Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 17:13

 


Ce monsieur est pakistanais  et travaille depuis longtemps dans la mode pour les grands couturiers parisiens. Son job consiste à réaliser les modèles qui sont portés par les mannequins dans les défilés de modes que vous voyez à la télé. Il a des doigts d'or et c'est un bosseur.



Le début de ses malheurs commence le 30 avril 2008 quand il se fait renverser par une voiture conduite par un chaufeur à qui il n'avait rien demandé.



En septembre nous complétons ensemble son dossier pour son assureur qui doit se retourner contre celui de la partie adverse.


En octobre son assureur lui propose une transaction d'un montant de 800 € cash. La transaction précise qu'il pourra solliciter des primes de remboursements supplémentaires s'il parvient à prouver que les affections dont il souffrira ultérieurement proviennent de l'accident.



Hélas il n'a pas eu besoin d'attendre longtemps pour constater que les douleurs qu'il ressentait l'empêchaient de se concentrer sur son travail (voir la lettre du 24 janvier).



Il n'a donc pas donné suite à la transaction et engage les démarches d'expertises médicales ; tout en continuant à prendre des contrats de courte durée, et en cherchant un avocat pour engager une procédure dans le cadre de l'aide juridictionnelle.



Depuis le mois d'avril il a reçu 0 centimes d'€ de son assurance, pour compenser par exemple les frais de kinésithérapie, certains examens médicaux...



La suite au prochain rendez-vous...


Plume Solidaire





Monsieur ...............

....................

...................

75019 PARIS


                                                                       .............

.........

Service corporel Auto ....

79081 NIORT CEDEX 9




Paris le 11 octobre 2008

 



OBJET : accident du ..........2008

Références : .......................

Affaire suivie par : ...............



Monsieur,


J'accuse réception de votre courrier du 19 août et vous informe des suites de mon accident.


Je vous adresse en retour la "Fiche d'information sur la stabilisation des blessures" établie le 22 septembre 2008, comportant le certificat médical du médecin qui m'a suivi.


Je me tiens à votre disposition pour la suite du traitement de mon dossier.


Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.








Monsieur .................

......................

.......................

75019 PARIS


..........

..........

Service Corporel Auto ....

79080 NIORT CEDEX 9


Paris le 24 janvier 2009

 



OBJET : proposition de règlement

N/Références : ......................

Affaire suivie par ..................


Monsieur,


J'accuse réception de votre courrier du 9 janvier par lequel vous attirez de nouveau mon attention sur votre proposition de transaction adressée le 30 octobre 2008.


J'ai le regret de vous informer que je ne suis pas en mesure, compte tenu de mon état de santé consécutif à l'accident dont j'ai été victime le 30 avril 2008, d'y réserver une suite favorable.


En effet, je souffre de manière chronique de douleurs importantes situées à la partie gauche de la mâchoire, à la hanche gauche et au genou gauche. Je procède actuellement aux examens médicaux complémentaires relatifs à ces lésions qui sont apparues après mon accident.


Ces douleurs constituent un handicap majeur à la poursuite de mon activité professionnelle, dans un métier auquel je suis très attaché. Activité qui m'est naturellement indispensable pour faire vivre convenablement ma famille et mes deux enfants. J'ai comme vous le savez, du interrompre mon travail pendant un mois et demi, du 17 avril à fin mai 2008.


En conséquence, la somme de 800 € qui m'est proposée  ne saurait correspondre, dans le contexte présent, à la gravité et à la durée des séquelles de mon accident.


Compte tenu de ma situation, je vous saurai gré de me faire part de vos nouvelles propositions.


Dans l'attente d'une suite favorable à ma démarche,


Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.


Repost 0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 10:59

 


 

Le 19ème com' je l'vois, le 19ème com' j'le vis



View Slideshow



Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 16:42

J'étais un peu embarrassé pour cette jeune femme capverdienne.

 


 

Etre capverdien ou capverdienne n'est pas une maladie due au fameux "vers du Cap" ou capus verdium. Non,non,non. Etre capverdien veut dire que vous êtes né ou née aux Iles du Cap Vert et que vous en avez conservé la nationalité.

