Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 17:00

 

 

 

botzaris2.jpg

 

 

 

 

C’était le jeudi de l'Ascension, par une de ces belles matinées de printemps à déguster à chaque instant.


Cela se passait après notre séance de chi cong sur cette colline du Parc des Buttes Chaumont, qui est à la fois ma terre d’aventure, mon terrain de jeu, mon parc de loisirs, mon salon de lecture et mon aire de repos.


Colette avait soif, Vincent son mari était venu nous rejoindre, et nous observait  du coin de l’œil pour s’assurer que le tai chi et le chi cong,  « c’est pas son truc ».


Voilà que Colette et Vincent s’avisent de m’enlever pour me contraindre à aller boire un pot avec eux.


Je me débats vainement et rends vite les armes.


Et nous voilà embarqués à la quête d’un bar du quartier, dans une divagation urbaine prétexte à de nouvelles découvertes. Tel ce passage discret qui avait échappé à la sagacité de mon regard sur le monde qui m’entoure. Puis c’est mon tour de jouer au guide en faisant étape devant la porte d’entrée de la Gaumont, - que tous les contribuables du secteur ont bien connue.

 

Toujours en errance de bistro-apéro, nous nous tournons vers cette belle demeure au coin de la rue Botzaris. Assoiffés de curiosité, nous escaladons le mur pour jeter un œil sur le jardin de cette propriété située en bordure du parc et qui domine Paris.


Puis, intrigués par le drapeau aux couleurs tunisiennes, nous nous approchons de la grille pour observer de nouveau l’intérieur de la propriété. Et constatons que le lieu est effectivement habité et animé.


Nous continuons notre vagabondage, nous installons à la table d’un restaurant marocain, prenons l’apéro tant attendu, enchaînons par un tajine, avant de traverser la rue pour papoter paisiblement au soleil sur les pelouses du parc.


C’était le 2 mai, jeudi de l'Ascension, une belle journée de Printemps français à Paris.


Nous ignorions que le 16  serait le jeudi de la Descente de Police, une triste journée du Printemps arabe, à Paris.

 

Au fait, Markos Botzaris, ça vous dit rien ?

 

J’ai dit

 

Plume Solidaire

 

 

- - - - -

 

Source : France 24 – 16 juin


Expulsion et querelles autour des archives de Ben Ali à Paris

 

 

Une centaine de migrants tunisiens ont été expulsés, ce jeudi, du 36 rue Botzaris, à Paris. Une partie des archives entreposées dans le bâtiment, anciennement aux mains du RCD de Ben Ali, ont, elles, été emportées par une association.


 

Par Perrine MOUTERDE (texte)


 

Ils sont une quinzaine, en milieu de journée, sur le trottoir de la rue Botzaris, dans le 19e arrondissement de Paris. De jeunes hommes, dont quelques mineurs, l'air un peu désemparé. Tôt jeudi matin, ils ont été expulsés d'un bâtiment de trois étages situé à quelques pas, sur lequel flotte le drapeau tunisien. Cet ancien foyer pour étudiants, propriété de l'État tunisien, hébergeait jusqu'à la chute du régime Ben Ali la section française du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti de l'ancien président renversé le 14 janvier dernier.


Des vigiles en gardent désormais l'entrée, avec des chiens. Les migrants espèrent au moins pouvoir y récupérer les affaires qu'ils ont laissées à l'intérieur. "Les CRS sont arrivés vers 6h30 alors qu'on dormait et nous ont fait sortir, raconte Karim, 29 ans. Certains étaient pieds nus, ils n'ont même pas eu le temps de s'habiller. On ne veut pas dormir dehors ce soir ! Ce bâtiment appartient aux Tunisiens."


Un soudain besoin de bureaux


Karim est originaire de Tunis. D'autres, rassemblés autour de lui, viennent du nord et du sud du pays. Tous sont passés par la case "Lampedusa". "C'est encore la guerre en Tunisie, je ne pouvais pas rester là-bas", explique Reda, 39 ans. "On meurt de faim au pays", ajoute Anis, 20 ans. Au début du mois de juin, ces migrants ont investi le 36 rue Botzaris. Progressivement, ils sont une petite centaine à s'y être installés.


