Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 18:00
Ouf ça y est, j’ai signé la campagne NI UNE NI DEUX en mon nom personnel. Je ne me serais jamais autorisé à la signer au nom du Bureau de mon association de crainte d'être mis en minorité, et de perdre le poste de Président qui me colle à la peau . C'est que  je suis bien trop sensible aux honneurs pour outrepaser mes droits !




cimadelogo.jpg


Je m’en serais voulu aussi de ne pas avoir adhéré à cette campagne virtuelle qui flatte ma bonne conscience sans m'inviter à mettre la main à mon portemonnaie, en forme de hérisson. La quadrature du cercle citoyen en somme : demander à d'autres de faire ce que je vous ne faites pas sans que cela ne vous coûte en rien quoi que ce soit.

 


Le y qu'à, y faut qu'on, ils auraient dû...qui agrémente si bien nos réunions démocratiques.


Et voilà que j'accède enfin au statut de victime : démasqué, identifié, répertorié, fiché, hadopié (et à 2 mains !).


Simplement pour m’offrir le luxe du frisson virtuel du risque de l’engagement citoyen à bon marché ?


A un petit détail près cependant : si la marche est virtuelle la réalité de cette double violence faîte aux femmes ne l’est pas. Je la vois chaque semaine dans mes permanences d’écrivain public.


En ce moment c'est ma période haïtienne. Et pas plus tard que samedi dernier, j'ai reçu une dame toute pimpante qui nous est venue tout droit de Haïti il y pile poil dix ans. Avec son petit chapeau et sa popeline proprette on aurait dit qu'elle sortait de la messe.


Elle a pas de mari, elle a pas d'enfant. Elle vit chez sa cousine à Paris. Heureusement parce que de la famille, elle en a plus à Haïti. Dans son dossier ses démarches sont classées année par année dans un ordre impeccable.


Rien à trier

Tout est bien rangé

Dans l'armoire à papiers.


 

Un survol rapide des réponses à ses demandes de titres de séjour renouvelées  presque année après année avec une obstination touchante,  est éclairant, avec ou sans aide d'un avocat.


Rien à faire, c'est niet.


 

C'est pas une violence faîte aux femmes ça ?


 

Et puis il a celles qui ont subi de "vraies" violences physiques et morales...


 

Mais là je ne voudrais pas vous désespérer de lire Plumeacide au moment où vous vous préparez peut-être à prendre la route pour aller glisser sur des planches.


 

Vous y avez bien droit (moi non plus). Je vous casserais le moral et ce serait mauvais pour mon i-business (merci de cliquer sur la pub) pour financer mon prochain trek au Sahara.

 

 

J'ai dit


Plume Solidaire

 

 

 

 


Source :CIMADE


 

Déjà plus de 13 360 manifestants. Du 10 février au 28 mars, manifestons ensemble pour mettre fin à la double violence. Pour participer à la marche virtuelle, inscrivez vous. Cette manifestation virtuelle est une nouvelle forme de mobilisation qui permet à la fois, comme la pétition, de matérialiser son adhésion mais également de participer à des actions d'interpellation des pouvoirs publics. Cette manifestation sera le fil rouge de la campagne Ni une ni deux. Vous serez ensuite informé-e-s des actions d'interpellation des élus locaux, parlementaires et pouvoirs publics et invité-e-s à y participer.


 

> Voir la liste des manifestants

Je participe à la manifestation virtuelle et citoyenne pour exiger une véritable protection des femmes étrangères victimes de violences.

 


Les femmes étrangères subissent une double discrimination: en tant que femmes, elles sont confrontées à des discriminations spécifiques dans leur pays et en France; en tant qu’étrangères elles sont soumises à un ensemble de textes qui se révèlent, dans la pratique, plus restrictifs à leur égard. Le fait qu’elles soient étrangères fait trop souvent obstacle à la reconnaissance et à l’application de leurs droits fondamentaux. Cette violence institutionnelle vient prolonger les violences vécues en tant que femmes.

 


Il s’avère dès lors urgent de mettre en place une véritable défense des femmes étrangères victimes de violences. Pour cela, en tant que manifestant, j’invite les élu-e-s locaux et parlementaires à s’engager en signant la charte de la campagne Ni une ni deux et à tout faire pour que les droits soient respectés et leur assurer une protection effective :



- Je demande aux élu-e-s locaux de s’engager à améliorer la formation des personnels amenés à travailler auprès des femmes étrangères victimes de violences, tant dans les administrations, les juridictions, les commissariats et gendarmeries, que dans les organismes sociaux. Ces intervenants, par exemple, doivent être informés du droit des personnes en situation irrégulière à porter plainte sans crainte d’être arrêtées et expulsées et relayer l’information auprès des femmes concernées. Par ailleurs, nous nous engageons à sensibiliser l’opinion publique à la situation vécue par les femmes étrangères victimes de violences, par exemple, en proposant et facilitant la diffusion d’affiches sur cette question



- Je demande aux parlementaires de s’engager à garantir l’application de la loi et améliorer les dispositifs législatifs existants. Les pratiques telles que les refus infondés d’enregistrement des dossiers dans les préfectures, le maintien prolongé sous récépissés de demandes de titres de séjour, les procédures anormalement longues doivent cesser. Il est urgent de mettre un terme aux dysfonctionnements constatés dans les institutions et les administrations, notamment les préfectures.



