Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 19:16






 Visuel Plume Solidaire - manège de Montmartre

 


Je ne l’avais pas vue depuis longtemps, mais comment ne pas me souvenir d’elle ?

 

Retour de l’être aimé. Kristina la petite dame  rondouillette bulgare apparaît dans l’encadrement de la porte. Elle porte son chapeau à fleur planté au-dessus de ses grands yeux bleus clairs, et des vêtements pleins de couleurs chatoyantes. Elle a son sourire, mélange de malice qui ne pense pas à mal et d’amitié débordante. Elle transpire de toutes ses eaux. Je sais qu’elle ne sait pas marcher, elle court.

 

Je prends conscience que le tsunami va bientôt franchir le pas de la porte : flot de phrases tonitruantes, vagues d’émotions incontrôlées, lames de fond d’énergie et d’optimisme.

 

Lors de sa dernière visite elle m’avait donnée une petite image de Saint Serge (je crois) que je garde dans mon sac, et qui dans mon esprit est devenu mon Saint protecteur des écrivains publics. Je lui dis et elle éclate de rire.

 

Quand Kristina me parle, je ne sais si c’est l’universitaire Docteur en Chimie qui s’exprime, la praticienne de karaté – elle veut me rejoindre à mon cours de tai chi…(non pas ça !) -, l’astrologue ou la numérologue, qui m’a promis tout le bonheur que j’ai connu dans ma vie depuis sa dernière visite.

 

Elle me donne les dernières nouvelles. Elle a présentée sa candidature à l’université d’Oxford en Grande Bretagne et a été recrutée (sur 500 universitaires) pour donner des cours. Là-bas, un jour, elle tombe dans sa baignoire et se blesse à la poitrine. Les examens révèlent l’existence d’un cancer du sein. Retour dans son taudis à Paris où elle vit avec sa sœur (68 ans). Elle veut faire venir son frère (70 ans), en retraite au pays, pour qu’il l’accompagne dans sa maladie. Elle m’explique toute la biochimie de son organisme et comment en utilisant des remèdes de grand-mère bulgares elle a réussi réduire la taille de sa tumeur.

 

Une rencontre avec Kristina c’est une scène d’improvisation théâtrale ou se joue un combat de gladiateurs. Elle déclame sa foi insensée dans mes talents d’écrivain public, me fait des déclarations d’amour enflammées, déchiffre les secrets des lettres de mon prénom, prie pour moi en m’interrogeant sur mes convictions spirituelles. Propos auxquels je réponds par une admonestation affectueuse pour sa lettre inutile au Président Sarkozy : « Commet avez-vous pu oser écrire à ce monsieur ? ». Alors elle écarquille les yeux et me la joue piteuse. Et elle repart de plus belle, exigeant un logement dans le 15ème arrondissement où elle fréquente assidûment une chorale dans une église russe. Alors je lui fais le coup du rappel à l’ordre autoritaire : « Ecoutez-moi Kristina ! Je vous explique : si vous voulez que la flèche pénètre au cœur de la cible il faut qu’elle soit pointue et aiguisée. Votre but est d’abord de sortir de votre logement le plus vite possible. C’est sur cette cible unique que je me concentre ; après vous verrez avec le Maire du 15ème quand vous le rencontrerez. La localisation dans Paris c’est un objectif secondaire, et si vous l’atteignez ce sera un plus . Si vous cumulez tous les objectifs dans la même lettre, la flèche s’écrasera sur l’objectif, car nous vivons encore dans une République laïque et personne ne vous donnera un logement pour être plus proche du Bon Dieu ! ».

 

Là j’ai fait mouche et elle reste bouchée bée.

 

Le bureau est une cocotte minute qui va exploser sous la pression cumulée de nos énergies conjointes toutes mises au service de sa démarche : sortir de ce taudis où elle vit avec sa sœur, et où elle n’aurait jamais du rentrer !

 

La dernière fois qu’on s’étaient vus tous les deux, j’avais rédigé une lettre de pétition à sa demande pour contraindre le propriétaire, un bailleur social connu sur Paris,  à réaliser des travaux de sécurité et d’hygiène dans l’immeuble classé  « monument historique » qu’elle habite. Tous les locataires ont signé. Comment ne pas signer une pétition présentée par Kristina ?

 

La suite est dans la lettre « Demande de logement suite à l’intervention du Bureau de la Sécurité et de l’Habitat de la Préfecture de Police ».