Selon Tarek Ben Hiba, le président de la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) - l'ancienne Union des travailleurs immigrés tunisiens (UTIT) -, ce sont les autorités tunisiennes, par le biais de l'ambassade de Tunisie en France, qui ont ordonné cette expulsion au motif qu'elles avaient besoin de davantage de bureaux à Paris. En début de semaine pourtant, Elyes Ghariani, le chargé d'affaires de la représentation diplomatique tunisienne dans l'Hexagone, avait donné son accord à plusieurs associations pour que le bâtiment soit transformé en lieu d'accueil pour les migrants pour six mois au moins, affirme Ben Hiba. Un protocole d'accord était en cours de signature. Malheureusement, aucun responsable de l'ambassade n'était joignable ce jeudi...


"On est tombé des nues ce matin, poursuit Tarek Ben Hiba. On croyait en avoir fini avec ces années d'affrontements et de duplicité. On pensait avoir un gouvernement ami et le soutien de l'ambassade..." Le soudain besoin de bureaux de Tunis ne le convainc pas.


Mettre les archives en lieu sûr


Alors pourquoi cette expulsion ? Pour les migrants, le pouvoir tunisien a d'abord voulu mettre la main sur les archives qui se trouvaient dans le bâtiment. Selon le site internet Owni, des milliers de documents de l'époque Ben Ali, entreposés dans deux pièces de l'immeuble, permettrait de "retracer de multiples opérations illicites ordonnées" par l'ancien président.

 

Le Collectif des Tunisiens de France (CTF), une association née il y a quelques mois après l'arrivée de nombreux jeunes Tunisiens en région parisienne qui dit s'être vu confier "verbalement" la gestion du bâtiment, reconnaît effectivement avoir voulu mettre ces archives en lieu sûr. "Avec le consentement de l'ambassade", ajoute Owni. Mercredi, près de 1 000 documents, soit un tiers du fonds, ont été saisis et emmenés par une avocate, Soumaya Taboubi, à la demande du CTF.


"On a vu que des documents commençaient à disparaître, se justifie Toumi Lazhar, le président du CTF. Des jeunes les revendaient à l'extérieur... Notre idée était de les mettre dans des lieux sécurisés et de les remettre ensuite à ceux qui, en Tunisie, peuvent organiser des poursuites judiciaires contre les membres de l'ancien régime. On souhaite que le peuple tunisien connaisse la vérité sur ce qui a été fait, mais pas que ces documents soient utilisés pour faire du chantage."


Toutefois, Toumi Lazhar estime que la récupération de ces archives ne justifie en rien une descente de police. Après avoir pu les consulter en partie, il en relativise l'importance : "Le bâtiment n'est occupé que depuis un mois. Les membres du RCD ont largement eu le temps, depuis la chute du régime, d'enlever ce qui était le plus compromettant ! Ce que j'ai pu lire n'était pas si intéressant que cela."


Un lieu ingérable ?


Pour le président du CTF, l'expulsion est peut-être davantage le résultat des tensions qui régnaient dans le bâtiment. Samedi, voyant que son association n'arrivait plus à contrôler la situation, il avait d'ailleurs décidé de renoncer à s'occuper des migrants. "Il y avait de la délinquance, des bagarres entre les jeunes... Ils étaient agressifs. Les autorités tunisiennes avaient perdu le contrôle d'un lieu qui leur appartient." Une instabilité provoquée, selon Tarek Ben Hiba, par la présence d'anciens proches du régime parmi les occupants du bâtiment. "Ils veulent se refaire une virginité en rejoignant les migrants... C'est ça qui a provoqué des affrontements."


Selon certaines sources, la majorité des Tunisiens interpellés jeudi matin ont été conduits au commissariat de police du 19e arrondissement avant d'être redirigés, en bus, vers des centres de rétention. Une information que la préfecture de police n'était pas en mesure de confirmer, en fin d'après-midi. "Une centaine de personnes ont été évacuées dans le plus grand calme", se bornait-elle à indiquer. Karim, Reda et la dizaine d'autres jeunes revenus rue Botzaris ne savaient pas pourquoi eux avaient été relâchés.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?