- Je demande aux pouvoirs publics de s’engager collectivement à garantir une réelle protection pour ces personnes. Favoriser  ainsi l’accès aux droits, en permettant à toutes les femmes de porter plainte de manière effective en cas de violences, mais aussi en leur garantissant, et ce, quelle que soit leur situation administrative, l’accès aux droits sociaux et à l’aide juridictionnelle. Les femmes étrangères ayant subi des violences doivent être réellement protégées, suivies par une assistante sociale, mises à l’abri puis hébergées dans des structures adaptées ou des logements sociaux, et doivent pouvoir vivre avec leur-s enfant-s.

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 18:00




Parfois je concède à certains de mes visiteurs d'effectuer une démarche qu'ils me demandent en étant conscient que c'est peine perdue.


Tout en m'exécutant je m'informe sur la situation et je tente de leur expliquer, avec le plus de tact possible, les raisons pour lesquelles leur démarche ne peut aboutir.


Ce monsieur est haïtien; toute sa famille a disparu dans le seisme de Port-au-Prince au mois de janvier, à l'exception de 2 de ses neveux et 1 nièce qui errent dans les rues de la capitale.













Armé des meilleures intentions du monde, il décide par solidarité famililale de faire venir et d'adopter les trois enfants.



Pour ce faire il a contacté un avocat à Port-au-Prince qui se charge d'engager une procédure d'adoption et de lui envoyer les actes de naissance des enfants. Je n'ose pas lui demander s'il peut me dire si la Mairie - et le service d'état civil - où ont été déclaré les naissances, a été endommagé par le seisme...


Mon interlocuteur me tend un morceau de papier sur lequel est griffoné une adresse de courriel.



Pendant que je rédige le mail ci-dessous je lui explique que ce n'est pas parce que les français se sont montrés généreux au moment du seisme que l'état va nécessairement faciliter massivement les procédures d'adoption d'enfants haïtiens.



Sachant les procédures d'adoption lentes et complexes, je lui conseille de prendre contact avec les associations de résidents haïtiens à Paris pour s'informer des possibilités actuelles d'accueillir des enfants haïtiens, des démarches à engager, et de l'évolution de la situation au sein des familles adoptantes.


Je l'invite aussi à prendre contact avec des ONG présentes à Port-au-Prince pour faire en sorte que ces enfants soient hébergés et nourris et qu'il puisse garder le contact avec eux, envoyer de l'argent...



J'ai envoyé deux mails à l'adresse indiquée en la modifiant.


Mes deux mails ne sont jamais parvenus au destinataire.


J'ai dit


Plume Solidaire




Maître
 
Je suis écrivain public à Paris.
 
Je vous écris depuis mon adresse mail au nom de Monsieur .................. Marc André.
 
So numéro de téléphone est le 06 ........ et son adresse : Chez Madame ....... rue Alphonse Karr - 75019 PARIS.
 
Je vous transmets les coordonnées de mes nièces et de mon neveu pour engager une procédure d'adoption.
 
Nom : Dau.......
Prénom : Berlong
Date de naissance : 28 décembre 1993
 
 
Nom : .....
Prénom : Jose Cendia
date de naissance : 17 août 1993
 
 
Nom : ........
Prénom : Lourdjina
date de naissance : 28 février 2002
 






Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 18:00

http://www.laviedesidees.fr/local/cache-vignettes/L167xH250/auton7091-f8182.jpg

James K Galbraith





La théorie économique en débat

Avant-propos par Wojtek Kalinowski


La crise financière a ébranlé quelques certitudes et déclenché une vague de critiques à l’encontre des économistes qui, comme on le dit souvent, n’auraient « rien vu venir ». On peut cependant s’interroger sur les résultats concrets de cette agitation médiatique : au bout du compte, quels enseignements ont été tirés ? Au tournant de l’année 2008/2009, l’échec de la théorie des marchés « autorégulateurs » était patent et ses effets désastreux décriés à l’unisson par les hommes politiques, les journalistes et les experts. Un an plus tard, la nouvelle régulation financière se fait toujours attendre, la lutte contre les paradis fiscaux s’enlise – notamment en France – et le débat économique revient à son thème de prédilection, la limitation des dépenses publiques.

C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’article de James K. Galbraith, que nous publions dans l’espoir d’ouvrir un débat sur les fondements théoriques d’une régulation financière viable, et plus largement sur le rapport entre la macroéconomie, l’usage des mathématiques et l’analyse des acteurs économiques réels. Rarement un débat d’idées aura été à la fois si essentiel et si difficile à mettre en œuvre, bloqué par des clivages – qui, vus de l’extérieur, semblent quasiment insurmontables – entre les positions « orthodoxes » et « hétérodoxes » du champ économique universitaire.


S’inscrivant dans ce contexte, l’article de James K. Galbraith est délibérément polémique ; il a été rédigé en réaction à l’essai de Paul Krugman, où le célèbre économiste diagnostiquait les erreurs de la théorie dominante mais passait rapidement – trop rapidement selon Galbraith – sur ceux qui avaient tiré la sonnette d’alarme mais qui n’avaient pas été entendus. Mais ne nous trompons pas : l’intention de Galbraith n’est pas tant de « régler des comptes » avec les courants de pensée dominants, que de montrer les approches théoriques qui auraient pu – et qui peuvent toujours – servir à bâtir une régulation effective du secteur financier. En les présentant à un public francophone, la Vie des Idées veut apporter sa contribution au débat et inciter les économistes à y participer.

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?