle entre Aung San Suu Kyi et son mari décédé, aurait pu s’intituler The Lady and her Lord. Il se veut une démonstration que l’amour hors du commun qui unit un couple peut jouer un rôle essentiel dans la vie politique d’un pays.


Le film est porté à bouts de bras par les deux comédiens principaux, Michelle Yeoh, David Thewlis. Le récit est une succession d’actions sans profondeur culturelle, historique. On espèrerait vainement sortir de la séance avec d’autres éléments de langage politique du Prix Nobel de la Paix de 1991 que les sentences qu’elle affiche sur les murs de sa résidence, et les manifestants qui scandent son nom dans la rue.


Les séquences de violences crues des militaires de la Junte militaire alternent sur un mode binaire avec les effusions larmoyantes du couple et de la famille, sur un fond musical pesant.


Les seuls intérêts de The Lady sont d’édifier les spectateurs citoyens qui ignorent les « subtilités » auxquelles ont recours les dictateurs pour faire pression sur leurs adversaires, et de montrer que le courage politique et la ténacité sont encore des vertus morales du combat politique.


Le quotidien officiel New Light of Myanmar indique mardi 13 décembre, que la commission électorale a officiellement reconnue comme légal la Ligue Nationale pour la Démocratie, le parti d’Aung San Suu Kyi.

 

A lire :

Lenouvelobs,

Lemonde : Images pieuses de Birmanie

 

J’ai dit

Plume Solidaire

 

- - - - -

 

En savoir plus sur la Birmanie :

Histoire de la Birmanie contemporaine. Le pays des prétoriens

Renaud Egreteau - Fayard, Paris, 2010, 345 pages, 20,90 euros.

janvier 2011


En plongeant dans l’histoire de la Birmanie, l’auteur aide à sortir des clichés sur la junte et à comprendre les raisons de l’éclatement des forces d’opposition — et de leur paralysie. Même le chapitre consacré à la géopolitique tord le cou aux idées reçues.

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?