Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 17:00



J’ai consacré le dernier week-end à un stage de kobudo et de tai chi chuan.


Dans le domaine des arts martiaux il y a quatre techniques de base : dévier, soumettre, attaquer ; et courir très vite si l’adversaire sort une arme à feu.


S’il n’a qu’un arme blanche ou ce qui serait préférable, pas d’arme du tout ; en déviant l’adversaire après une première attaque, il conservera la possibilité de renouveler son agression. Je sais alors que je dois le soumettre : l’immobiliser d’une main au sol par exemple, en sortant mon téléphone portable pour appeler le 17, si j’ai pensé à le recharger.


S’il parvient à se libérer, malgré l’atroce douleur de la déchirure musculaire et des articulations brisées que je lui impose, et qu’il s’apprête stupidement à m’agresser encore une fois, alors je vais frapper. Et ça va faire mal.


Il aura tellement mal que je serai dans l’obligation de le porter sur mon dos jusqu’aux urgences.


Et vu les problèmes de ressources humaines dans ce secteur, il se pourrait bien qu’il souffrît plus longtemps que le voudrait l’urgence de son piteux état.


Dans la vie comme dans le sport il faut parfois trancher, comme ceci par exemple :

P1030082.JPG

Kobudo - sabre / stage KTK Villabé - 24 -25 avril 2010

 

En ce qui concerne les gentilles musulmanes qui s’obstinent à exhiber leur garde robe religieuse dans l'espace républicain – hijab ou niqab, en attendant la burka si rien ne bouge -, le temps de soumettre l’adversaire est venu.


Au préalable, il semble tout de suite nécessaire, dans l’affaire du hijad qui revient sur le tapis – pas Persan en l’occurrence – depuis quelques jours, de distinguer entre  l’affaire du voile intégral et celle du mari supposé polygame et en infraction avec les allocations familiales.


En effet, notre bon Ministre de l’Intérieur, dont j’ai souvent dit tout le bien que j’en pensais sur ce blog, croyant bien faire en en rajoutant une couche, n’a fait qu’ajouter la confusion à un problème complexe.


Alors laissons pour le moment une partie des militants politiques « faire de la politique » : les uns pour agiter leurs épouvantails nationalistes au nom du respect de la dignité de la femme ; et les autres préférant qui, le laisser faire de la tolérance libérale/libertaire d'une liberté d’expression peu responsable ; qui, la défense des malheureuses victimes du complot sexiste, raciste, antimusulman donc anti arabe; expresson d'une rationalité de l'empèchement d'agir sous le voile d'un antisarkozisme radical.


Seconde précaution que je voudrais prendre ici.


Pour certains l’affaire du voile intégral, qui s’est emballée à Nantes après l’établissement d’une amende à 22 euros la semaine dernière contre une femme qui portait le niqab (voile intégral) au volant, est montée en épingle par le gouvernement. Ceci afin de dissimuler (voiler) le désamour qu’il subit dans son électorat et qui le confine dans les abysses statistiques des sondages qui lui servent de boussole ; tout en gardant la main en terme de communication.


Je pense qu’ils ont raison.

 

 

burqak


 

Il importe donc aussi de souligner que le fait d’évoquer ce qui apparaît comme un fait divers anecdotique – une amende à 22 euros - , ne cache en rien les réalités économiques et sociales tragiques auxquelles nous sommes confrontés ; et l’impasse, pour ne pas dire les reculades (Grenelle de l’environnement), dans laquelle se trouve le gouvernement, pour apporter des réponses satisfaisantes et conformes aux attentes des français.


Car ce voile intégral est transparent et ne parvient pas à masquer l’étendue et la profondeur des drames auxquels nous assistons et du désarroi qu’ils engendrent.


Mais cette raison a aussi ces limites.

