Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 17:00

 

 

Logement-social-par-arrondissement-Paris_pics_390.jpg

 

 

Mme ..............................

.....................................

75013 PARIS

 

Tél personnel : 06..................

 

 

...........................

...........................

 75010 PARIS

 

 

Paris le 22 mai 2013

 

A l’attention de Madame                           

 

OBJET : Demande de logement

Copie :  .................................

 

Madame,

 

Nous sommes sensibles au fait que nous avons été invités à visiter le 16 mai un second appartement  situés 1 rue ............ – Esc 9 au 7 ème étage, dans le....ème arrondissement.


Cet appartement de T3/T4, très bien agencé et en bon état, correspond à nos vœux : 2 chambres, double salon.

 

Cependant je me vois contrainte de décliner cette nouvelle proposition pour deux motifs.

 

Sujette à de graves insomnies, je suis suivie à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière. Le passage des trains sous notre appartement constitue donc un obstacle à ma guérison. Or l’une des chambres donne directement sur les voies ferrées sur lesquelles circulent des trains de banlieue et de grandes lignes toutes les sept minutes. Leur passage est une source de nuisance sonore malgré l’installation de doubles vitrages sur les fenêtres.

 

En second lieu, cet appartement  est situé à cinquante minutes porte à porte, de la crèche qui accueille actuellement notre fils. Et le fait de changer d’appartement en emménageant dans le ...ème arrondissement m’expose au risque de perdre la place dont bénéficie notre enfant dans le 13ème.

 

Vivant actuellement dans un appartement de deux pièces avec un nouveau né, nous maintenons notre demande de logement de type T3/T4 dans le 13ème arrondissement, à l’exception de la rue ..............., en raison des activités de délinquance qui s’y tiennent.

 

Par ailleurs, suite au décès de mon père, en avril 2012, j’attire votre attention sur le fait que ma mère, qui réside dans le 12ème arrondissement, est disposée à conduire notre fils à la crèche si un nouvel appartement nous est proposé dans l’un de ses deux arrondissements.

 

Nous demeurons en conséquence, dans l’attente de nouvelles propositions.

 

Je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées.

 

      - - - - - - - 

 

mercredi 22 mai 2013 à 13h01

 

De nombreux attributaires de logements sociaux refusent l’offre qui leur est faite, montre une étude confidentielle révélée par le quotidien La Croix. Un rapport destiné à en améliorer l’attribution doit être présenté à Cécile Duflot ce mardi.

 

Ils ne veulent pas de leur HLM. S’il est peu fréquent en Ile-de-France, le phénomène soulevé par l’étude atteint des proportions importantes en régions : ainsi, « Atlantique habitations, gestionnaire de 8 000 logements dans l’agglomération nantaise, se heurte une fois sur deux à des refus sur l’ensemble des logements qui se libèrent, une fois sur quatre lorsqu’il s’agit d’une demande prioritaire au titre du Dalo », révèle La Croix. Et dans le Var, ce sont « 3 propositions sur 7 (qui) sont déclinées ». Pourquoi de tels refus, alors que près de 1,7 million de dossiers ont en attente selon l’Union sociale de l’habitat (USH) ?


Le quartier, la taille ou le loyer


Dans 24 % des cas, le demandeur ne souhaite pas emménager dans le quartier proposé, « qu’il s’agisse de zones urbaines sensibles ou éloignées des pôles urbains », relate le quotidien. Mais une fois sur trois, le logement ne correspond pas aux critères du demandeur: qu’il soit trop petit (9 %) ou trop cher (8 %). Enfin, un dossier sur dix n'aboutit pas car le demandeur finit par se tourner vers le marché privé.


Cécile Duflot doit se voir remettre aujourd'hui un rapport sur l’amélioration de l’attribution des logements sociaux, dont l'objectif premier est de rendre celle-ci plus transparente. Il devrait en outre proposer une attribution par « scoring », c’est-à-dire une cotation des demandes par points. De quoi faire d'une pierre deux coups ?


