Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 09:33
Les controverses de Descartes : Qu'est-ce que la morale laïque ?

 

Le 15 novembre se tiennent Les controverses de Descartes 2014 à l'Université PARIS DESCARTES, intitulées "Au-delà des apparences".

 

L'an dernier, les controverses portaient sur le thème:  "Refuser la fatalité de l'échec".

Le sujet des deux interventions de la première controverse, traitaient de la question : "Qu'est ce que la morale laïque ?"

 

- Voir la vidéo de la première intervention, de JM Petitclerc, responsable de l'association VALDECO.

 

Extraits du propos de Petitclerc : 

- La liberté et l'égalité sont de l'ordre des droits; la fraternité est de l'ordre du devoir.

-  La fraternité, c'est reconnaître l'autre comme un frère. On choisit ses amis, on ne choisit pas ses frères.

- La fraternité est différente de la solidarité: je peux aider une personne sans nouer de lien avec elle.

- La fraternité est donc une expérience de similitude et de différence.

- Elle va de paire avec le respect et l'altérité; le respect de l'altérité.

- Le vivre ensemble implique l'aptitude à se mettre à la place de l'autre.

- La faiblesse de la fraternité c'est : au nom de quoi la fraternité doit-elle s'imposer ?

- La fraternité comporte une filiation commune qui conduit à la définition d'une valeur commune à chaque homme.

- L'enfant doit pouvoir exprimer sa recherche sur cette filiation commune dans le registre religieux, et c'est l'état laïque qui doit garantir la multiplicité des chemins.

- Ainsi, si la réponse c'est que c'est au nom de la République que s'impose la fraternité, est-ce- que aujourd'hui, ce mot République fait sens dans la tête des enfants ?

Les controverses de Descartes : Qu'est-ce que la morale laïque ?
Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 19:58
Méduse

Méduse

 

 

 

C’est le 11  novembre. En France comme en Allemagne, dans toute l’Europe, les pays Alliés et dans nos anciennes colonies on honore nos morts. Il me fallait pour ce jour de commémoration un billet de circonstance.

Il arrive que plusieurs personnes s’invitent au même entretien avec l’écrivain public. Il s’agit dans la plupart des cas d’un couple, avec ou sans enfant pour lesquels j’ai prévu quelques petits jouets qui les aident à patienter. Parfois c’est un accompagnant qui se fait l’interprète du demandeur, ou un ami qui s’assoit et attend paisiblement.

Ce jour-là il s’agissait de trois femmes algériennes d’âge mûr. L’une est en tenue traditionnelle et porte le foulard et les deux autres se fondent dans le main stream de ce style de la mode féminine occidentale qui rend la femme de la rue effacée, sobre, et terne.

C’est lorsque je pose la question rituelle « quelle est la personne suivante ? » que l’une, qui sommeillait après une longue attente, s’ébroue et se lève et que les deux autres bondissent de leur chaise. Elles passent devant moi sans un regard.

Dans le couloir, entre les deux portes de la salle d’attente et le bureau, je leur fais part de ma surprise de recevoir trois personnes d’un seul coup d’un seul, et plaisante en observant que nous finirons plus tôt. L’une d’entre elle se tourne vers moi et m’informe avec une expression déterminée  qu’elles ont des questions à me poser, et poursuit avec un sourire pincé, qu’elles comptent fermement sur moi pour leur apporter les réponses qu’elles attendent.

Me voilà averti ; je sens que j’ai intérêt à me tenir à carreaux, à bien écouter les questions, et à rester poli et bien sage.

Tout le monde s’installe. Trois paires d’yeux de braise m'encerclent et me fixent intensément; et celle qui avait ouvert la conversation présente la demande de renseignements qui les crispent.

Elle m’indique qu’elle se fera l’interprète de la personne qui porte le foulard.

Elle exhibe un document gris déchiré en divers endroits et taché : une carte d’ancien combattant de la Première Guerre mondiale, et demande que j’écrive un courrier pour obtenir des renseignements sur cet ancien combattant.

Je la regarde à mon tour droit dans les yeux et lui demande le motif de cette démarche.

Silence.

Je répète ma question et j’ajoute : «  je connais la réponse mais j’attends que vous me répondiez vous-mêmes ».

Silence perplexe et visages fermés.

Bonjour l’empathie et la bonne humeur.

Toujours en la fixant dans les yeux, je continue : «  Vous savez Madame, quand une personne nous pose cette question, le plus souvent c’est parce que la personne est fille ou fils, ou petit fils ou petite fille d’ancien combattant, et qu’elle croît qu’elle peut ouvrir un droit à une allocation, à un titre de séjour si elle en est dépourvue, ou qu’elle peut acquérir la nationalité française.

