Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 09:59
Il y a des auteurs que j'affectionne plus que d'autres.


Souvent il s'agit d'écrivains à ranger dans la catégorie "prise de tête".


Je sais, c'est pas bien, mais j'aime les gens dont le métier est de penser, de réfléchir au monde tel qu'il fut, tel qu'il est, et qui nous proposent un monde à vivre plus intelligemment.


C'est le cas de ces deux philosophes que sont
Abdelwahab Medeb  - que j'écoute parfois sur France Culture - et Yves Michaud. Et de leur dernier ouvrage "Pari de civilisation" et "Qu'est-ce que le mérite ? ", dont les médias parlent beaucoup moins que des futurs prix littéraires.


Yves Michaud, je l'écoute aussi sur France Culture chaque dimanche après la messe - de France Culture dont je n'écoute que les cloches à la fin de l'émission - de 11 h à 12 h, dans l'émissionde Philippe Meyer "L'esprit public". Je sais je ne devrais pas le dire non plus  : j'écoute cette émission hebdomadaire depuis bientôt 10 ans avec une régularité d'horloge. Malgré la présence de ce célèbre octogénaire historien, et auteur à succès, qui fut naguère porte parole de l'Elysée sous Mittérand ;
devenu aussi porte parole médiatique de l'actuel Président de la République.



Yves Michaud c'est surtout l'Université de tous les savoirs. Vous connaissez, j'en ai déjà parlé ici ! C'était à propos d'humanisme. Vous savez mes univers sont si petits (et présomptueux), et comme vous peut-être je tourne en rond. Je suis passé par ici je reviendrai par là, c'est tout ! J'aime aussi son esprit critique sur l'art contemporain. Oui je sais l'art contemporain c'est pour l'élite et c'est pas votre tasse de thé. Qui vous dit que c'est la mienne ? On en revient aussi vous savez de l'art contemporain ! Enfin d'un partie du moins, d'une grande partie même.


Quant à Daniel Cohen, c'est la virtuosité intellectuelle mise au service d'une vision humaniste de l'économie qui m'intéresse. Lui par contre on le voit beaucoup sur les grandes chaînes de TV en ce moment ; ça cache sûrement quelque chose ! Son bouquin s'intitule "La prospérité du vice", et il est lumineux (le bouquin).


J'ai dit,


Plume Solidaire




 




Le Mot de l'éditeur : Pari de civilisation

• Est proposée ici une série de relectures du Coran et de la Tradition afin de conduire ce travail de mémoire et de dépassement. Il est demandé à l’islam, pour s’épargner le malheur, de rejoindre une modernité à hauteur de ce qu’ont réussi juifs et chrétiens. Mais il ne suffit pas pour ce dessein, comme s’y engagent les États islamiques – notamment l’Arabie Saoudite – d’encourager un « islam du juste milieu », opposé aux interprétations maximales de certains de leurs coreligionnaires. Ils fondent certes sur le Coran cet appel à la modération, contre la surenchère, chez les « gens du Livre ». C’est un pas louable mais ô combien timide, surtout pour la présence de l’islam en Europe. Les citoyens musulmans du Vieux Continent ont, en effet, les moyens de vivre selon leur libre conscience, dans l’esprit du droit positif et de la charte des Droits de l’Homme, en abolissant toute référence à la sharî’a. Ainsi pourront-ils, en musulmans libres, pratiquer un culte spiritualisé, nourri par le très riche fonds du soufisme. Ce n’est pas dans le déni de soi mais dans sa reconnaissance que le sujet d’islam sera acteur efficient à l’horizon d’une cosmopolitique post-occidentale.

