Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 19:35






« Oh where have you been my blue eyed-son (brother…) ?
Oh where have you been my darling yong one ?
(…)
And it's a hard, and it's a hard, it's a hard, and it's a hard,
And it's a hard rain's a-gonna fall. »
(Bob Dylan -  It’s a hard rain a-gonna fall)



Résumé du premier épisode : il urge d'en finir avec "l'assistanat" généralisé et les immigrés



...Tenant la situation bien en main, mon frère entreprend de pousser son avantage jusqu’au bout, et va tenter de me démontrer l’urgence qu’il y a à mettre en place une politique d’exclusion.


En mettant en cause la Contribution Maladie Universelle, appelée aussi CMU.

Mon frère accepte sans barguigner les bénéficiaires de la CMU, contrairement à certains de ses confrères. Or, 80% des clients qui ne viennent pas à leur rendez-vous à son cabinet, bien souvent sans prévenir, sont bénéficiaires de la CMU. De plus cette population est exonérée de tout paiement tandis que le salarié payé au SMIC, qui ne fait pas nécessairement un travail épanouissant, doit payer une partie des soins non remboursés. Cette situation favorise donc ceux qui ne travaillent pas en les encourageant à demeurer dans cette situation le plus longtemps possible.

Pour son cabinet, cette absence en termes de perte de chiffre d’affaires qui s’élève à 130 ou 160 € par client.

Je lui fais part de mon point de vue, et lui conseille d’évaluer le montant de ces pertes annuelles et d’attirer l’attention de l’Ordre des Chirurgiens dentistes. Il me semble en effet judicieux que ces clients soient informés des conséquences de leur absence.



Ne manquez pas le dernier épisode du (tout) petit Manuel de la pensée sarkozienne à l'intention du militant de l'UMP, demain...

J'ai dit

Plume Solidaire




 

 Inégalités.fr

 

« Le discours anti-pauvres se banalise », entretien avec Pierre Saglio, président d’ATD-Quart Monde.

le 15 octobre 2009


A l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, Pierre Saglio, président d’ATD-Quart Monde, fait le point sur l’état de la pauvreté en France aujourd’hui. Extrait du site du magazine Alternatives Economiques.




Cette journée mondiale du refus de la misère s’inscrit dans un contexte de grave crise économique. Comment voyez-vous la situation des plus démunis ?

 

Vu du côté des plus pauvres, hélas, on aurait presque envie de dire « la crise, elle ne date pas d’hier », la pauvreté, son cortège de privations, de souffrances et d’humiliations, on la connaît malheureusement depuis longtemps. L’appel aux défenseurs des droits de l’homme de Joseph Wresinski, c’est octobre 1987... Maintenant, nous constatons une stigmatisation de plus en plus forte des plus pauvres, de plus en plus de discriminations et un climat de suspicion généralisée qui s’installe. Le discours anti-pauvre s’est banalisé. Il est d’autant plus nécessaire de s’unir pour exprimer notre refus de la misère.

 

 

Quels sont les signes de ce discours ?

 

Prenons le domaine de l’enfance. Cette année, on célèbre les 20 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant. Le comité des droits de l’enfant - qui dépend des Nations Unies - a remis en juillet un texte d’observations au gouvernement français qui s’est empressé de le passer sous silence... Ce texte souligne par exemple sa préoccupation devant la stigmatisation de certains groupes d’enfants, notamment à l’école, dans les médias ou par la police et demande à l’Etat d’y mettre fin. De même, il demande que la politique de protection de l’enfance veille à renforcer les liens des enfants avec leurs parents et s’inquiète du projet de loi de réforme de l’adoption : que va en faire le gouvernement ? De son côté, l’école devient de plus en plus sélective, elle ne remplit plus son rôle vis-à-vis des plus pauvres. Prenons l’exemple de l’assouplissement de la carte scolaire ou la suppression des Réseaux d’aides spécialisées aux enfants en difficulté (Rased) ; c’est une véritable catastrophe. Les familles démunies nous disent : « nous on ne veut pas que nos enfants restent entre eux ». Vous croyez qu’ils vont inscrire leurs enfants dans les établissements les plus cotés ? Que cherche-t-on ? Mettre tous ces gamins dont on ne veut pas dans un coin, à part ?...

 

 

Ce n’est pas valable uniquement pour les enfants

 

Non bien sûr. Tout le monde sait que la densité de la pauvreté augmente, ce qui veut dire que les plus pauvres ont de plus en plus de mal à vivre et que l’écart avec le reste de la population se creuse. Nous devons être nombreux à rappeler que nous voulons mesurer les progrès de notre société aux progrès des plus fragiles. Or, aujourd’hui, le gouvernement le refuse et n’a d’autre ambition que de les protéger à minima. Prenons l’exemple du revenu de solidarité active (RSA). Le passage du Rmi au RSA s’est très bien passé administrativement parlant, c’est vrai. En revanche, les plus démunis n’ont pas gagné un centime de revenu de plus. En outre, dans certains départements, on demande aux travailleurs sociaux de concentrer leurs efforts d’accompagnement sur ceux qui peuvent rejoindre l’emploi, les autres...

 

 

L’une des préoccupations majeures des plus démunis, reste le logement. Où en est-on dans ce domaine ?

 

Contrairement à ce que peuvent dire d’autres associations, mon sentiment c’est que le Droit au logement opposable est une avancée. On a franchi une première étape. On peut faire émerger des dossiers vraiment prioritaires. C’est bien ! Bien sûr, maintenant il faut s’attaquer au plus dur, à l’offre de logement pour que chacun ait un toit, un chez soi, adapté à ses besoins et ses moyens. Le comité des droits de l’enfant dénonce d’ailleurs le manque d’ambition politique du gouvernement pour mettre en œuvre le DALO. Pourtant, il y a urgence : un million de personnes vivent hébergées chez un tiers... Des familles sont chassées de partout, vivent d’hôtel en hôtel, et ça entraîne des dépenses faramineuses pour des situations de vie inacceptables. Au passage, je m’interroge aujourd’hui sur les opérations de démolition-reconstruction : on ne sait pas vraiment si l’on reconstruit autant de logements pour les plus démunis et ces opérations traînent en longueur. Des familles entières vivent dans des cités murées totalement à l’abandon. C’est indigne.

 

Propos recueillis par Louis Maurin. Extrait du site du magazine Alternatives Economiques.

 

 Pour en savoir plus :

 

Le site de la Journée mondiale du refus de la misère.

Sur notre site, le dossier de synthèse sur la pauvreté en France.

 

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?