Léo Monégier - ©2013 LaVieImmo.com 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Logement - copropriété - Transport
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 17:00

 

Magnifique, hollywoodien, fidèle au bouquin (à l'exception de la dernière séquence peut-être)...


 

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)


              bof 

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

 

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 


Gatsby le Magnifique Bande-annonce 2 par toutlecine

 

 

 

Résumé de l'oeuvre par Les boloss des Belles Lettres

 

gatsby le magnifique c’est pas l’histoire d’un ours en peluche de p’tit baby mdrrr non ça commence c’est un babtou trop keuss il dit rien il est tigen c’est nick c’est le narrateur il débarque de son bled middlewest wisteria lane et milfs gonewild et il se radine pour tafer à new york c’est the place to be jay-z beyoncé east coast represent’ total respect dans le coeur des frères mais comme il sait pas trop où c’est qu’il va crécher il zone un peu et un poto lui dit “va voir à west egg c’est zone 12 sur le rere mais c’est des ouf là-bas sérieux mon zincou l’a fait c’est gratuit pas cher allez clique salope !!!!” alors lui il se fait pas chier il s’installe BG à west egg le spot pour se poser tout le week-end un p’tit bédo un p’tit son bien cool et ça sera le kiff le chillomètre sur 1000. 


T’AS CRU MAGUEULE !!! C’EST IBIZA C’EST BIFFCITY SON TER-TER PUTAIN !!! YAAAAAAAAAAAAAA son nouveau voisin c’est le putain de gros king des soirées jean roch carré VIP hey martinez k-maro NON STOP PARTYING avec ultrastring diamant magie du blanc et gogo-danseuses déchirées son nom c’est gatsby c’est zarb mais c’est asmeuk pas le choix faut y aller. nick il sait même pas c’est quoi la ganache de gastby mais on s’en branle il se radine dans ces soirées-là HAN HAN HAN HAN y a pas yannick mais c’est open bar à zouz fontaine à caramel de la weed et partout du skye des ptits cocktails michto avec un pébroque en plastoc y a la foule ambiance project x ce truc la vérité c’est tellement la teuf que jean-pierre wikipédia il vient là-bas pour prendre une ptite tof pour l’article “résoi” !!!! alors ils se taggent tous sur FB et ça s’envoie des poke par le cul par paquet de 10 et tout le monde fait han vazi gatsby tu m’acceptes sur Facebook ??? ajoute-moi fdp !!!! lui c’est le king alors il sourit en mode hin hin hin je suis le pimp puissance mille viens voir le docteur bébé mais c’est derrière le smile de BG en titane c’est mysterio ce gars putain personne sait c’est quoi son vrai nom et comment il a amassé autant de maille c’est la chelouterie dans la flanelle et les dorures et les zouz elles disent ça se trouve c’est un putain de gangsta il a un crew qui va nous péta on va tous mourir oh oui serre-moi fort jean-pierre wikipédia !!! (il s’est incrusté le crevard mdr).


après ces soirées là HAN HAN HAN HAN y’a toujours 2-3 p’tites zouz bien sex qui tournent autour de gatsby y a daisy y a jordan la zouz qui marque des 3 points MDRRRRRR y a aussi tom le BG athlétique pété de mailles. en fait nick c’est le p’tit confident de gatsby genre confessionnal villa des secrets et même si on sait pas qui c’est ce king de gatsby on sait qu’il est chaudard du slip en tweed rapport à daisy qui est total maqué avec ce gros baltringue de tom. ensuite ça part en gros gros dawa mode les feux du love parce que EN FAIT tom il apprend que gatsby renifle le slipo de sa gow alors ça le rend fou MAIS tom il aurait dû envoyer COCU au 81212 mais il voit rien venir parce que GROSSES REVELATIONS gatbsy en fait il avait déjà monté un p’tit bail charmant avec daisy AVANT qu’elle se pacse le cul avec tom DONC tmtc que gatsbo avant de se tirer à la guerre des boutons et de planter daisy il aurait dû faire sa beyoncé et mettre la bague au doigt et comme c’est ambiance la vérité est au bout du couloir tom il dit haha moi je suis peut-être cocu mais je vais poucave c’est qui le p’tit gatsby alors marie-ange qui est qui ?! eh ben gatsby c’est un sale blédard de nouveau riche c’est un gros gangsta moquez-vous de lui ouh ouh bon après pour se calmer ils prennent tous leurs caisses genre fast&furious4 mais là BAM !!! gros crash need for speed y a 1 mort et c’est la schneck du keumi de la station-service mais gatsbo grosse baltringue il se fait pas prendre en flag alors il joue la sécu il se planque dans sa villa jean roch. 