 

 

Ce qui me gène beaucoup dans le voile intégral,  c’est qu’une femme – contrainte ou pas –,  s’arroge le droit de me regarder dans l’espace public sans que je puisse aussi la regarder. Qu’elle puisse me dévisager en m’interdisant la réciprocité. Arguant de la liberté de conscience, et de son interprétation particulière de la liberté individuelle, elle m’impose une conception religieuse de l’espace public qui m’indispose.


La République respecte les religions  à condition qu’elles s’expriment dans le domaine de la vie privée. Ce faisant, la conduite de cette femme exprime à la fois une atteinte aux valeurs de la République et à ses règles de vie, par la transgression du respect de la neutralité d’un espace public partagé. En affichant sa religion dans la rue, elle franchit la frontière qui sépare la vie privée du domaine public ; et donne à sa tenue vestimentaire le sens symbolique fort de provocation de l’ordre public immatériel, autrement dit des « bonnes mœurs » dans la définition qu’en donne le droit constitutionnel (voir définition dans notre prochaine édition du soir  "Interdiction du voile intégral : soumettre l’adversaire" (2) ).


Cette provocation est aussi une atteinte aux valeurs démocratiques en imposant de fait une vision sectaire, minoritaire pour ne pas dire marginale de la femme – entre 400 et 1900 seraient concernées par cette pratique -, qui est en contradiction/opposition avec la conception de l’Egalité républicaine entre les sexes. Et la soumission volontaire attestée par sa tenue, ne change rien au constat du primat religieux qui veut que cette interprétation là de l’islam signifie son acceptation de son statut d’infériorité par rapport aux hommes.

 

De plus, cette femme, non seulement se donne à connaître par la négation publique de son apparence physique, mais induit paradoxalement l’idée que son corps ne pourrait avoir d’autre signification, dès lors qu’il se situe dans le domaine public, que celui d’un corps désirable pour tous les hommes, qu’il faut leur cacher au nom de sa religion.



Réciproquement, elle me fait donc savoir qu’elle me considère a priori comme quelqu’un du sexe opposé au sens propre du terme. Je me sens devenir danger potentiel, délinquant sexuel par principe, ennemi identifiable par mon genre. A propos et entre parenthèses, ne cherche-telle pas à se protéger aussi du regard des autres femmes ? Je laisse les femmes répondre à cette question.


Ainsi me voilà réduit à mes attributs sexuels par une femme qui peut fort bien me dévisager en tant qu’homme, et qui par le discours assorti à son costume, m’interdit de la voir en tant que femme. Et ce, en raison du fait qu’à ses yeux, je ne serais qu’un mâle susceptible de la désirer sexuellement, que mon regard posé sur elle ne saurait être autre que concupiscence et luxure, dévoilement par le déshabillage du regard, défloration imaginaire…

 

 

Cette idée d’être considéré uniquement en tant que mâle agressif, et non comme une personne à part entière me gène. Je me sens d’abord humain et humaniste et le genre auquel j’appartiens n’est que l’une des catégories qui me définit.


Vade retro, Satanas ! Le voile intégral serait-il autre chose que l’exact contraire, la négation absolue du nu intégral ? C’est la question que posait Guy Carcassonne  dans les Matins de France Culture, le 26 avril dernier.


Or si notre bien à tous, c’est ce qui nous uni par delà nos différences, force est de constater que le voile intégral est une nouvelle différence qui, s’additionnant et se juxtaposant aux autres particularismes, participe de l’affaiblissement de nos valeurs communes du vivre ensemble.


Quelqu’un(e) pourrait-il (elle) rassurer cette femme : lui dire qu’il existe vraiment des hommes qui envisagent la relation avec notre alter ego féminin autrement que par le truchement d’un appendice érectile ; qui savent maîtriser leurs pulsions, et surtout construire des relations d’amitié sans ambigüité et harmonieuses avec de nombreuses femmes.


Et personnellement, moi qui récuse la polygamie et suis fidèle à mon Unique épouse, tout en appréciant la beauté féminine, je me réjouis de ce polycompagnonnage pudique, quotidien, non platonicien mais chaleureux, confiant  et répété avec de nombreuses femmes.