Dans ce cas, je ne fais pas de courrier, car cette démarche est inutile pour moi comme pour vous, et si je suis écrivain public bénévole, ce n’est pas pour écrire des lettres qui ne servent à rien. »

Les six yeux me regardent toujours, se consultent, irrités.

Pour enfoncer le clou et les inciter à dévoiler leurs batteries, je pose toutes les cartes sur la table.

Je leur explique que les enfants d’anciens combattants n’ont aucun droit particulier en tant que tels, puis les informe sommairement des conditions d’obtention des titres de séjour, de la nationalité française et de l’existence de l’accord franco algérien.

J’ai semé la zizanie dans le camp d’en face. Se produit ce que j’attendais : les cœurs s’ouvrent ; un peu. J’apprends que la dame en foulard vit en France sans titre de séjour depuis un an. Elle a toujours vécu en Algérie où elle s’occupait de sa mère. A son décès, étant le dernier membre  de la famille vivant au pays,  elle a décidé de venir s’établir en France, comme ses quatre frères et sœurs, installés ici depuis longtemps.

Ceux-ci ont tous acquis la nationalité française, mais de manière apparemment concertée, ne lui accordent  aucune aide. Ils ne lui transmettent aucun des documents familiaux qu’ils détiennent, ne lui donnent aucun conseil et refusent de l’héberger.  

Bonjour le contentieux familial, bonjour l’amour fraternel.

En tous cas, déterminée à régulariser sa situation, elle est convaincue que ses frères et sœurs ont obtenu la nationalité française grâce au grand-père ancien combattant.

Puis, je lui précise que se trouvant sans tire de séjour, elle n'a aucun droit à résider sur le territoire français, et qu'elle est susceptible d'être renvoyée en Algérie à la suite d'un contrôle. 

Je confirme l’argument de l'interprète officieuse, qu’il est peut être possible d’invoquer le fait qu’elle n’a plus d’attache familiale en Algérie, si elle peut en apporter la preuve. Mais j'indique que c'est à partir de l'Algérie qu'elle doit effectuer ses démarches, et qu'elle ne pourra pas régulariser sa situation dans ses conditions de séjour actuelles. Je m’empresse d’indiquer que je ne suis pas expert en droit des étrangers et que seuls des juristes qualifiés peuvent la conseiller efficacement.

J'observe au passage qu'elles ont néanmoins réussi à glaner un argument arraché dans l'adversité au cours de leur pérégrination juridique. 

Quant à mon interlocutrice directe – la troisième s’en étant tenue sans déciller à une attitude d’observation et d’écoute concentrée pendant tout le temps de la rencontre -, elle m’avouera que sa démarche concerne son frère.

La tension est montée et mes trois femens tristes manifestent de l’impatience et de la défiance. Puis elles remettent le couvert.  

"Je suis écrivain public, les  informais-je, mais je ne suis pas juriste". 

Je perçois dans les regards inquisitoires, que je suis celui qui se défausse; supposé d'en savoir plus que je ne veux bien le dire.

Je saisis et j'agite mon chasse-pensées tristes magique et poursuis mon propos :

"Or les questions de droit des étrangers sont complexes et évolutives et ne sont pas de ma compétence. Par principe je renvoie les personnes vers les  juristes de la CIMADE et de la Ligue des Droits de l’Homme, ou encore du GISTI."

Elles me demandent ces coordonnées que je leur livre avec la plus grande diligence.

Après la couvert vient le plat de résistance : elle souhaite fermement que j’écrive un courrier pour demander un « certificat » concernant l’ancien combattant de sa voisine.

Je décline une nouvelle fois l’invite.

La dame en foulard s’agite ; elles insistent, elles veulent une adresse, un site Internet pour faire avancer leur cause.

A tout hasard, je leur communique, et en la circonstance pour me défausser, l’adresse du service des français nés à l’étranger à Nantes, en supposant conformément à leurs vains espoirs que ce – ou ces – anciens combattants, avaient demandé et obtenu la naturalisation française avant la fin de la guerre d’Algérie. 

Ce qui, je le sais n'ouvrira aucun droit à quiconque de leur descendance

La dame au foulard prend note avec une belle écriture, et me montre fièrement qu’elle sait écrire.

Je ne doute pas, m'ayant soutiré cette information, qu'elles irons demander à un autre écrivain public d'écrire leur courrier.

Ayant réussi à tirer un ver de l’une de mes narines, elles tenteront en vain d’en tirer un autre de la seconde.

On cherche à me faire parler sur l'attestation de niveau de langue,  en insinuant qu'elle est donnée à tous, et que ce n'est pas avec 20 heures de cours qu'on peut parler français...Ce dont je suis bien convaincu. Je m'abstiens cependant d'entrer dans le débat, je reste calmement sur ma position, et les retourne à chaque réponse vers les juristes ad hoc.

