Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 19:22



Bande-annonce - Le jour où Dieu est parti en voyage
envoyé par kmbofilms. - Regardez des web séries et des films.

 

 

 

 

Le pitch selon evene.fr


"Kigali, printemps 1994, le premier jour du génocide. Les Rwandais se massacrent entre eux tandis que les Occidentaux fuient le pays. Jacqueline, la jeune nurse tutsi d'une famille belge, se retrouve abandonnée. Elle se cache dans les combles et parvient à échapper aux tueurs. Lorsqu'elle trouve ses enfants abattus par les Hutus, Jacqueline se réfugie dans la forêt. Là, elle trouve un homme blessé dont elle s'occupe et qu'elle ramène à la vie. Mais Jacqueline est profondément meurtrie intérieurement et les efforts de son ami reconnaissant n'y font rien. Démunie de tout même de sa foi, elle n'a qu'une obsession : en finir une fois pour toutes."

 

 

Pour la première fois peut-être un film m'a fait directement ressentir ce qu'a vécu cette jeune mère pendant le génocide rwandais. Et ce que vivent au moment où j'écris d'autres femmes et mères au cours des guerres et massacres qui font ou ne font l'actualité en France.

 

 

Pendant la projection j'ai beaucoup pensé à Foulématou, dont j'ai parlé plusieurs fois sur ce blog. Avant de partir dimanche au Musée des Arts Premiers, j'ai rapidement évoqué certaines scènes de ce film avec elle.

 

 

Elle m'a simplement répondu : "oui c'était comme ça..." Puis elle m'a prévenu qu'elle nous quittera un peu plus tôt au Musée pour assister à une cérémonie religieuse à Montmartre en mémoire "des nôtres" comme elle disait.

 

 

Catastrophiques les critiques du "Monde" et de "L'express" sur ce film dont je suis sorti oppressé.

 

 

"Le jour où Dieu est parti en voyage", certains journalistes donnent le sentiment qu'ils étaient dans l'avion. Comme si pour commenter ce film il leur avait fallu s'(se r)accrocher à une approche cinématographique ou esthétique. Comme s'ils avaient le cerveau à la place des tripes.

 

 

« Il aurait fallu une mise en scène plus brutale pour emporter le morceau. Refuser à ce point le spectaculaire frise le cinématographiquement correct. » (L'express)

 

 

Dans "Le Monde", Thomas Sotinel regrette « que l'absence d'explications historiques rendra le film presque inintelligible aux spectateurs qui ignorent le détail de la tragédie rwandaise - les marais qui furent le lieu de terribles massacres peuvent ainsi apparaître comme un symbole. Enfin parce que Van Leeuw fait parler ses deux personnages en français pendant que les génocidaires (que l'on voit peu à l'écran) hurlent en kinyarwanda.

 

 

Ce parti pris produit un violent contresens qui fait croire que la langue commune à tous les Rwandais était celle des bourreaux, alors que le français était celle des victimes. Etant donné le rôle de la France dans les événements qui ont conduit au génocide, l'effet est désastreux. "

 

Les critiques qui me paraissent les plus justes sont celles de evene.fr et de Chronicart :

 

 

Evene.fr

 

"Conserver et transmettre la vivacité du souvenir." (…) En marge des films d’action ou des drames émotionnels sur le sujet, ‘Le Jour où Dieu est parti en voyage’ choisit adroitement de se consacrer à la question de la survivance, (...) Comment avancer, broyé par une douleur indicible ? Comment survivre, dépossédé de toutes ses croyances ? A la fois intimiste et universel, le film suscite de fait une profonde empathie. (...) Cris étouffés, bruits noyés, corps filmés de loin. Philippe Van Leeuw préfère suggérer la violence et la reléguer à la limite du hors champ, (...). Il livre ainsi une oeuvre sensible et singulière, un hommage absolu aux victimes et aux rescapés."

 

 

Chronicart

 

"(...) Philippe van Leeuw pouvait laisser craindre une approche du sujet Rwanda sous l'angle de la seule complainte, une possible inertie de la tentative de reconstitution du drame, inhérente à un abord prioritairement « victimaire ». Au lieu de quoi ce film se révèle être surtout la mise en scène sèche et frontale de l'instinct de survie de deux Tutsi (...)

 

 

Jacqueline (la chanteuse Ruth Nirere - Shanel, au jeu admirable) est ainsi suivie dans le temps réel de l'évolution de son regard sur la situation, du trauma du spectacle glaçant de l'exhibition publique des cadavres de ses enfants (bien que saisie à distance, du point de vue de la jeune femme embusquée, l'image reste insupportable) à sa prise en charge du corps blessé d'un homme, du réflexe de se cacher ou d'être à l'affût du moindre bruissement (...).

 

S'il se refuse à l'apparenter au « cinéma d'action », Philippe van Leeuw s'en remet à une pure logique de « survival » : découpage à vif, mu aussi bien par l'anticipation de l'événement que son esquive de dernière minute ; pragmatisme de chaque geste ou mouvement, réduction de l'espace à de pures questions utilitaires (faire cuire de la viande, sécher ses vêtements, dormir, prier, penser... peut-être faire l'amour). L'action est ici affaire d'apprivoisement de sa propre peur, mais aussi de celle de son / sa seul(e) allié(e), de cicatrisation littérale et symbolique des plaies initiales au profit d'une résistance par le projet de vivre encore - même un peu. Plutôt que de ne voir ces deux personnages que dans leur statut de martyrs, le cinéaste édifie chaque scène sur le pur présent de la (sur)vie quotidienne dans une situation limite, débouchant sur une intensité bouleversante. Le Jour où Dieu est parti en voyage, à l'origine projet d'un homme désirant exorciser par la fiction l'impuissance qui fut la sienne lorsqu'il n'était que spectateur d'une tragédie lointaine, s'offre aujourd'hui dans l'évidence de sa seule force de frappe esthétique : quel que soit le point d'arrivée de ces figures plus mortelles que jamais (Jacqueline est inspirée d'un personnage réel, dont le sort reste inconnu du cinéaste), la représentation en même temps que la saisie de ces quelques jours d'existence donne une puissante idée de que peut être la réalité sensorielle d'une terreur forcément universelle. »

 

 

Sidy Sakho

 

 

Bravo Monsieur Sakho !

 

 

J'ai dit

 

 

Plume Solidaire

 

 

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?