• Écrivain et poète, Abdelwahab Meddeb enseigne à l'université de Nanterre et anime une émission régulière sur France-Culture ("Cultures d'islam", le dimanche soir). La Maladie de l'islam (Seuil, 2002) est considéré comme une des meilleures analyses de la crise de l'islam aujourd'hui.



evene.fr

Résumé du livre

Ce nouvel ouvrage d'Abdelwahab Meddeb propose une série de relectures du Coran et de la Tradition afin de conduire ce travail de mémoire et de dépassement. Pour se prémunir du malheur, il est demandé à l'islam de rejoindre une modernité à la hauteur de ce qu'ont réussi juifs et chrétiens. Mais pour réaliser ce dessein, il ne suffit pas d'encourager un 'islam du juste milieu' comme s'y engagent les Etats islamiques, notamment l'Arabie Saoudite. C'est un pas trop timide surtout pour la présence de l'islam en Europe, où les citoyens musulmans ont en effet les moyens de vivre selon leur libre conscience, dans l'esprit du droit positif et des droits de l'homme en abolissant toute référence à la sharî'a. Ainsi pourront-ils, en musulmans libres et éclairés, pratiquer un culte spiritualisé, puisant dans le riche fonds du soufisme. C'est dans la véritable reconnaissance de soi (et non de son déni) que le sujet d'islam pourra devenir un acteur efficient dans la construction d'une cosmopolitique post-occidentale.

 

 

La critique [evene]
La note evene : 4/5La note evene : 4/5   par Monia Zergane

Si l'Islam a conduit la civilisation à un apogée qu'elle n'avait pas connu avant son avènement, la civilisation musulmane, elle, a pensé "la fin de l'histoire" et cela lui a été préjudiciable. Le panarabisme et l'islamisme ont détruit les minorités religieuses et culturelles vivant en terre d'islam, achevant de plonger les populations musulmanes dans l'isolement. Despotisme, fanatisme, superstition, obscurantisme, misère économique, sous-développement et absence de contrat social intériorisé, c'est aujourd'hui la réalité des pays musulmans. Une réalité qui contraste radicalement avec la splendeur révolue de la civilisation musulmane exaltée par Abdelwahab Meddeb tout au long de cet ouvrage. Dans sa complexité, nous dit l'auteur, l'Islam doit être approché comme civilisation, comme religion et comme désir politique. De nos jours, les deux premiers attributs se sont éclipsés au profit d'une violence criminelle dont les attentats du 11 septembre 2001 ont été l'illustration abjecte. Meddeb insiste sur la nécessité d'une relecture du texte coranique afin éviter le choc voire la guerre des interprétations qui se profile. Neutraliser les versets de l'hostilité en les situant dans le contexte dépassé de leur apparition doit être une priorité pour les exégèses du texte coranique. Il s'agit ici du djihad et de certaines dispositions juridico-politiques telles que l'esclavage, la polygamie, les hudûd (les sanctions pénales traduites en châtiments corporels) et l'inégalité des sexes.
Dans ce livre utile où l'on trouvera une somme impressionnante de références témoignant de la profondeur des cultures d'Islam, Meddeb insiste sur la nécessité de reconsidérer les idées des Lumières et invite le sujet musulman à questionner son rapport à la Nature en se conformant aux préceptes appelant à habiter proprement le monde. C'est sur ces aspects que portera le “défi” et que pourra se vérifier la pertinence de la tradition de pensée islamique et son ancrage dans la modernité.

 


 

 

C'est pour comprendre les sens réel du mot "mérite", ce qu'il cache et ce qu'il révèle, qu'Yves Michaud a écrit ce texte, réflexion profonde sur quelques aspects essentiels autant qu'étranges de la société contemporaine : primes, vanités, people, VIP, Rolex...

"Le mérite, le travail, l'effort ont fait retour dans le discours politique et dans l'opinion. Il faut mériter son salaire ou sa promotion ; les rémunérations doivent être fixées au mérite et l'on promet aux élèves méritants des décorations sur le modèle des croix d'honneur du passé. Mais ce retour est bizarre. Non seulement il se produit au milieu de revendications égalitaires toujours fortes, mais c'est aussi un drôle de mérite qui revient. Pas question de valeur morale, d'accomplissements humains, de bonnes actions, de vertu. On parle de travail, d'efforts - et surtout de rémunérations. Le mérite semble une sorte de droit à récompense financière - en tout cas quelque chose qui doit payer."
Yves Michaud

 

