Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 18:00

 

 

 

 

Elles arpentent les trottoirs et l'esplanade centrale du boulevard de la Villette, et constituent un marqueur de l'identité de mon quartier.

 

A les croiser plusieurs fois par jour, je croyais les connaître toutes. De vue seulement.

 

Mais à y regarder de plus près, je découvre chaque semaine de nouvelles silhouettes.

 

Il y a quelques mois, en sortant d'une boutique chinoise qui voisine leurs petits commerces, j'avais estimé à plus d'une cinquantaine, celles qui faisaient la queue au cul du camion de Médecins du Monde.

 

Certaines d'entre elles n'ont pa vu de gynécologue depuis cinq ans et ne bénéficient d'aucune couverture maladie.

 

Selon leurs témoignages, le montant de l'emprunt pour venir s'installer sur 1m² de bitume devant ou au coin de la façade du siège social de la CFDT par tous les temps, s'élève à 15 000 euros auxquels s'ajoutent les intérêts. Crédit remboursable avec un revenu non déclaré pouvant atteindre 1 000 € par mois.

 

Les habitué(e)s de Plumeacide se souviennent peut-être que je suis marié avec une asiatique (Lire la série : En remontant le fleuve à sa source : 8 mois pour un passeport - 10), et que cette union sacrée dans sa durée est bien plus éloignée de la date médiane du siècle qui nous précède que celle qui ne manquera pas de venir dans le siècle présent.

 

Notre coutume veut que nous marchions main dans la main dans l'espace public.

 

Ce que je ressens des regards que certains passants nous jettent n'est pas sans susciter un frisson de malaise, quant à l'image qui pourrait s'imposer à leur esprit sur la nature de la relation que peut entretenir un babtou avec une niakoué, même dans nos âges.

 

Pour confirmer cette ambiguïté interlope, notre fille, majeure et vaccinée, s'est trouvée très heureuse de quitter enfin notre domicile pour s'installer dans ses propres appartements dans un autre quartier. Tant elle se sentait lasse, indisposée et humiliée, de se voir épisodiquement demander quels sont ses tarifs.

 

Je comprends mieux chaque jour pourquoi ma Digne Epouse désire si ardemment s'éloigner de cette prospère activité grise de la pègre parisienne; qu'au moins une partie des asiatiques ressent encore comme un déshonneur jeté à la face de l'Extrême Orient.

 

Je viens de relire rapidement le livre réaliste et polémique de Thierry Jonquet "Jours tranquilles à Belleville" paru en 1999, qui dresse un tableau apocalyptique de mon cadre de vie.

 

Disposant de son appartement à l'époque, d'une vue surplombante sur ce centre d'affaires sexuel en plein air, il n'en fait pas mention. Ni dans sa postface de 2003. Cette industrie qui jouit d'une croissance fulgurante se serait-elle développée à une date postérieure à mon arrivée en 2004 ?

 

A cette question j'ai trouvé une réponse plausible dans cet article antérieur : Les rétifs et les errants : fin de l'aventure du commerçant chinois - 2

 

 

"Toutes originaires du Dongbei, la région sinistrée regroupant les trois provinces du nord-est de la Chine. Une population exclue du système clanique de Wenzhou qui se débrouille pour survivre. Les femmes deviennent des "marcheuses" comme on surnomme les prostitutées qui arpentent depuis 2003 le boulevard de la Villette (...)

 

Les plus entreprenantes se marrient à des retraités français qui servent de prête-nom pour ouvrir des salons de massage".

 

Je comprends à présent la signification du regard de certains passants.

 

Oui, je le reconnais, je pratique parfois des massages lombaires à ma femme à sa demande, dans notre salon.

 

Mais j'en fais le serment sur la tête de nos enfants : je n'ai pas prêté mon nom à ma femme. Pas plus que je ne lui ai vendu à prix d'or.

 

Je le lui ai donné. 

 

Plume Solidaire

 

 

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 19:49

 

En prévision de notre formation de samedi intitulée "Orienter les usagers", j'ai le plaisir de porter à votre connaissance cette chronique matutinale de Philippe Meyer, attestant de l'intérêt d'écrire à un Ministre d'un gouvernement français démocratiquement élu en 2012.

 

On comprendra mieux ma réserve quant à l'accomplissment de cette démarche dans l'intérêt des personnes qui recourent à nos services.

 

Cela me rappelle la fameuse introduction : "je voudrais faire une lettre à Monsieur Sarkouzi"...Injonction à laquelle je me suis toujours refusé par pur sectarisme, croyais-je au vu de mon expérience de courriers aux ministres.

 

 

 

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Chronique des permanences
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:00

 

Livre : Un type bien ne fait pas ça : morale, éthique et itinéraire personnel

 

 

 

 

 

Humanisme et progrès par Axel Kahn

 

 

Parce que « le savoir est pouvoir pour l'homme de se rendre comme maître et possesseur de la nature », nous sommes collectivement de plus en plus savants et de plus en plus puissants. Reste à ce que notre sagesse nous conduise à faire du progrès scientifique une chance pour l'homme et non une menace.

 

Axel Kahn, Docteur en médecine et Docteur ès sciences, est un grand spécialiste des aspects moraux et sociaux de la médecine, de la génétique et des biotechnologies. Il a longtemps été membre du Comité Consultatif National d'Ethique. Il est actuellement, entre autres, Président de la Fondation Internationale du Handicap, Président du Comité d'Ethique de la Ligue contre le Cancer et Président de Paris Biotech Santé. Il nous livrera les principes et les valeurs qui fondent son engagement.Parce que « le savoir est pouvoir pour l'homme de se rendre comme maître et possesseur de la nature », nous sommes collectivement de plus en plus savants et de plus en plus puissants. Reste à ce que notre sagesse nous conduise à faire du progrès scientifique une chance pour l'homme et non une menace.

 

47402576 9871840

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Pensées - Humour
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?