Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 Lire : La Marche - 1


Les Marcheurs, chronique des années Beurs

 

 

Propos littéraux des divers acteurs extraits de la conclusion

 

- "On ne va pas rester pendant 30 ans accrochés sur le fait que SOS Racisme a fait une OPA pour nous enterrer.

Et, nous, notre propre responsabilité ? Et nous, nos errements ? Et nous nos divisions ? Et nous, notre incapacité à nous rencontrer ?"


- - - - - - -


- "La gauche a eu la chance d’avoir à faire à des acteurs comme nous. Qui étions  républicains, qui respections la démocratie, qui usions de moyens pacifiques pour agir et prendre la parole. Qui considérions tellement important la Constitution française que nous la défendions par nos actions.

Elle aurait du saisir la main qu’on lui a tendue, et elle l’a coupée.

C’est sûr que la droite n’a pas fait mieux. La droite c’est le mépris, mais la gauche c’est l’humiliation."


- - - - - - -


"La société française de l’époque, a eu besoin de penser qu’elle était universelle et qu’elle atteignait ses objectifs. Regardez comme nous sommes exemplaires dans l’idée d’universalité ; beurs, blacks, blancs.  Together ! (geste : mon l’œil) : "

doigt dans-oeil

 

- - - - - - -


 

"On avance dans le sens où la société est de plus en plus pluriethnique, pluriculturelle, pluri religieuse. Il y a un nombre incalculable d’hommes et de femmes issus des immigrations postcoloniales qui ont des postes à responsabilité, qui sont ingénieurs, qui sont avocats, qui sont à leur place.

10% de l’armée française est composée de gens magrébins aujourd’hui. Cela montre que la société française intègre beaucoup plus qu’elle ne le croit."


- - - - - - -


"36 000 maires de communes. En 2013, seulement 5 portent des noms à consonance magrébine ; qui pourraient indiquer que leur origine ethnique est magrébine."


- - - - - - -


"Si vous observez les quartiers populaires il y a 30 ans et aujourd’hui, c’est terrible. Il y a 30 ans on avait encore des copains intra-européens : portugais, espagnols, italiens…

Aujourd’hui, vous allez dans les quartiers populaires, vous avez 90% qui sont tous noirs et arabes.

C’est un échec total."


- - - - - - -


"A l’époque de la Marche des beurs, on parlait de la République et des valeurs républicaines. Il suffisait que cela s’institue dans la réalité. Je n’aurais jamais imaginé que l’islam reviendrait colmater les failles de tout ce qui s’est passé ces 30 dernières années finalement.

Si aujourd’hui il y a un vrai retour de l’islam dans les quartiers auprès des jeunes et des moins jeunes, il y a bien une raison. C’est : on n’est pas chez nous, et bien on va se le faire le chez nous !"


- - - - - - -


"Le problème c’est que cette attitude d’instrumentalisation (ndlr : par SOS racisme) et d’avoir mis des obstacles par rapport à des acteurs déterminants, qui auraient pu déterminer les dérives sur l’intégrisme, sur la délinquance organisée, les réseaux mafieux dans les quartiers.

On voulait empêcher cela, on a dénoncé ça à temps. On aurait pu éviter que ça s’enkyste, que ça se ghettoïse. Ils ne nous ont pas entendus. Du coup leur responsabilité est importante. C’est vrai que lorsque l’on reparle de cette histoire, il n’y a jamais personne qui est responsable. Mais moi je pense qu’ils ont hypothéqué 3 ou 4 générations."


- - - - - - -


"De toute façon, qu’elle que soit la pensée que vous avez, même si vous voulez cliver pour des raisons électoralistes, des raisons de pouvoir, de toute façon quoi qu’il arrive, on est condamnés à vivre ensemble. Soit on doit vivre ensemble, et on est condamnés à vivre dans ce sens là, soit on doit s’affronter. Chose dont (à laquelle) je n’ai pas envie d’y penser…" 

 


 

Notes extraites de l'article de la République des idées : Les trente ans de la Marche - La promotion d'une égalité sous conditions

 

la Marche constitue bel et bien une rupture dans l’histoire de l’immigration et des représentations nationales parce qu’elle signifie la fin du mythe du retour au pays d’origine, participe à rendre visible la réalité des quartiers populaires et favorise une prise de parole généralisée des enfants d’immigrés postcoloniaux.

 

 (...) de nombreuses associations, notamment celles issues de l’ex-mouvement « beur », organisent une trentaine d’événements dans toute la France (...)


Dans le cadre de ces manifestations, la commémoration prend généralement la forme d’une suite de témoignages et d’analyses comparant l’année 2013 à l’année 1983, voire mettant en perspective le mouvement des droits civiques étasunien et le mouvement « beur ». Les discours formulent une critique plus ou moins radicale du champ politique en général, et des gouvernements socialistes en particulier, jugés responsables de la régression sociale dans les quartiers populaires. Ainsi, la Marche est perçue comme une « main tendue » qui a été rejetée, voire « coupée », par la gauche de gouvernement.

 

Cependant, toutes les commémorations associatives ne relèvent pas d’une critique de la gauche de gouvernement. De nombreuses initiatives sont plus « neutres » politiquement et s’approprient l’événement sur un mode moins conflictuel. 

---------- 

(...) le concept de racisme en lui-même, qui se définit non seulement par le discours de légitimation (idéologie et/ou préjugés) d’une relation de domination matérielle fondée sur le signe de la race (ou de la culture, la religion), mais aussi par des pratiques discriminatoires (violences symboliques ou physiques) des majoritaires à l’encontre des minoritaires.

Partager cette page

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans écritures publiques et monde arabe

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?