Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 15:20

"L’abolition des droits de succession est en contradiction avec l’éthique fondamentale du libéralisme"

 

le 18 juillet 2006
                                                                                                         

 

Chronique reprise du journal de 8 h de Philippe Lefébure sur France Musique, le 28 juin 2006

 

 

 

L’abolition des droits de succession, qui favorise les rentiers au détriment du travail, est contraire à l’esprit même du capitalisme. L’analyse de Philippe Frémeaux, directeur d’Alternatives Economiques (extrait d’une chronique de France Musique).

Warren Buffet, deuxième fortune mondiale, vient de décider, de donner 85 % de sa fortune, à des fondations caritatives, et notamment à la fondation Bill et Melinda Gates, qui finance la recherche médicale et la délivrance de médicaments au profit des populations du tiers monde. Comment analyser ce renouveau de la charité privée ?

Warren Buffet, fondateur de la société d’investissements Bershire Hataway partage avec Bill Gates, le fondateur de Microsoft la conviction qu’il est légitime, pour un individu, d’accumuler une immense fortune si celle-ci provient de sa contribution à la création de richesses. En revanche, ils estiment l’un et l’autre que cela n’a pas de sens de transmettre une telle fortune à leurs descendants et qu’il est plus juste qu’elle revienne à la collectivité sous des formes qu’ils ont l’un et l’autre choisies. Bill Gates avait d’ores et déjà affecté une grande partie de sa fortune à la fondation qu’il a créé avec sa femme. Le voilà rejoint par Warren Buffet.

Cette pratique de la philanthropie est-elle vraiment nouvelle aux Etats-Unis ?

Non. Déjà à l’époque des fameux barons voleurs, au début du XXème siècle, les nouveaux milliardaires de l’époque finançaient généreusement, au soir de leur vie, musées, écoles ou encore hôpitaux, après s’être enrichi souvent frauduleusement dans le pétrole, l’acier ou les chemins de fer. La nouveauté aujourd’hui est que ce renoncement s’inscrit dans un contexte marqué par une offensive politique des droits conservatrices en faveur d’une abolition des droits de succession. Une proposition de loi en ce sens a été récemment écartée de justesse au Sénat des Etats-Unis, après que la Chambre des représentants l’ait adoptée. Nicolas Sarkozy a mis lui aussi la suppression des droits de succession à son programme. Un mouvement déjà largement engagé depuis 2002. Alors que jusque là seules les petites et moyennes successions étaient exonérées de toute imposition,- cad la grande majorité d’entre elles - les réformes intervenues ces quatre dernières années ont élargi considérablement les facilités données aux plus aisés de transmettre leur fortune à leurs enfants sans verser un centime à la collectivité. Dès aujourd’hui, en usant des facilités ouvertes par l’assurance-vie et les donations, un couple peut transmettre 500 000 euros hors tout droit de succession au décès du premier conjoint. A cela se sont ajoutées plus récemment des mesures d’exonération massive pour toute transmission anticipée du capital des PME. Nicolas Sarkozy propose d’élargir encore ces exonérations qui ne profitent pourtant qu’aux grandes fortunes. Il suit en cela les propositions faîtes en Italie par Silvio Berlusconi avant les dernières élections générales.

En résumé, Warren Buffett et Bill Gates ont un comportement qui contredit le programme des partis politiques de droite, aux Etats-Unis comme en Europe...

Tout à fait. Parce qu’ils considèrent que le capitalisme et avec lui, la logique du marché, ne peuvent être légitimes si on ne met aucune limite à la transmission héréditaire de la richesse. La richesse doit d’abord être acquise par le travail, par le talent, et non par le simple fait d’avoir hérité de ses parents. Une société où le pouvoir économique se transmet sans avoir à faire preuve de mérite, a un petit goût d’ancien régime. C’est une société condamnée à la croissance lente, où les rentiers l’emportent sur les créateurs. C’est ce que nous avons connu, en France, au XIXème siècle, avant que la création de l’Impôt sur le revenu progressif et de l’impôt sur les successions ne viennent redistribuer un minimum les cartes, comme l’a bien montré l’économiste Thomas Piketty.

En résumé, vous semblez considérer que l’abolition des droits de succession est nuisible à la croissance ?