Pour leur bonheur et pour le mien.


Et c’est cette relation fraternelle que cette femme voudrait me refuser  au nom de sa foi ?

 

Mais alors pourquoi faut-il désormais soumettre au lieu de dévier (et de botter en touche) ?


Rappelons- nous que avons déjà connu l’affaire du foulard musulman et que l’apparition du voile intégral est une forme de surenchère et de récidive. Une nouvelle expression de délinquance civile. Jadis les hommes ôtaient leur chapeau pour saluer respectueusement une femme qu’il connaissait lorsqu'il la croisait dans la rue. Aujourd’hui cette femme me dit en silence : «  je fais ce que je veux dans l’espace public, fais ton chemin sans t’occuper de moi, tu n’existes pas pour moi autrement que sous la forme d’un danger».


Si le port du voile intégral est une manifestation d’une pratique fondamentaliste de l’islam exprimant une lecture littérale du Coran, les femmes qui le portent servent aussi, consciemment ou pas, la stratégie des intégristes religieux de tous bords (musulmans, catholiques, juifs...). Car d’autres intégrismes attendent dans l'ombre du voile aussi de pouvoir occuper la rue dans le mépris des autres.


Naïves ou manipulées, asservies ou libres, elles sont observées de près par les mouvances intégristes musulmanes qui instrumentalisent leur foi à des fins politiques et liberticides et ne se contentent pas d’une lecture littérale du Coran.


Le dire c’est simplement prendre acte de cette réalité. Et prendre acte de cette réalité ne signifie pas que je jette l’opprobre ou l’anathème sur l’islam ou toute autre religion. Et encore moins sur les arabes. Parmi mes meilleurs amis je compte plusieurs musulmans d’origines sénégalaise, malienne, un bouddhiste d’origine laotienne, plusieurs femmes juives pratiquantes ou non, des français catholiques pratiquants ou non; et de nombreux immigrés d'origines arabes.

 

Ils sont égaux dans l’amitié que je leur porte.


Je voudrais rendre hommage ici en passant à Abelwahab Meddeb et à son émission " Cultures d'Islam " (le dimanche soir sur France Culture), et je vous renvoie à son dernier ouvrage « Paris de civilisation  ».

 

9782020974653.jpg

 


Ce sont donc bien les responsables de ces mouvances qui participent activement du délitement des valeurs de la République qu’il faut soumettre définitivement avant leur prochaine attaque contre l’ordre public des mœurs républicaines dans les hôpitaux, les piscines et les autres lieux publics.


C’est ce que je pensais encore ce matin en croisant à deux reprises, deux couples : un homme très âgé entièrement habillé comme au pays, suivi trois mètres derrière par une jeune femme au très joli visage sous son élégant et coloré  hiqab. Le second couple, 100 mètres plus haut dans ma rue était plus jeune, habillé de manière identique. Lui devant, elle derrière, sous un noir hiqab.


Ma femme et moi, lorsque nous marchons ensemble dans la rue, nous nous tenons par la main.


Cela dure depuis bientôt quarante ans, et ce n’est pas peur de glisser sur les déjections canines.


Et si je m'aventure à marcher devant, elle me signifie son mécontentement.

 

Autres temps, autres moeurs.

 

J’ai dit


Plume Solidaire


 Guy Carcassonne est Agrégé de droit public, professeur à l'université de Paris X - Nanterre. Ancien conseiller au cabinet du Premier ministre (1988-1991), il est membre du comité de rédaction de la revue Pouvoirs et chroniqueur au Point. Il a été membre de la commission de réflexion sur le statut pénal du chef de l’Etat.

 



Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public
commenter cet article

commentaires

pas cher air max 90 16/03/2011 12:08



so great,thank you for sharing



Plume Solidaire , écrivain public 17/03/2011 16:37



Don't mention it !


So nice


 



Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?