à la fin il se fait fragger par le mec de la station-service moralité faut pas faire confiance aux énergies carbone c’est la preuve que le pétrole c’est la grosse merde mdr !!! après Nick le narrateur il bade sévère parce qu’à l’enterrement de gastby y a genre son vieux daron pourri et un faux gars qui s’en bat la race d’être là on dirait qu’il a perdu un pari bref le king absolu du swag à strass de la côte est il est seul-tout c’est ça la ptite leçon de vie les gros faut pas croire tous ces vampires qui veulent taper l’incruste dans ces soirées là HAN HAN HAN HAN ils s’en branlent de toi tout ce qu’ils veulent c’est du champ et des zouz à l’oeil c’est le charme mystérieux et l’amour pépère du BG en pantalon de golf et tweed c’est gatsby le magnifique.

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 08:58

 

 

 

 

 

Chronique de Brice Couturier

 

Michéa, le socialisme sans la gauche Vous vous étonnez, Jean-Claude Michéa, d’être mal compris, entendu de travers, encensé parfois par des gens avec qui vous n’avez rien en commun. Mais c’est bien le signe que votre pensée échappe aux clivages ressassés, aux débats d’idées balisés, à cette misérable guerre de tranchées à laquelle se résume, depuis plusieurs décennies, ce qui nous tient encore lieu de vie intellectuelle. Non pas que vous cherchiez délibérément à brouiller les lignes, afin de faire passer quelque saleté en contrebande, comme certains.

 

Mais enfin vous pensez à partir d’une tradition idéologique, disons une espèce de socialisme populiste et moraliste, dans le sillage de l’anarcho-syndicalisme, qui était depuis longtemps absent de notre univers mental. Les auteurs auxquels vous faites référence – George Orwell, Christopher Lasch, Ruskin, Marcel Mauss, Cornélius Castoriadis, Pierre Legendre - sont soit inconnus chez nous, soit eux-mêmes incompris. Et, pour aggraver votre cas, vous êtes furieusement anti-tendance, à contre-courant de l’hédonisme libéral-libertaire qui nous tient lieu, depuis 35 ans, de boussole progressiste.

 

Votre critique du libéralisme est l’une des plus radicales que je connaisse, parce qu’elle va à la racine. Or, les plus bruyants de nos anti-libéraux contemporains, vous n’avez pas de mal à le démontrer, sont eux-mêmes largement porteurs du virus… Et pour cause : les Lumières, la Révolution française sont, dans une large mesure des aventures du libéralisme. Les premières, parce qu’elles appellent l’individu à s’arracher à ses appartenances traditionnelles et héritées, afin de pouvoir contracter librement en tant qu’individu. Les Lumières sont libérales, non seulement en politique, avec Montesquieu, mais aussi en économie, avec Boisguilbert. Quant à la Révolution française, elle est en grande part, une révolution libérale. Non seulement elle substitue le règne de la loi au caprice du prince, mais elle garantit et consolide les droits de propriété, très instables sous la féodalité.

 

Or, cet héritage – les Lumières et la Révolution – a longtemps été revendiqué comme son bien propre par la gauche politique. Mais à vos yeux, Jean-Claude Michéa, le mouvement socialiste authentique s’est abstenu longtemps de participer aux jeux politiques de la bourgeoisie. Il n’avait rien à faire de « la gauche », qu’elle fût intellectuelle, avec les penseurs libéraux Benjamin Constant ou Frédéric Bastiat, ou politique, avec Adolphe Tiers ou Jules Ferry.