Evidemment. Elle est même en contradiction avec l’éthique fondamentale du libéralisme. Elle ne sert qu’à satisfaire une clientèle de petits patrons, de professions libérales aisées, voire de managers avides qui ont accumulé de quoi dispenser leurs enfants de travailler en s’accordant des revenus colossaux. Une société dynamique, une société de croissance, c’est au contraire une société où le travail est valorisé. Et valoriser le travail, c’est donner la priorité aux revenus qu’il engendre, c’est permettre à l’innovateur génial, à l’investisseur astucieux de faire fortune. Ce n’est pas créer une nouvelle aristocratie du capital.

Chronique reprise du journal de 8 h de Philippe Lefébure sur France Musique, le 28 juin 2006.

 

 

 

 

Repost 0
écrivain public solidaire Plume Acide - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article
21 juillet 2007 6 21 /07 /juillet /2007 22:02

Quand un seul chien se met à aboyer à une ombre, dix mille chiens en font une réalité - Proverbe chinois

Repost 0
écrivain public solidaire Plume Acide - dans Pensées - Humour
commenter cet article
21 juillet 2007 6 21 /07 /juillet /2007 21:08

Thomas Philippon : « Le capitalisme d’héritiers, la crise française du travail »

L'analyse de Pierre Bilger -  http://www.blogbilger.com - mars 2007



 

Thomas Philippon, qui a appris l’économie avec Olivier Blanchard et qui enseigne l’économie financière à la Stern School of Business de l’Université de New York, n’est pas un inconnu pour les lecteurs de ce blog.
Un compte rendu que j’avais fait en octobre dernier de la dernière étude sur la productivité de Proudfoot avait suscité un commentaire de DT qui avait attiré notre attention sur un article que cet économiste avait publié dans Le Monde du 1er septembre 2006.
La thèse qui y était soutenue peut être résumée par les deux conclusions suivantes, justifiées par une analyse approfondie de plusieurs enquêtes d’opinion :
« S’il y a bien en France une crise de la valeur travail, elle n’est pas celle que l’on croit. Il n’y a pas de disparition du désir de travailler. Contrairement aux idées reçues, les Français accordent plutôt plus d’importance au travail que la plupart des Européens, et ils sont parmi les premiers à enseigner à leurs enfants à travailler dur. (…) S’il y a d’un côté un désir de travailler, et de l’autre une volonté d’entreprendre, comment se fait-il qu’il y ait une crise du travail ? Que l’on interroge les patrons ou les ouvriers, les managers ou les employés, on arrive au même constat : la France est le pays développé où la part des gens satisfaits de leur travail est la plus faible. »
Ce point de vue m’avait tellement frappé que je m’y suis référé longuement dans un livre, actuellement sous presse et qui sera disponible dans les prochaines semaines, «Causeries à bâtons rompus», où je m’interroge entre autres sur «le bonheur au travail».
Le livre de Thomas Philippon, "Le capitalisme d'héritiers, la crise française du travail", qui vient d’être publié donne cependant une toute autre ampleur à sa réflexion.