Au sommaire

  • L'impasse de la méritocratie et "l'épaisseur" du mérite
    • En finir avec les privilèges
    • Méritocratie, castes et "meilleur des mondes"
    • La proportion ou l'estime ?
    • Liberté, destin, mérite
  • Le mérite au prisme de l'égalité
    • L'égalité contre le mérite
    • À vos droits citoyens !
    • Questions sur l'égalité
  • La chance, la reconnaissance et la vertu
    • Le facteur "chance"
    • Égalité des chances, valeurs à la carte et mérite bling-bling
    • Mérite et sociabilité
  • Conclusion - Le mérite et la vertu

 


 

 

 

 

Le plus simple c'est de lire l'article du Monde



 

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 22:22


Il faisait trop beau pour  enclore le plaisir de partager notre pique-nique au fond d'une cale de péniche. Alors  j'ai proposé d'aller nous installer sur la grande pelouse des Jardins d'Eole où je pratique le tai chi chuan avec mes amis le dimanche matin.


Un soleil magnifique, qui nous a redonné des couleurs.


On avait apporté des couvertures et des nattes.


Chaque repas avec les usagers de nos permanences d'écrivains publics apporte son lot de bonnes surprises.


Il y a le noyau dur qui a pris goût à ces rencontres. Et puis il y a celles et ceux qui disent qui viendront et qui ne sont pas là, ceux qui viennent mais qui ont raté le rendez-vous comme Arezki. J'étais contrarié quand il m'a appelé hier soir pour me le dire. Et puis il y a celles et ceux qui viennent sans prévenir. C'est comme ça.


Et parmi ces derniers il y en a trois qui m'ont vraiment touché. D'abord il y a Soraya une dame iranienne âgée qui faisait partie de la bourgeoisie à l'époque du Shah, totalement  ruinée en France par son ex mari. Elle était simplement passée me donner de ses nouvelles, des boissons et des chips. Les chips avec Pierre, on leur a fait un sort en rejoignant les autres au Parc.


Et cette sacrée Miloudia ! Elle est venue l'autre samedi, et elle m'a parlé de ses problèmes pendant une heure trente. Jusqu'à 14 h 20 qu'elle m'a tué la Miloudia ! J'étais épuisé et je mourrais de faim. On s'était quittés presque fachés. Quand je la vois dans la salle d'attente, j'ai tout de suite mal à la tête !


Dimanche elle est venue du 17ème arrondissement avec son caddy de 15 kilos rempli à ras bord ; avec un tajine bien conservé au chaud avec des amendes grillées, la salade verte et sa sauce, une salade de fruits, le café dans la thermos avec les petits chocolats ! Elle en avait fait pour 10 sans que personne ne lui ait rien demandé ! A 5 heures du matin, elle s'était  levée pour nous préparer tout ça. Bon je vais me concentrer sur ma boule de cristal, je vais bien voir quelque chose pour Miloudia quand même.


Et puis il y avait une jeune dame du Bengla Desh, toujours souriante. Je me souviens bien d'elle quand elle est venue au mois de juillet. Elle s'appelle Rahana - ou Radana je ne sais plus -. Je ne l'ai vue qu'une fois ; elle était là rayonnante dans son sari.



Chacun(e) arrivait à son heure et repartait quand il voulait. On a parlé jusqu'à 17 heures des problèmes des uns et des autres, et de tout et de rien.

C'était comme un jour de Noël en septembre.

Une seule ombre à ce tableau édènique : personne n'a voulu jouer au badmington avec moi.

Et ça c'est vraiment pas sympa.

J'avais l'air d'un Mickey avec avec mes raquettes !

J'ai dit,

Plume Solidaire


Ps : les photos je les mettrai plus tard...




Repost 0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 16:45
Je l'ignorais : Plumeacide s'est mondialisé à l'insue de mon plein gré.


Alors d’où viens-tu lecteur ?


Du 28 août au 27 septembre :


4546 internantes de l’Europe ont migré virtuellement ici


4732 visiteurs résidant en France métropolitaine y ont fait un tour


267 africains ont franchi les frontières pour venir clandestinement de ce côté ci du Détroit de Gibraltar


82 internautes du continent américain sont passés par là


24 asiatiques se sont infiltrés sans passeur vers Plumeacide


3 océaniens ont franchi les mers vers le nord-ouest


Et 8 martiens ont atterri sur cette terre hospitalière (no set)


J’ai dit !

 

Plume Solidaire








Plumeacide vu du ciel
Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?