 


 

A cette jeune visiteuse du jour je me suis autorisé à faire découvrir un pan entier de sa culture d'origine, en lui apprenant qu'elle était "lusophone" comme tous les gens qui parlent portuguais. Ainsi les personnes qui parlent français sont francophones, celles qui s'expriment en allemand sont germanophones, et celle qui pratiquent la musique élecro sont...bien entendu électrophones !

 


 

Trève de plaisanterie. Cette capverdienne lusophone comme les angolaises et les mozambiquiennes, avait attendu une bonne partie de la matinée samedi dernier, pour s'entendre dire par l'écrivain public de service Plume Solidaire, qu'il ne pouvait plus la recevoir en raison de l'heure (il était plus de 13 h 00).

 


 

Il m'arrive en effet parfois de commettre une légère erreur dans la "gestion des flux" et de laisser une personne attendre inutilement. De plus elle avait la varicelle m'avait-elle dit, et bizarrement en lisant le courrier qu'elle avait reçu, je me suis senti brusquement fatigué.

 


 

Bon, voilà qu'elle revient le jeudi suivant avec son bébé ; elle a attendu dehors de midi à deux heures et on ne lui a donné que le billet n°3. Alors elle m'a fait savoir qu'elle n'était trop trop contente.

 


 

Dans la lettre de réponse du Directeur du Centre d'Action Sociale de l'arrondissement, objet de mon recours gracieux,  celui-ci évoque une "demande qu'il ne peut pas satisfaire". Et la dame est dans l'incapacité de préciser la nature de l'aide qu'elle a demandée. Moi non plus, et je ne sais pas comment rédiger son recours.

 


 

J'étais déjà en train l'orienter vers les spécialistes de l'article L222-2 du Code de l’Action Sociale et des Familles, quand me vient la lumineuse idée d'appeler la personne qui a monté son dossier. Et justement la capverdienne a son numéro !

 


 

Et j'ai au bout du fil une autre jeune femme charmante - francophone - qui m'explique la situation de la capverdienne et me dit ce qu'il faut écrire dans ma lettre que j'adresse au Directeur du CASVP qui lui transmettra directement !

 

Et la dame aura sa petite allocation dont je ne connais toujours pas la nature, et voilà !

 


 

Et y en a qui prétendent que l'administration c'est compliqué !

 


 

En plus la petite fille de sept mois était souriante, et elle chantait la joie de voir sa maman enfin débarrassée de cette épine qui ralentissait sa marche enthousiaste vers un bonheur rayonnant.


 

Quelle ambiance dans ce bureau !

 


 

Plume Solidaire

 

 



Madame  ..................

..................................

75019 PARIS

 

CASVP

Monsieur le Directeur de la section du 19ème

17, rue Meynadier

75019 Paris

 

 

Paris le 22 janvier 2009

 

OBJET : demande de recours gracieux

N° de foyer : ............

Date de la demande : 02.01.2009

Date de la décision : 06.01.2009

 

 

Monsieur le Directeur,

 

J’accuse réception de votre courrier du  6 janvier dernier, par lequel vous m’informez que les conditions relatives à l’application de l’article L222-2 du Code de l’Action Sociale et des Familles n’étant pas réunies, il ne vous est pas possible de donner une suite favorable à ma demande.

 

Je me permets de vous apporter les éléments complémentaires qui sont de nature à mieux faire comprendre ma situation familiale.

 

En effet, je vis en concubinage avec le père de ma petite fille âgée de sept mois, et je suis en situation irrégulière sur le territoire français.

 

Mon compagnon travaille dans le secteur du bâtiment et dispose de revenus réguliers, et bénéficie d’un récépissé de demande de tire de séjour l’autorisant à travailler. Ne sachant pas lire, étant dans l’attente d’une convocation pour l’obtention d’un titre de séjour il était convaincu qu’il n’était pas autorisé à travailler en France et est resté neuf mois sans activité.

 

A compter du 1 février prochain, en accord avec son employeur, celui-ci le déclarera en qualité de salarié, et il pourra désormais bénéficier d’un bulletin de paie.

 

Concernant le logement, nous avons demandé une Attestation d’Hébergement à la personne qui nous accueille à son domicile.

 

En conséquence, je sollicite votre bienveillance pour un recours gracieux.

 

Dans l’attente d’une suite favorable à ma requête,

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mes salutations respectueuses.

Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?