Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 11:03

 

Réflexion inspirée par le livre "Addiction générale"

de Isabelle Sorente

 

- - - - - -

 CENTRALE-DE-FUKUSHIMA-JAPON-NUCLEAIRE-EXPLOSION-BLOGPARFAIT.JPG

 

 

 

1 - Séisme du Japon et accident de la centrale nucléaire de Fukushima


La radioactivité est invisible et imperceptible, globale et sans limites – elle ne connaît pas les frontières des états -, et ses conséquences sur la santé ne se voient qu’à long terme.


Est-ce que le fait qu’elle ne soit pas quantifiable est de nature à conforter ou à relativiser la conscience que nous avons qu'elle représente un danger magistral  pour l’humanité d’aujourd’hui, et l’avenir de nos enfants ?


Après les désastres atomiques d’Hiroshima, de Nagasaki, et nucléaires civiles de Tchernobyl et de Fukushima : en quoi les chiffres pourraient-ils contribuer à résoudre la question de la responsabilité des hommes pour l’avenir de l’humanité et de la planète ?


Quelle est la mesure de l’incommensurable dans l’irresponsabilité ?


Faut-il créer une toise pour mesurer les conséquences de l’insuffisance des mesures de sécurité dans le fonctionnement d’une centrale nucléaire ?


Nous vivons dans une économie malade de l’optimisation des coûts obsessionnellement « optimisés », c’est-à-dire réduits pour parvenir à une économie de moyens et de dépenses, en fonction d’une probabilité qui exclut l’hypothèse de « l’impossible » parce qu’inimaginable, impensable.


N’est-ce pas justement l’impensable - l'accident nucléaire majeur - qui conduit à la folie d’une prise de "risque universelle majeure" aussi peu probable soit-elle ?


Quelle est l’unité de mesure quantifiable qui permettrait d’évaluer l’erreur – la faute universelle - qui a consisté à bâtir une telle installation nucléaire en bord de mer, en minimisant de manière démesurée la probabilité d’un séisme de grande magnitude suivi d’un tsunami tel que celui qui a dévasté le nord du Japon ?


Faut-il inventer un étalon pour mesurer la souffrance des familles endeuillées, pour autant que le nombre de morts connus soit de quelque utilité que ce soit ; et pour les blessures infligées aux victimes d’aujourd’hui et de demain, au Japon et ailleurs, par de telles catastrophes humaines consécutives à de telles catastrophes naturelles ?


Pour ne citer que cet aspect humain là, du désastre.


Le chiffre ne serait-il pas en définitive un instrument pour justifier la nécessité du rebond, du rassemblement d’un peuple autour de la reconstruction. Une sorte de rite tenant lieu de discours quasi magique sur la catastrophe, pour faciliter le deuil d’un peuple sous la forme d'un "il faut bien passer outre "- et réconforter l’humanité, pour unir dans l’oubli du traumatisme – et de la chaîne de responsabilités.  


Le chiffre ne serait-il - pas alors le substitut de la parole pour éviter la contrainte morale d'avoir à nommer l’innommable : esquiver l’injonction contradictoire entre le devoir de dire, et l’impossibilité de dire la faute politique, industrielle universelle majeure ? Dont le prix n'a pas de prix.


- - - -



La dernière crise financière majeure de l’économie mondiale a été chiffrée, et les causes du collapse boursier ont  été analysées; ses mécanismes et ses responsables sont connus.


Ont-elles donné lieu à une réforme fondamentale du système financier ?


Le chiffre n’est-il pas au fond un vernis rationnel et scientifique instrumentalisé pour légitimer a posteriori la catastrophe et l’annonce de sa répétition ?


Car en croyant savoir assez de la catastrophe, nous avons finalement appris à vivre avec elle, et les chiffres en apportant l’illusion de la connaissance, ont concouru à la résignation – reddition - de l’humanité face aux pleins pouvoirs de la finance globale.


NB : la toise est une unité de longueur ancienne. Elle correspond toujours à six pieds, soit deux verges ou une aune et demie. La toise est également un instrument de mesure.

 

- - - -

 

Slate.fr

 

2 - Il y a moins de musulmans en France aujourd’hui qu’en 1905


 (…)


La dernière étude en date, parue en octobre 2010, émane de l'Institut national des études démographiques (Ined) et de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Selon les deux organismes publics, la France compte 2,1 millions de «musulmans déclarés».


Il y a moins de musulmans aujourd'hui qu'en 1905. Un rapide calcul l'illustre: le recensement de 1906 se base sur une population française de moins de 40 millions d'habitants, dont 10% de confession musulmane, soit environ 4 millions. Le ministère de l'Intérieur avance 5 à 6 millions de musulmans sur près de 67 millions d'habitants, soit, environ 8 à 9% de la population totale.


(…)


Est-ce que le fait de connaître le nombre exact de musulmans en France signifie un danger pour les français ?


Corollairement : est-ce que le fait de connaître le nombre exact de catholiques constitue un facteur rassurant pour les français ?


Le nombre n’est-il pas le voile derrière lequel se dissimule l’intolérance ?


J’ai dit


Plume Solidaire


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?