Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 14:56

Doan juillet 2015

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Tai chi chuan - Chi qong
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 14:48

Si vous avez connaissance de l’existence d’un médiateur de la Caf dans chaque département, l’adresse du médiateur de la caf de Paris est très facile à trouver pour les personnes initiées à usage expérimenté d’internet -.

Voici la page à laquelle vous devez arriver pour la trouver, et l'adresse recherchée :

<http://www.caf.fr/ma-caf/caf-de-paris/qui-sommes-nous/la-caf-de-paris-s-engage-pour-votre-satisfaction/une-caf-a-l-ecoute>

"En cas de litige, vous pouvez saisir le Médiateur de la Caf à l’adresse suivante:

Caisse d’allocations familiales de Paris

Direction des gestions techniques

50 rue du Docteur Finlay

75750 Paris cedex 15

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Lettres CAF
commenter cet article
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 14:29

 

Au bout du tramway voici le pont poisseux qui se lance au-dessus de la Seine, ce gros égout qui montre tout. Au long des berges, le dimanche et la nuit les gens grimpent sur les tas pour faire pipi. Les hommes ça les rend méditatifs de se sentir devant l'eau qui passe. Ils urinent avec un sentiment d'éternité, comme des marins. Les femmes, ça ne médite jamais. Seine ou pas.

 

Louis -Ferdinand Céline

Voyage au bout de la nuit - éditions Denoël et Steele

(62 ème édition, 1932 - p.297 et 298)

Kékette Red, la boisson préférée des Bonnets Rouges ? - Publicité sur le port de Saint Malo - avril 2015

Kékette Red, la boisson préférée des Bonnets Rouges ? - Publicité sur le port de Saint Malo - avril 2015

Article enrregistré à l'origine le 14 octobre 2010

Proposition : une journée de travail d'intérêt général
à nettoyer et désinfecter les endroits souillés

 

- Hé Monsieur, les arbres n'ont pas besoin d'être arrosés avec de la pisse ! Vous avez une sanisette gratuite à 200 mètres !

- ....?!! (le jet s'interrompt une seconde et reprend de plus belle)

- Monsieur, vous n'avez pas honte d'uriner en public et de vous exhiber à côté des femmes et des enfants qui passent à côté de vous ? 

- Laissez- moi tranquille, je ne vous ai rien demandé !

- Monsieur, ce sont les chiens qui urinent dans la rue, nous les hommes nous utilisons des WC !

- Fais-moi pas chier, pauv' con !

- Monsieur, l'urine ça pue, et des centaines de passants vons sentir l'odeur de la vôtre aujourd'hui !

- Ta gueule connard, va te faire en...

- Monsieur, vous savez comment on appelle les gens qui font comme vous ? Des porcs !

Tel est le genre d'échange verbal riche en émotion auquel vous vous exposez quand vous vous avisez de jouer votre rôle de citoyen en rappelant la règle élémentaire du respect d'autrui dans l'espace public.

Ce dialogue scatologique est bien loin de m'inspirer la pitié que ressent Cormery dans Le Premier homme d'Albert Camus, quand il entend son oncle Emile Ernest Etienne jouir d'uriner sur la plage. Une pitié que Raphaël Enthoven commente en ces termes: "c'est une pitié qui bascule en piété non religieuse, en piété pout tout ce qu'on doit à ceux qui nous entourent. Ce flot de tendresse et de pitié, cette piété c'est de l'amour"1.

A mes yeux l'homme qui urine dans l'espace public et en public, porte injure à la conscience civique commune. C'est une insulte à tout ce qu'on doit à ceux qui nous entourent et à ceux qui sont en charge d'entretenir le patrimoine urbain collectif.

Ce qui me rend le plus perplexe, c'est l'indifférence des hommes qui passent à proximité et qui pourraient intervenir, au lieu de se fondre dans leur Smart Phone.

Le civisme dans la rue commence par le respect de la propreté* et de l'hygiène publique*, qui sont de la responsabilité de tous. La nécessité des "brigades anti-pipi", qui ont un coût pour la collectivité, ne dispense pas l'ensemble des citoyens d'agir pour dénoncer frontalement cette forme de sans-gène provocatrice ou de frivolité indécente; en perturbant ceux qui méprisent le droit à un cadre de vie commun tranquille (impudeur), propre (écoulements), sain (bactéries), et dépourvu de mauvaises odeurs.

