Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 13:17

 

              bof 

 

 

              bof 

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

Ce n’est pas parce que d’ingénieux réalisateurs déploient des moyens techniques considérables qu’un scénario est passionnant.


J’ai donc piqué du nez à plusieurs reprises tant cette histoire primaire de primates m’a peu ému.


Vous appréciez les séances de cinéma en présence de nombreux enfants et d’adultes parfois peu civilisés? Vous aimerez le jeune spectateur qui bat des pieds le dossier de votre fauteuil, et celui qui émet de capiteuses flatulences intestinales… Concernant les adultes, vous vous amuserez du spectacle auditif qui accompagne le crêpage de chignons entre deux mères, dont l’une désire s’assoir à une place dévolue péremptoirement par l’autre à l’entreposage des manteaux de sa progéniture; et de la consultation des téléphones portables qui constituent autant d’écrans indélicats qui troublent votre attention pour celui de la salle.

 

A la fin de la séance mon voisin, improbable instituteur en retraite croyant faire oeuvre pédagogique en conduisant sa descendance voir un film documentaire animalier, interrogea la supposée petite fille pour s'assurer que son choix s'était avéré pertinent pendant son sommeil.

 

- Bof...s'est contenté de soupirer la gamine.

 

C'est mon avis, et je la partage.


Avant j’aimais bien les animaux. J’ai même possédé des chats et un chien.


Ils sentaient moins mauvais, se montraient plus respectueux des conventions sociales en notre présence. Ce qui n’est pas le cas des hommes-singes qui puent et des gougeat(e)s qui n'ont cure des lois du clan  homo sapiens.


Du coup j’hésite à aller voir les abeilles qui disparaissent à grands coups d'ailes (Des abeilles et des hommes).

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:00

Les Matins de France Culture du 18 février 2013  

 

 

Presque un an après l’affaire Mohammed Merah, et quatre mois après le dernier coup de filet anti-islamiste, Manuel Valls continue de durcir le ton vis-à-vis de l’islam radical. Le ministre de l’Intérieur a affirmé vendredi qu’il y a « en France aujourd’hui plusieurs dizaines de Merah potentiels ». L’Islam radical est-il en train de se développer en France ? La montée du communautarisme et l’intégrisme musulman empêchent-ils l’assimilation de l’Islam par la République ?


Pour répondre à ces questions, nous recevons ce matin Jeannette Boughrab, ancienne secrétaire d’Etat à la jeunesse et à la vie associative et ancienne présidente de la Halde. Elle publie Ma république se meurt (Grasset). A ses côtés,Hassen Chalghoumi, Imam de Drancy. Il publie un livre d’entretien avec David Pujadas, Agissons avant qu’il ne soit trop tard (Cherche Midi)

 

 

avec:


Jeannette Bougrab

Ancienne secrétaire d’Etat à la jeunesse et à la vie associative et ancienne présidente de la Halde. Elle publie Ma république se meurt (Grasset).


Hassen Chalghoumi

Imam de Drancy

Il publie un livre d’entretien avec David Pujadas, Agissons avant qu’il ne soit trop tard (Cherche Midi)

 

 

 - - - - - - 

 


Chronique de Brice Couturier introduisant le débat 

 

La manière dont les islamistes, sortis partout grands vainqueurs des révolutions arabes, gouvernent les pays tombés sous leur coupe, est en train de mettre fin aux espoirs placés dans une « démocratie islamiste ». Non celle-ci ne sera pas l’équivalent de nos anciennes « démocraties chrétiennes ». Comme l’analyse fort bien le professeur Bassam Tibi, cet intellectuel né en Syrie et devenu un des principaux penseurs de la place de l’islam en Europe – il est hélas très méconnu en France, où son œuvre n’est pas traduite :

 

« Les islamistes jouent un double jeu : envers l’extérieur, ils tiennent un discours libéral, conciliant et démocratique, mais en interne, ils sont résolus à instaurer un Etat basé sur la charia. Mais hélas, la charia et la démocratie sont aussi incompatibles que l’eau et l’huile. Si dans une démocratie, des mouvements non démocratiques sont intégrés, il ne faut jamais les laisser prendre le pouvoir, comme cela se passe en Turquie – officiellement, une démocratie dont le gouvernement est élu, mais en réalité dont le parti au pouvoir, l’AKP, n’est pas du tout démocratique et qui dirige le pays comme un Etat à parti unique. Résultat : actuellement, 163 journalistes sont en prison sans jugement. »

 

 

Le comportement d’Ennahda en Tunisie, des Frères Musulmans en Egypte, démontre chaque jour un peu plus que l’agenda religieux caché des islamistes n’est compatible ni avec l’égalité entre les sexes, ni avec les libertés de conscience et d’expression, ni avec le pluralisme idéologique et politique. Et cette fois, il ne s’agit pas d’une poignée de jeunes exaltés qui jouent au jeu dangereux de la guerre entre civilisations et du « djihad par le glaive » contre les mécréants ou les croisés. Nous avons affaire à des réseaux extrêmement puissants, comptant des centaines de milliers d’affidés, sponsorisés à coups de pétrodollars par les monarchies du Golfe et qui disposent de solides relais dans nos pays européens.

 

D’où le caractère historique de la lutte feutrée qui se déroule, au sein des populations musulmanes, ici et maintenant, entre les tenants d’un islam compatible avec les valeurs européennes de tolérance, de liberté et de sécularisme, et ceux pour lesquels ces valeurs sont impies et doivent être combattues.