 

Dans son histoire des Gauches françaises, Jacques Julliard discerne en vous le principal interprète de la thèse qu’il baptise « séparatiste », thèse selon laquelle l’alliance défensive passée entre une partie du camp socialiste et les politiciens de la gauche républicaine, à l’époque de l’Affaire Dreyfus, s’est traduite par une progressive prise de contrôle du mouvement ouvrier par les politiciens « bourgeois ».

 

Voilà pour la lecture du passé. Elle engage un projet politique pour aujourd’hui. Vous voulez sortir du capitalisme, en mobilisant les classes populaires, mais sans « la gauche », tant celle-ci vous semble à présent compromise avec tout ce que vous abhorrez : la modernité (mobilité, flexibilité, disponibilité, déracinement, « agitation perpétuelle ») ; la religion du progrès (une confiance aveugle en l’idée que l’histoire progresse et que demain ne saurait manquer d’être meilleur qu’aujourd’hui); l’indécence des élites – qui refusent toute limite morale à leur cupidité et rejettent comme « archaïque » les tentatives d’enrayer la machine, devenue folle, du capitalisme mondialisateur.

 

Vous misez sur la « décence des gens ordinaires », la décroissance, les communautés de producteurs.

 

Vous ne croyez pas, comme les marxistes, que le système actuel porte en germe les agents de sa propre destruction, mais qu’au contraire, chaque jour qui passe ruine les possibilités d’édification de votre socialisme, en minant les ressorts moraux des gens ordinaires.

 

Bref, non seulement vous êtes idéologiquement marginal, mais votre radicalité est telle que l’on voit mal quelles forces politiques pourraient bien appuyer un tel projet. Vous vous êtes taillé, dans notre paysage intellectuel, une place très originale, qui en agace plus d’un. Mais comment transformer une analyse politique, dont la pertinence est indéniable, en projet politique concret ?

 

Les mystères de la gauche : de l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu, Climats, 2013

 

41Tq-J9MZiL._SL500_AA300_.jpg

 

« Que peut bien signifier aujourd'hui le vieux clivage droite-gauche tel qu'il fonctionne depuis l'affaire Dreyfus ? Il me semble que c'est avant tout le refus de remettre cette question en chantier - et de tirer ainsi les leçons de l'histoire de notre temps - qui explique en grande partie l'impasse dramatique dans laquelle se trouvent à présent tous ceux qui se reconnaissent encore dans le projet d'une société à la fois libre, égalitaire et conviviale. 
Dans la mesure, en effet, où la possibilité de rassembler le peuple autour d'un programme de sortie progressive du capitalisme dépend, par définition, de l'existence préalable d'un nouveau langage commun - susceptible, à ce titre, d'être compris et accepté par tous les « gens ordinaires » -, cette question revêt forcément une importance décisive. Je vais donc essayer d'expliquer pour quelles raisons j'en suis venu à estimer que le nom de gauche - autrefois si glorieux - ne me paraît plus vraiment en mesure, aujourd'hui, de jouer ce rôle fédérateur ni, par conséquent, de traduire efficacement l'indignation et la colère grandissantes des classes populaires devant le nouveau monde crépusculaire que les élites libérales ont décidé de mettre en place. »

 

Source : metapointinfo

Les mystères de la gauche...

Après Le complexe d'Orphée en 2011, les éditions Climats viennent de publier Les mystères de la gauche - De l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu, le nouvel essai de Jean-Claude Michéa. Haï par la gauche sociétale, bobo et bien-pensante, comme le prouvent les violentes attaques dont il a été l'objet dansLe Monde et dans Le Nouvel Observateur, Jean-Claude Michéa en est l'adversaire le plus talentueux et le plus intransigeant, et chacun de ses essais est une bombe qui vient fissurer les remparts du camp du Bien. A lire, donc !

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?