La pollution n'est pas que dans l'air; elle sort aussi de la culotte du voisin.

Citoyens, polluons la vie des cochons urbains ! 

Pourchassons les pisseurs de rue, les incontinents désinvoltes et les sans pudeur jusqu'à la dernière goutte ! Vive les toilettes publiques ! Gloire aux vespasiennes ! Honneur aux sanisettes ! Bienvenue aux latrines ! Alléluiah aux cabinets d'aisances !

Aux chiottes les pisseurs ! Aux chiottes les pisseurs !

Moralité : the last drop is always for the trousers...

 

Plume Solidaire

*crachats, papiers, ordures ménagères, pots de peinture, encombrants...

1. ( France culture - Le gai savoir du 26 avril 2015 consacré au Premier homme - 52 ème minute)

- - - - - - - - - - - - - - 

 

La brigade "anti-pipi" de Paris fait fureur… à l’étranger

 

Un article dans le Wall Street Journal a suffit pour que les bloggeurs américains s’intéressent massivement à "l’épanchement d’urine" dans les rues de Paris.

 

Le piéton à Paris connaît l’odeur, présente dans certaines rues, couloirs de Métro, halls d’entrée… La plupart des habitants de la capitale ont également déjà assisté, malgré eux, à l’acte qui y a conduit. Le "pipi dans la rue", (ou "l’urine sauvage" comme on l’appelle aussi), reste malheureusement une pratique répandue.

 

Ce que moins de gens savent, c’est qu’il existe une brigade à Paris qui s’occupe de verbaliser les personnes responsables de souiller ainsi la capitale. Autrement dit, les personnes incapables de trouver l’une des 400 sanisettes de la ville (dont l’utilisation est gratuite depuis 2006, rappelons-le) ou de se retenir jusqu’à l’arrivée chez eux ou dans un endroit muni d’un WC.

 

La brigade des incivilités de la ville de Paris, forte de 88 agents, ne s’occupe cependant pas que de délivrer des amendes aux hommes qui font pipi dans la rue (car oui, ce sont majoritairement des hommes - rendons à César ce qui est à César, même s’il n’y a pas de quoi être fier).

 

Ils s’occupent aussi de verbaliser ceux et celles responsables d’autres gestes inciviques, comme le non-ramassage des déjections canines (passible d’une amende de 180 €, et même de 360 € en cas de récidive) ou le "dépôt sauvage" de déchets sur la voie publique (jusqu’à 450 € d’amende).

 

Mais, c’est bien la lutte anti-pipi qui a retenu l’attention de Susana Ferreira, journaliste à Wall Street Journal. Elle a publié la semaine dernière un article et un reportage filmé sur la brigade chargée de lutter contre l’épanchement d’urine dans Paris.

 

Ses "révélations" ont aussitôt été reprises par des bloggeurs américains influents, visiblement ravis de savoir que ce problème existe aussi Outre-Atlantique (la ville de New York a délivré 18 500 citations à comparaitre pour ce délit cette année !). De quoi créer un véritable "buzz" qui a fini par revenir en France (via Courrier International, dans Direct Matin, par exemple).

 

Quant à savoir si cela va avoir un effet direct sur les "pipi-pollueurs", c’est une autre question… En tout cas, ce ne serait pas une mauvaise chose. Les PV pour "épanchement d’urine sur la voie publique" ont augmenté de 46,8 % en 2008 et on s’attend à une augmentation supérieure pour 2009 (plus de 2000 PV dressés avant la fin de l’année). Le montant de l’amende peut actuellement aller jusqu’à 450 €.

 

En moyenne, 56 000 m2 dans Paris sont souillés d’urine par mois (et jusqu’à 65 000 m2 aux beaux jours). Aucun quartier n’y échappe, mais les 10e, 11e et 18e arrondissements seraient les plus touchés…

 

Uriner dans la rue : jusqu’à 450 € d'amende
Repost 0

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?