Elles se lèvent, s’en vont ; puis la dernière qui n’avait pipé mot jusque-là, se retourne et m’adresse un colérique :

-« en fait si je comprends bien, vous ne savez rien, vous ! »

-« hélas non Madame. Je ne suis qu’écrivain public, et je ne connais que 150 démarches. »

 

Les trois femmes que j’ai reçues, à travers leur posture d'arrogance réelle ou feinte, et leur désir d’instrumentalisation, transmettaient de la méfiance et une forme de mépris à l'égard de l’écrivain public que je suis.

Le ressentiment exprimé à l'égard de quelqu'un qui ne vous veut a priori que du bien, suscite une réaction de verrouillage psychique. 

L'attitude défensive induite par le besoin de se protéger est une conduite normale.

Mais c'est un facteur de blocage dans la relation d'aide.

Elles n'ont rien gagné et je n'ai rien perdu.

Les routes ont convergé sans se croiser. Sans échange, sans liberté, sans confiance, il ne peut y avoir de partage.

La plume est libre ou elle est serve. 

Elle est restée libre.

 

- - - - - - - - 

 

Ces trois dames font partie du flux de la vie. L’écriture publique est une école de l’humilité à tout âge et à chaque entretien.

C'est aussi parfois un combat pour sauvegarder sa dignité.

Le fleuve de l’histoire ne charrie pas que des fleurs et des couronnes jetées au fil de l’eau à la mémoire des soldats qui ont perdu la vie pour les générations suivantes.

Ignorant tout de l’inestimable richesse matérielle que connaît notre pays depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Ignorant que des femmes et des hommes du monde entier viendraient y rechercher un abri et la paix.

Ignorant que parmi eux, le fleuve déposerait sur nos berges, des gens qui n’apportent ni la beauté, ni la joie, ni l’humanité. Ni l’intelligence.

Le fleuve transporte des esprits de lumière aussi bien que des sots.

 

 

Ces trois femmes peu disertes et gentiment manipulatrices m’ont évoqué les trois Gorgones. D’après Hésiode il y avait Sthébo « la puissante », Euryale « celle qui erre au loin », et Méduse « reine ». On leur prête souvent des traits monstrueux tels que des serpents dans les cheveux et des yeux terrifiants. Elles étaient filles de divinités, mais Méduse, la seule mortelle, avait une tête si épouvantable que quiconque la regardait  était transformé en pierre.*

Ces trois femmes ont réussi leur coup: elles m'ont laissé de marbre.

Plume Solidaire

 

*source : Dictionnaire de l’Antiquité - BOUQUINS

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 08:55
J'aime pas les gens qui font pipi dans la rue (par exemple). Je les admoneste en leur indiquant la distance qui les sépare de la plus proche sanisette gratuite, et leur rappelant que ce sont les animaux qui urinent en public. En réponse ils m'insultent, manifestant ainsi la supériorité du porc sur l'homme.

J'aime pas les gens qui font pipi dans la rue (par exemple). Je les admoneste en leur indiquant la distance qui les sépare de la plus proche sanisette gratuite, et leur rappelant que ce sont les animaux qui urinent en public. En réponse ils m'insultent, manifestant ainsi la supériorité du porc sur l'homme.

 

 

 

Les gens que j’aime bien sont nombreux et les gens que je n’aime pas sont pléthore.

Le jour où les drones pourront survoler les imbéciles, je pourrai enfin savoir comment les éviter.

Mais l'affaire n'est pas si simple car nous sommes toujours l'imbécile d'un autre, nous toisons souvent autrui à l'aune de notre grandeur qui peut se confondre avec notre bêtise. Et nous savons bien que la vie avec les imbéciles est une nécessité impérieuse.  

Je  m’engage toutefois sur l’honneur, à ne pas refiler les gens que je n'aime pas aux collègues. Je continuerai, avec abnégation, à prendre mon tour comme tout un chacun. Je jure par la présente, que je ne me défausserai pas sur mes petits camarades.

Habitué à muter dans la journée d’un milieu social à l’autre, j’entends parfois le matin la sottise du 5ème arrondissement, qui n’est pas différente en nature, l’après-midi, de celle du 19ème.

Aux aurores frémissantes, la posture géographique ségrégationniste - dont le couple Pinçon-Charlot ferait son miel -, qui instaure une barrière raciale et culturelle entre la rive sud de la Seine, infranchissable  aux yeux de certains au nord de l’Ile de la Cité, sans courir le risque du naufrage en banlieue, dans la promiscuité avec l’étranger impécunieux.

