Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 17:00

 

La campagne électorale pour les élections présidentielles est un moment d'effervescence idéologique, de confrontation d'orientations, d'objectifs et de programmes.

 

C'est une période privilégiée de mise à jour de la connaissance des pensées de nos concitoyens, et tout particulièrement de celles de la "majorité silencieuse",  telles qu'elles s'expriment librement et à haute voix.

 

Meetings et manifestations, discours et débats, permettent d' appréhender les motivations profondes qui unissent chaque chef politique à ses partisans, puis au final à travers le vote, à ses électeurs.

 

Le résultat de l'élection est la photographie nuancée des différents types de projets de vie des français (préoccupations essentielles et solutions choisies).

 

Au delà des questions matérielles d'existence - dont beaucoup ont constaté et souffrent de la dégradation -, a été posé la question des valeurs qui sont au fondement de la vie politique.

 

Dans quel société voulons-nous vivre ?

 

Et surtout : quelle sorte de femme et d'homme sommes-nous ? quelle sorte de femme et d'homme voulons-nous devenir ?

 

Ce second tour aura été marqué à mon sens par quatre facteurs dominants :

 

- l'antisarkozisme,

- l'émergence du vote blanc ( 2 millions de voix),

- le retour du clivage droite-gauche, au sein duquel la gauche n'est pas majoritaire,

- une France électorale qui n'a jamais été aussi nombreuse à droite à  voter pour des thématiques de plus en plus situées à droite.

 

Cette évolution me pose en conséquence, en tant qu'écrivain public et citoyen,  la question de l'avenir de l'humanisme.

 

Je vous invite à lire aussi cet article découvert sur le site Humanisme et Lumières :

 

 

DEMAIN LES POSTHUMAINS :

Fin ou régénération de l'humanisme ?

 

Plume Solidaire

 

 

- - - - - - - - - - - - -

 

 

 

Source : Sciences humaines

 

 

412nkBi9k4L._SL500_AA300_.jpg

 

Demain les posthumains

Jean-Michel Besnier, Hachette, 2009, 216 p., 18 €

 

 

Fusion homme-machine, cerveau relié à Internet ou à des mondes virtuels, souvenirs numérisés assurant la survie de l’esprit après la mort du corps…

 

Certains futurologues annoncent des avancées scientifiques telles que l’homme, augmenté, immortel, capable de tous les possibles, pourrait devenir méconnaissable.

 

L’important ne serait plus alors de savoir ce qu’est l’humain, mais quel humain nous allons construire. Or Jean-Michel Besnier, professeur de philosophie à Paris-IV, voit dans ce discours exalté non pas une leçon d’optimisme, mais au contraire une forme d’abdication.

 

Après la découverte que l’homme n’est pas au centre de l’univers (Nicolas Copernic), ni au sommet de la création (Charles Darwin), et que les vrais mobiles de nos actions nous échappent (Sigmund Freud), la dissolution des frontières homme-machine pourrait en effet représenter une quatrième blessure narcissique.

 

Le philosophe italien Guido Calogero préconisait déjà d’étendre la morale humaine aux robots, afin de constituer une « république des êtres qui ont le droit d’être compris ». Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) abrite actuellement des réflexions sur l’instauration d’un droit des robots, tandis qu’une charte éthique des relations hommes-robots se prépare en Corée du Sud. Comme le pressentait Günther Anders il y a un demi-siècle, l’homme éprouverait la « honte prométhéenne » de ne plus être à la hauteur de ses créations autorégulées, indifférentes à la morale, sans états d’âme et bientôt infaillibles.

 

Le plus grand titre de gloire de l’humanité pourrait donc être de se dissoudre pour laisser place à sa propre création. Autant en finir du même coup avec notre vieux désir de maîtrise et de responsabilité, et s’effacer, se fondre dans la machine, en s’abandonnant à l’irresponsabilité. Loin d’être une nouvelle étape de l’humanisme, l’avènement du posthumain coïnciderait, selon J.-M. Besnier, avec la fin de l’idéal de culture, de dépassement de soi, de volonté et de désir : ce serait en un mot le triomphe de la « fatigue d’être soi » imprégnant, selon le sociologue Alain Ehrenberg (lire su r Plumeacide l'article : Alain Erhenberg : la société du malaise), la société actuelle. Ce livre présente ainsi l’interprétation inattendue d’un avenir possible, mais sans doute pas si simple, pour l’humanité.

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?