 

Donc notre stratégie avait bien fonctionné. Mais même en rajoutant une couche avec l’appui du Conciliateur de Justice local : aucun résultat tangible.

 

Alors mon but  - mon cœur de cible - c’est que Kristina puisse se soigner dans des conditions de vie décentes avec son frère et sa sœur, car la famille pour Kristina c’est essentiel.

 

Et elle va me revenir la semaine prochaine Kristina, après qu’elle soit allée chercher un formulaire pour commencer une procédure dans le cadre de la loi DALO.

 

On se quitte dans la rue en se serrant la main.

 

Nos yeux brillent comme des pépites, mais je ne sais pas qui donne de l’énergie à l’autre.

 

Jeudi prochain y aura encore des étincelles dans le bureau.

Ah j'allais oublier : elle tient beaucoup à m'offrir une véritale icône bulgare !

Sacrée Kristina !

 

J’ai dit

Plume Solidaire

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 12:51

Mme ........ .............

................................

75019 PARIS

MAIRIE DE PARIS

Direction du Logement et de l’Habitat

Sous-Direction de l’Habitat

Service du traitement des Demandes de Logement

6 rue Agrippa d’Aubigné

750181 PARIS CEDEX 04


 

Paris le 10 octobre 2009

 

OBJET :  (voir titre de l'article)

Référence - : Attestation de dépôt : ............

 

Madame, Monsieur,

 

Je suis locataire, d’un logement de ......... depuis juillet1994, et je suis à jour du règlement de mes loyers mensuels.

 

Compte tenu de l’état d’insalubrité de cet appartement, j’ai déposé une demande de logement en 1997 auprès de votre organisme, demande que j’ai renouvelée chaque année sans obtenir de proposition de logement.

 

Par lettre en date du 30 octobre 2006 j’ai informé le Maire du 19ème arrondissement des  dégradations liées à l’humidité, de la présence de rongeurs, des agressions que nous avons subies et de leurs conséquences sur la santé de ma sœur, reconnue handicapée, et de moi-même. J’y indique aussi l’intervention du Conciliateur de justice du 19ème arrondissement auprès de notre bailleur.

 

En octobre 2007, j’ai pris l’initiative de rédiger une lettre pétition signée par les résidants de l’immeuble, et adressée à Monsieur Jean-Yves MANOT, Adjoint au Maire chargé de logement. Cette lettre mentionne les risques d’explosion et d’incendie qu’engendrent les mauvais fonctionnements des installations de gaz et d’électricité, ainsi que l’existence d’inondations dues aux fuites des canalisations du tout-à-l’égout dans les caves.

 

Cette action a donné lieu à une expertise du Bureau de la Sécurité et de l’Habitat de la Préfecture de Police, qui elle-même a conduit à une mise en demeure adressée le 27 août 2008 au propriétaire, l’enjoignant d’engager des travaux de sécurité. Depuis lors, quelques réparations superficielles ont été effectué qui ne sont pas de nature à rassurer les habitants.

 

Je me permets d’attirer votre attention sur la gravité de mon état de santé. Diabétique et affectée de claustrophobie, je suis atteinte d’un cancer et dois subir des chimiothérapies extrêmement fatigantes. Agée de 66 ans, je partage mon logement avec ma sœur aînée elle même gravement malade du cœur, et je souhaite que mon frère reste à mes côtés pour m’accompagner dans ma maladie. C’est la raison pour laquelle je souhaite bénéficier d’un logement pouvant accueillir trois personnes âgées.

 

 

 

Comptant sur un examen bienveillant et une réponse diligence et favorable à ma démarche,

 

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

 

 

 

 

 

   

Pièces jointes :

-         Certificats médicaux pour de Mme ................

-         Carte d’handicapé de Mme ..........................

-         Carte d’identité bulgare de Mr ......................

-         Attestation de loyer de la .......

-         Courrier au Maire du 19ème arrondissement du 30 ocotbre 2006

-         Courrier à l’Adjoint au Maire chargé du logement du 6 octobre 207

-         Courrier de la Préfecture Police du 27 août 2008 à .........

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Lettres logement
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 10:22



Aux grilles du parc c’est la cohue, le superbouchon du piéton. A la fois Salon de l’Automobile et Journée du Patrimoine. Plusieurs queues compactes se pressent sans bousculade aussi bien pour sortir que pour entrer ce soir là, à l’endroit même où le samedi midi se prennent les photos de mariage. La cohue envahit la place et nous décidons de ne pas nous approcher de la création locale hip hop diffusée en direct sur écran, et mixée avec des images vidéo. La danse se mêle aux avions qui traversent l’écran…
 
Nous nous dirigeons vers la Piscine Pailleron, petite merveille d’architecture des années 30 ouverte après rénovation il y a deux ans. 
 
