Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 18:00

 

Jean-Paul-dellevoy-Reprenons--nous.jpg

 

 

« Delevoye Président ! » écrivait l’hebdomadaire Marianne à la lecture de son rapport de Médiateur de la République.


Le moteur à exclusion tourne à plein.  La crise frappe et les hommes politiques sont à côté de la plaque. Nous ne pouvons plus continuer comme cela. Avec ce diagnostic sans complaisance, étayé par les milliers de dossiers qu’il a eu à traiter pendant sept ans comme Médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye a fait irruption dans le débat public.


Au moment où les Français vont devoir choisir le futur président de la République, un changement s’impose. Mais pour changer, il faut comprendre. Ce livre explique comment et pourquoi nous en sommes arrivés là.

 

- - - - - - - - - -

 


"Reprenons-nous !", de Jean-Paul Delevoye : une "démocratie d'émotions"

 

Le Monde du 18 janvier 2012


Intrépide et passionné médiateur de la République, fonction qu'il a dû quitter en mars 2011, Jean-Paul Delevoye s'est singularisé en soulignant le burn-out, cet "état d'épuisement général non seulement physique, mais psychique, émotionnel, mental" de la société française. Aujourd'hui président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), où son management n'est pas à l'abri de critiques en interne, le maire de Bapaume (Pas-de-Calais) récidive et lance, en pleine campagne présidentielle, un vibrant et courageux appel à une révolution civique et "mentale" des citoyens et des responsables politiques.

 

L'essai est revigorant. Le diagnostic est sans fioritures : "La France va mal. Les Français souffrent. (...) Tout cela dessine une société française à la limite de la rupture. Au bord de la crise de nerfs. Avec nombre de gens disponibles pour les marchands d'illusions de tout acabit."


M. Delevoye pointe la montée et la banalisation de la violence et de ce qu'il appelle "le racisme d'assiette" : "On défend son "bout de gras''. On a peur que l'autre vienne se servir dans le plat qui est à portée. On ne veut plus partager". Il décrit cette "France des invisibles", "ceux qui s'effacent dans la grisaille et glissent dans l'obscurité, tenaillés par la peur de l'accident, du déclassement".


M. Delevoye s'inquiète de voir qu'on est en train d'oublier "les idéaux de la Résistance" dans cette "République consommable", où les désirs ont pris le pas sur les besoins, victime d'une "archipélisation" de la société "en une multitude de blocs qui défendent chacun leurs visions, leurs intérêts, leurs objectifs, en ayant perdu de vue le collectif plus large que nous constituons tous ensemble". Il s'alarme du peu de cas que l'on fait de la mission de réinsertion de la prison, avec "l'illusion que tous les récidivistes potentiels pourraient être tenus, ad vitam aeternam, derrière les murs", du mal-logement ou de l'école, "machine à exclure".


Le lecteur aura rapidement compris que l'ancien ministre de Jacques Chirac n'est pas un proche de Nicolas Sarkozy, cité une seule fois, même s'il salue l'autonomie des universités -"une révolution culturelle". Pour M. Delevoye, "l'empire de la consommation" génère une "mécanique de la frustration et du fantasme" d'où émerge "une démocratie d'émotions", dominées par la peur. Il dénonce l'inflation législative : "Nous multiplions les lois de "réaction''. Un problème, une loi. Un conflit social, une loi. Un fait divers particulièrement odieux, une loi. (...) Peu importe s'il existe déjà dans le code les outils nécessaires qu'il suffirait de réactiver et de revisiter pour faire face."


De ces constats, M. Delevoye tire une morale : "Les valeurs doivent l'emporter sur le calcul. Les causes sur les intérêts. Or la première des valeurs républicaines, c'est le respect des citoyens." Pour "refonder le pacte républicain", il plaide pour "un débat apaisé, affranchi des exigences tactiques du combat politique", voyant dans le CESE, la troisième Assemblée de la République, un lieu adéquat où on peut "prendre soin de l'intérêt général sans être l'otage des protagonistes du jeu politique".


La réinvention du débat démocratique, où on se garde d'"agiter des chiffons rouges", doit, à ses yeux, "aider la société à croire en elle-même et à ses capacités d'adaptation". Un manuel de pédagogie des réformes à conseiller à tous les candidats.

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?