Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 16:46

 

Mise à jour lundi 23 avril à 12 h00

 

 

  buzz-passeport-biometrique-francais-26.jpg

 

 

 

 

Lire la présentation du livre de Michka Assayas : Faute d'identité

 

Ce qui est arrivé à Michka Assayas est précisémnent ce qui arrive à ma femme, de nationalité française par mariage depuis 42 ans; et qui a renouvelé régulièrement sans aucune difficulté ses précédents passeports et cartes nationales d'identité.

 

Songez que je dois démontrer à l'administration ma nationalité française pour  que ma femme prouve qu'elle est bien marriée à un français.

 

Pour ce faire, je dois présenter dans son dossier :

 

- mon acte intégral de naissance,

- l'acte intégral de naissance de mon père,

- l'acte de mariage de mes défunts parents.

 

Ces trois pièces ont été réunies en quelques jours. Un jeu d'enfant pour un écrivain public.

 

Mais ce n'est pas tout. Ma fille, ma femme et moi-même avons effectué simultanément notre demande de renouvellement de passeport.

 

Premier constat : ma fille a changé de nom.

 

Son nouveau passeport mentionne mon nom sans l'accent aigu sur le "e", comme sur sa carte nationale d'identité et son passeport périmé. Ce qui convient parfaitement à l'administration, mais l'a mise en colère comme son père.

 

J'aime mon nom, ma fille aussi, et je n'aime pas qu'il soit déformé, elle non plus.

 

Mais c'est pas grave, nous survivrons aisément à cette sottise.

 

Deuxième constat: concernant ma femme il en va différemment.

 

Parce qu'elle est d'origine étrangère, elle est contrainte d'effectuer des formalités kafkaïennes. La raison ? La comparaison de sa carte nationale d'identité et de son passeport arrivé à échéance, révèle qu'il y a un accent circonflexe sur le "a" de son nom de jeune fille sur son passeport, accent circonflexe qui n'apparaît pas sur sa carte nationale d'identité.

 

Il y a vraiment quelque chose de soviétique, dans la bureaucratie nationaliste mise en place par le gouvernement Sarkozy depuis le 1 janvier 2009.

 

Une raison supplémentaire pour donner le coup pied de l'âne à ce politicien parvenu survitaminé, qui a instrumentalisé à sa manière une partie du programme du Front National.

 

Moi aussi je sais mettre les accents quand où il faut.

 

Plume Solidaire 

 

- - - -


 

"Faute d’identité", par Michka Assayas


 
Après avoir perdu son passeport et n’ayant pas fait refaire sa carte d’identité depuis 10 ans, Michka Assayas va devoir se plonger dans ses origines familiales pour prouver son statut de français.

source : L’Express

Rien ne sert d'être français si l'on n'est pas capable de le prouver. C'est ce qu'a dû ressentir Michka Assayas, fin 2009. Ayant perdu son passeport (et n'ayant pas jugé utile de faire refaire sa carte d'identité depuis 1999), l'écrivain et critique rock s'en allait tranquillement faire renouveler celui-ci à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris. Il ne se doutait pas que cette formalité n'en serait finalement pas une. Son père étant né à Istanbul et sa mère à Budapest (tous deux ont toutefois été naturalisés), la demande d'Assayas aboutit à une fin de non-recevoir, faute de "preuve de nationalité" - selon la formule établie par une loi de 2005. Estomaqué, le citoyen éconduit se rendit dès lors au "Pôle de la nationalité française", où l'attendait une employée pas des plus coopérantes. Ce sera pour ce sans-papiers malgré lui le début d'un parcours du combattant. Tout cela pour un malheureux document, désormais plastifié et sécurisé "comme dans un film de science-fiction des années 1980". 


Si le portrait de la France d'aujourd'hui n'a ici rien de flatteur, Faute d'identité ne saurait être réduit à un simple réquisitoire contre la bureaucratie et une certaine xénophobie. Cette mésaventure administrative est l'occasion pour Michka Assayas de revenir sur ses origines (on admirera ainsi quelques pages formidables sur son père, qui fut scénariste de Claude Autant-Lara et de René Clair, sous le pseudonyme de Jacques Rémy) et sur sa génération, désespérément en quête de repères. Mais aussi sur son "identité littéraire", qui n'est finalement pas la plus aisée à définir - même si l'état civil n'en a pas grand-chose à faire...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jacques Solovieff 22/04/2012 10:27


Ecrire un commentaire ce dimanche matin me semble particulièrement opportun.


L'absurde Kafkaien ne relève malheureusement pas de ce seul quinquennat, même s'il y est particuièrement exacerbé.


Au début des années 70, dans un climat de suspicion envers les jeunes et les "gauchistes", j'ai dû prouver ma nationalité française (je suis né en banlieue parisienne de parents nés tous deux à
Paris) et le fait que je l'avais acquise depuis plus de 5 ans pour pouvoir accéder aux concours de la fonction publique.


Comme quoi le délit de faciès passe aussi par l'écrit ! clin d'oeil aux écrivains publics ou privés, non ?

Plume Solidaire , écrivain public 22/04/2012 19:50



Merci Jacques !


Bonne soirée !



Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?