Et l'après-midi, par exemple, cet étranger que j’ai reçu jeudi et qui, armé d’un facsimilé de dépôt de plainte, exige d’être accompagné dans son intention vengeresse d’attaquer l’Etat en justice.

Quelle différence il y a-t-il entre la bêtise du sud et celle du nord ?

Avant de répondre « aucune », attendez donc la suite !

De quoi s’agissait-il ?

Ce monsieur malien qui ne m’était pas inconnu, se plaignait qu’à chaque visite à la Préfecture de Police, on arguait qu’il lui manquait une pièce. Il en a conçu un courroux incommensurable à l’égard de l’Etat français qui s’échine à ne pas vouloir lui accorder son premier titre de séjour.

Mais…de quoi s’agissait-il donc ?

Il s’agissait, selon le courrier de la Préfecture, que depuis 2007, il a déposé un dossier qui attend qu’il puisse présenter une preuve de séjour par trimestre depuis dix ans. Arrivé par les voies de la magie sur le sol métropolitain en 2004, le but du jeu est par conséquent de classer dans des sous-chemises ad hoc, année par année, les quarante preuves de séjour valides. Et d’attendre patiemment qu’un temps suffisant fût écoulé (10 ans), et d’avoir collecté toutes les preuves requises, pour boucler son dossier.

Un jeu auquel je me suis déjà livré, avec succès quoique en m'y reprenant à deux fois, pendant ma période d'agent bénévole d'aide au retour à l'emploi au sein de Solidarités Nouvelles face au Chômage (cf Dossier de Monsieur K).

C’est là il est vrai, une quête humiliante à laquelle les gens du sud ne sont pas astreints. Eux qui, n’étant pas tous nés avec une cuiller d’argent dans la bouche, n’en sont pas moins nés dans le couffin de l’identité française.

Au dur Yin de l’agressivité et de la confusion des sentiments de cet homme, dont il a fallu absorber l'énergie, nous avons répondu, ma collègue et moi-même, avec patience et une grande sérénité, en totale opposition avec l'intensité de notre bouillonnement intérieur, par le Yang des arguments que la raison propose.

Car ce monsieur n’en démordait pas, comme nombre d’étrangers en pareille situation, et une proportion de moins en moins négigeable d'autochtones, il est intimement pers l'administration française lui en veut personnellement.

Pis, lorsque je lui affirmais que s’il tente une procédure contre l’Etat, c’est l’Etat qui pourrait bien venir le chercher pour le poser dans l’avion pour Bamako*, il rétorquait qu’il n’en avait cure.

*Ce que je ne crois pas car je suis intimement convaincu que l’Etat a d’autres chats à chercher que celui-là.

En d’autres termes, son raisonnement consistait à démontrer qu’il est là en France, qu’il veut y vivre en situation régulière, sinon il rentrera au village avec une haine indéfectible pour la France, les français, leurs animaux de compagnie, et la Préfecture de Police de Paris !

A quoi j'ai répondu, dressé sur mon quant à moi, qu'il mentait et que je ne croyais pas une seconde qu’il désire l’expulsion.

C’est lorsque j’ai opposé un refus clair et définitif de répondre à sa demande, expliqué comment procéder, et communiqué les coordonnées géographiques de la CIMADE pour constituer son dossier et l’informer de sa situation exacte, qu’il a rendu les armes.

Le lieu des écritures publiques est une scène de théâtre. Il faut donc savoir, de temps à autre, faire le bien malgré soi et en dépit de la volonté d’autrui.

Qui ne comprendrait qu’un jour l’écrivain public ne finisse par éprouver le besoin de cultiver son jardin ? Ce qu’espèrent les gens du sud.

Les étrangers du Nord Est de Paris sont parfois décourageants, mais les parisiens français du Sud de la Seine peuvent être aussi désespérants.

Je peux aider le premier auquel j’ai fini par faire entendre raison ; quant aux seconds, pour une partie d’entre eux, la cause étant probablement perdue dès la période néonatale, je ne peux rien faire pour eux.

Ils ne m’en demandent pas tant ; moi non plus. Mais je me demande comment j'ai pu en réchapper. Il y a-t-il un dieu pour les érivains publics ?

De quoi il ressort qu'il peut arriver qu'il y ait autant de rationnalité dans la folie de l'étranger sans papier que d'irrationalité dans la normalité de certains français.

Et ils ne vivent pas tous en-dessous de la Seine.

Et réciproquement.

Le jour où les nanotechnologies permettront d’identifier à coup sûr le virus de la bêtise, et de l’éradiquer définitivement du cerveau, l’humanité aura fait un grand pas en avant dans l’utopie.

 

Plume Solidaire

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?