 

L’imam Chalghoumi est devenu l’un des représentants les plus médiatisés des premiers. Ce qui lui vaut, d’ailleurs, des attaques particulièrement vives et qui n’ont pas toujours été seulement verbales. Que vous reproche-t-on ? De vouloir incarner un islam modéré, tolérant, adapté à la société d’accueil. De promouvoir le dialogue spirituel avec les autres religions monothéistes, y compris le judaïsme – ce qui, aux yeux de certains, constitue une espèce d’hérésie. De refuser l’importation en Europe occidentale du conflit du israélo-palestinien. Et surtout d’offrir de l’islam une image bien éloignée de celle que présentent les habituels barbus braillards et menaçants, prompts à descendre dans la rue à la moindre critique, quand ils n’attaquent pas nos ambassades et nos consulats… Un bien grand crime, en vérité.

 

On vous traite « d’imam des juifs », parce que vous avez accepté une invitation en Israël – mais vous êtes allé prêcher votre message de paix aussi dans les territoires palestiniens. On vous accuse d’être « un Français déguisé en musulman authentique », ce qui sous-entend qu’un vrai musulman ne saurait ni dialoguer avec un rabbin, ni se comporter en bon citoyen de ce pays, respectueux de ses usages et de ses lois.

 

Vous appelez les autorités de notre République à favoriser la création de lieux de culte et à la formation d’imams, afin de cesser d’en laisser le soin à des pays étrangers, qui entendent se servir de nos compatriotes musulmans comme d’une masse de manœuvre au service de leurs propres intérêts. Êtes-vous entendu ? Ne risquez-vous pas de vous retrouver coincé entre l’enclume d’une société française qui manifeste une défiance croissante envers l’islam et le marteau des barbus vindicatifs et violents qui prétendent parler, seuls, en son nom ?

 


 

 


les matins - Radicalisme en France : y a-t-il... par franceculture

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Actualité de l'immigration
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:53

 

Voici le graphique que nous devrions montrer aux personnes qui ne parviennent pas à imaginer que même parvenues au terme de la procédure du Droit au Logement Opposable à Paris, elles ne seront pas au bout de leur peine.

 


      Dalo 2008 2011

 

 

 

 

 

Source : lavie immo

 

  • Le 10 décembre 2009

 

Deux ans après la mise en œuvre de la loi DALO (janvier 2008), la situation était jugée « problématique en Ile-de-France. Paris, où vit 3,65 % de la population française, recueille en effet 20 % du total national des demandes et le chiffre grimpe à 63 % pour l’Ile-de-France. Et le quotidien économique de préciser qu’à la fin de septembre 2009, 7 398 décisions favorables avaient été rendues par la commission de médiation de Paris face à seulement 837 offres émanant de bailleurs.

 

  • Le 6 décembre 2011

 

Quatre ans plus tard…

 

La crise humanitaire du logement en France

 

27 500 décisions de relogement et d’hébergement prononcées pour des ménages prioritaires par les tribunaux administratifs, n’ont pas été mises en œuvre fin juillet 2011. C’est 5 000 de plus que pour l’ensemble de l’année 2010. Cela concerne 85% des ménages franciliens.

 

L’Etat hors la loi : 4 ans après son entrée en vigueur la loi DALO reste très mal appliquée. C’est la principale conclusion du Cinquième rapport du Comité de suivi de la loi Dalo * – Droit au Logement Opposable - dont le rapporteur n’hésite pas à parler d’un Etat hors la loi. La situation du logement n’en finit pas de s’aggraver sans que les décisions nécessaires ne soient prises.

 

C’est dans les départements de l’Ile-de-France que la situation est la plus grave indique le rapport. Pour la première fois le taux de relogement des ménages prioritaires a baissé en 2011.

 

Un autre signe inquiétant est la multiplication des recours visant à obtenir une place en hébergement dans un grand nombre de départements français.

 

* Il s’agit du dernier rapport annuel qui a été publié en novembre 2011.

 

 

 - - - - - 

 

Dire ou ne pas dire ? 


 

S'obstiner à  ne pas vouloir quitter la capitale, c'est pour un ou des parents, prendre la responsabilité de voir par exemple, une enfant qui entre à l'école primaire, suivre sa scolarité dans le même logement exigü, inconfortable et ne permettant aucune intimité, jusqu'à son entrée au collège, tandis que dans la même période s'accroît sa fratrie.

 

Mon objectif n'est évidemment pas de contribuer à la dynamique de néoenbourgeoisement - ou de boboïsation - de Paris -, en incitant les plus pauvres à quitter la plus belle ville du monde; mais à conseiller les personnes qui viennent nous voir pour accomplir leurs démarches, en prenant exclusivement en considération leur propre intérêt à moyen et à long terme.


Et plus encore l'intérêt de leurs enfants, qui s'entassent trop souvent dans des logements suroccupés - et parfois insalubres -, qui ne permettent pas d'effectuer un travail scolaire à domicile, dans des conditions décentes.

 

Ma position est que l'écrivain public informé de la problématique actuelle du logement à Paris, ne peut se contenter de conserver l'information par devers lui, et qu'il lui revient aussi de suggérer des perspectives : élargissement des recherches, changement de région...


Je considère que sur le plan de l'éthique notre devoir est aussi de faire prendre conscience aux parents qu'ils auront peut-être des comptes à rendre à leurs enfants dans l'avenir.

 

Si je m'abstenais de cette exigence, c'est à moi que je le reprocherais.

 

La vie en province est plus calme, les appartements plus grands, et les loyers moins chers à taille égale. La qualité de l'habitat est l'un des facteurs de réussite scolaire.

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Logement - copropriété - Transport
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?