  1933 : inauguration de la piscine Pailleron, construite par l'architecte Lucien Pollet.

- 1990 : fermeture de la piscine Pailleron.

- 1996 : fermeture de la patinoire.

- 2001 : début du projet de renaissance de Pailleron.


Les travaux commencent en 2004 sous la direction de l'architecte Marc Mimram. Le bassin historique est refait à l'identique, la façade extérieure est conservée, de nouveaux bâtiments et vestiaires sont construits.


Le complexe aquatique est géré par une filiale de l'UCPA. Il se compose : le bassin historique de 33 mètres ; un bassin ludique de 200 m2 ; un spa réservé aux plus de 16 ans ; un espace de restauration ; un sauna.

Source : Wikipédia

 

J’ai un attachement particulier pour cette piscine. Un samedi matin, en attendant  l’ouverture de la Maison des Associations voisine, je patiente en observant les patineurs. C’est en admirant la façade de l’entrée de la piscine que je me suis souvenu soudainement que nous y venions de Montmorency dans les années (19)50-60, lorsque j’étais Scouts de France…
 
Nous entrons dans l’établissement, faisons le tour du patio qui sépare la patinoire de la piscine. Vu à travers les vitres de la piscine, l’effet des quatre éclairs de Pierre Ardouvin ne provoque  pas d'émotion.
 
Quittant mon petit groupe d’amis qui se dirige vers Jaurès et le terrain de foot ludique de Priscilla Monge, je décide de profiter de cette opération portes ouvertes à Pailleron pour redécouvrir cette piscine de mon enfance.
 



Et là c’est le choc. Choc émotionnel du souvenir et choc artistique fusionnent dans un moment de bonheur intense.

Les éclairs illuminent comme des feux d’artifice cet espace aux couleurs vives, tandis que les promeneurs parcourent la galerie des cabines. Sensation d’être à bord d’un paquebot transatlantique des années 30 ; un lieu de luxe  accessible au plus grand nombre.
 






Pierre ARDOUVIN

L’éclair dans la Nuit Blanche

Installation lumineuse - 2009

Inattendus, incongrus, des éclairs dans la nuit fissurent l’espace de la piscine Pailleron. Ces failles lumineuses suivent un parcours en ligne brisée, élément perturbateur et décalé, entre apparition, rêve et fantasme et transforment notre rapport au lieu. En un geste un brin iconoclaste, l’artiste français Pierre Ardouvin, né en 1955, porte sa marque sur ce lieu très fréquenté du quartier, piscine patinoire et centre sportif. Maniant l’installation, le dessin, la sculpture et la photographie, l’artiste indépendant et autodidacte aime à s’emparer, sous des dehors faussement désinvoltes, des archétypes de notre société. Avec le soutien de l’espace Pailleron. La piscine est exceptionnellement ouverte et gratuite toute la nuit.


 


Qui trop embrasse mal étreint. Des festivals, des salons j’ai appris qu’il faut savoir restreindre son champ de découverte – en définir le périmètre –, afin d’éviter la saturation des images et des souvenirs; le trop plein d’impressions, la fatigue des déplacements. Voir peu mais mieux, autant que faire se peut. Préserver ma disponibilité d’esprit et le champ du désir ou de l’attente.

 

 

Aventure ou expérience noctambule et urbaine, visite d’une exposition d’œuvres d’art contemporain en plein air, ou simple distraction telle une balade parmi les attractions de la Foire du Trône…Chaque spectateur de la Nuit Blanche a sa manière singulière d’y participer.

 

Mais l’ambiance générale était bien celle du public d’un Musée : attentif, respectueux et admiratif pour les œuvres.

 

Je quitte ces passants d’une nuit de la rue Secrétan et de l’avenue Simon Bolivar qui poursuivent leur exode paisible vers d’autres sites de la Nuit Blanche.

 

Demain matin le parc sera rendu à ses voisins et retrouvera son visage quotidien. Adeptes du tai chi chuan et  joggers du dimanche matin ; familles du monde entier en promenade l’après-midi.


Le temps d'une nuit le 19ème a changé de visage. Et cet évènement éphémère l'a un instant transfiguré, lui apportant une autre dimension. Lumineuse et émouvante.


 

J’ai dit

 

Plume Solidaire

Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?