Contrairement à beaucoup d’essais qui ne fondent leurs affirmations que sur la conviction de leur auteur, Thomas Philippon applique une méthode statistique, comparative et historique de caractère scientifique à l’analyse de données et d’opinions, fournies par l’OCDE, le Global Competitiveness Report et le World Value Survey et regroupées, selon les cas, en un échantillon de 21 pays développés ou de 80 pays à niveaux de développement plus diversifiés.
Les constats qui en résultent et qu’il nous propose n’en ont que plus de force dans leur simplicité rigoureuse :
- «Les travailleurs français veulent travailler et les entrepreneurs veulent entreprendre».
- Les rigidités institutionnelles «n’expliquent au mieux qu’un huitième des variations du chômage entre les pays, et moins d’un tiers des variations des taux d’emploi».
- La «crise du travail en France» est «une crise non pas du désir individuel de travailler, mais de la capacité à travailler ensemble. En effet, la France est le pays développé où les relations de travail sont les plus mauvaises à la fois du point de vue des dirigeants d’entreprises et du point de vue des employés», la véritable «exception française» selon l’auteur.
- Or «statistiquement, la qualité des relations sociales dans l’entreprise explique 70% des variations de taux d’emploi entre les pays (…). C’est deux fois mieux qu’avec les variables institutionnelles classiques (taux de remplacement et durée des allocations chômage, taux d’imposition du travail, coûts de licenciements, etc.)».
Ainsi Thomas Philippon établit dans l’échantillon étudié que la France est le pays où, à la fois, la satisfaction des employés est la plus faible (Grèce exceptée), la coopération entre managers et employés la moins satisfaisante (sans exception) et le taux d’emploi parmi les plus médiocres (Grèce, Espagne et Italie font plus mal).
Cependant constater une corrélation ne suffit pas. Il faut aussi éclaircir le sens de la causalité. Thomas Philippon va le rechercher dans l’analyse historique. Et de fait, les éléments qu’il rassemble sur «la genèse des attitudes syndicales», sur le rôle du «paternalisme», sur «les limites du management familial», sur l’importance du «bureaucratisme» qui culmine avec la pratique des «parachutages» étatiques, confirment l’existence dans notre pays d’un «cercle vicieux» qui explique «la mauvaise qualité du dialogue social» et ses conséquences sur l’emploi.
Aujourd’hui, toutefois, Thomas Philippon constate , «le modèle bureaucratique est tombé en désuétude, au moins dans le secteur privé» et «le capitalisme familial, au contraire se porte bien». Si notre pays est à la fois celui où le capitalisme familial est encore le plus présent* et aussi celui où la coopération managers-employés est la moins satisfaisante, l’auteur n’en déduit pas pour autant un lien causal, ne serait-ce que parce que souvent, ce type d’actionnariat est davantage un facteur d’atténuation de l’hostilité des relations sociales que l’inverse. En revanche le capitalisme familial, s’il conduit au management héréditaire, ce qui n’est pas toujours le cas, peut contribuer, aux côtés du système de reproduction bureaucratique et étatique du management, à un rythme insuffisant de renouvellement des élites.
L’auteur met ensuite «en évidence les effets néfastes (de nos difficultés collectives à créer des conditions de travail constructives) au niveau des entreprises, puis sur le chômage et l’emploi et finalement sur le bien-être des individus et la richesse nationale», effets, selon lui, «de l’ordre de plusieurs points de PIB».
«Que faire ?» dès lors est la question essentielle. Mais Thomas Philippon m’en voudra-t-il de dire que la réponse qu’il lui donne dans son dernier chapitre nous laisse quelque peu sur notre faim, même si les pistes qu’il évoque sont raisonnables. Je préfère m’en tenir à ce propos qui figure dans sa conclusion : «La solution de nos problèmes n’est ni politique ni législative. Il ne faut certes pas négliger les réformes des institutions du marché du travail. Mais réformer sans s’attaquer aux raisons profondes du blocage est une démarche hasardeuse, car les sociétés humaines ont cette étrange qualité plastique qui les rend tout à la fois malléables et rigides, de sorte qu’on ne saurait longtemps empêcher les gens de faire ce qu’ils veulent, et qu’il est difficile de les amener à faire ce qu’ils ne veulent pas. On ne remettra pas durablement les Français au travail sans rendre le travail plus attractif et plus satisfaisant pour tous.»
Les 110 pages du livre de Thomas Philippon apportent une contribution importante, sinon décisive, au diagnostic de l’état de notre société et de notre économie et des pathologies qui les empêchent de progresser comme elles le devraient. Ce diagnostic des causes premières de notre défaut de performance est capital si l’on veut éviter de se tromper sur les politiques à mettre en œuvre.
Ce que nous démontre l’analyse de Thomas Philippon, c’est que la plupart des mesures juridiques ou financières, proposées, par les uns et par les autres, ne traitent pas l’essentiel : mettre fin, selon sa terminologie, à «l’exception française» que constitue notre incapacité à «travailler ensemble».

*Situation spécifique qui avait déjà été mise en évidence par Mairi Maclean, Charles Harvey and Jon Press dans un livre "Business Elites and Corporate Governance in France and the UK" que j’avais commenté sur ce blog en février 2006.

 





Repost 0
écrivain public solidaire Plume Acide - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?