Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 10:00

 

 

Vidéo mise à jour le 8 janvier à 10h45

 

 

 

Havel.jpg

 

 

Le 23 décembre le jour des obsèques de Vaclav Havel, Le Monde publiait un article intitulé : "Vaclav Havel, portrait intellectuel d'un penseur du post-totalitarisme".

 

Quel pourrait être le titre du Monde le jour des obsèques de Nicolas Sarkozy ?

 

"Portrait idéologique d'un agitateur pré-totalitaire"  ? ou "Portrait d'un militant  néo libéral sécuritaire" ? "Portrait d'un artisan du délittement de l'Etat républicain" ? "Portrait d'un démagogue communicationnel" (dixit Marcel Gauchet) ?

 

Ce documentaire exerce la même fonction que celle de la communication sarkozienne : il clive.

 

A l'envers.

 

La charge ne vient pas du terroir métropolitain; elle vient de dehors des frontières, d'observateurs professionnels étrangers dont le métier est de travailler en proximité avec les politiques, en France.

 

Du coup, ceux qui dès 2002, dont je suis, ont pressenti les relents de démagogie sécuritaire du Ministre Sarkozy, puis les ont vus s'épanouir de manière décomplexée par la suite, se sentent aujourd'hui un peu moins étrangers dans leur citoyenneté : dans la profondeur de leur sensibilité républicaine, et dans leur action de Résistance. Bien au-delà des indignations verbales d'ici et si authentiquement courageuses ailleurs.

 

A lire les commentaires qui suivent l'article : il y a les pour Sarkozy, complètement; et les contre Sarkozy, complètement.

 

Ce président nous contraint en permanence à adhérer sans nuance à ses principes, ou à nous y opposer sans nuance. C'est une manière de despote, qui entend rester au-dessus des citoyens en tentant de maîtriser et de rythmer la gestion de l'agenda médiatique.

 

Je partage les réflexions de la presse étrangère concernant tant la personnalité que l'homme politique.

 

Nicolas Sarkozy n'est pas un "fasiste". C'est un enfant qui a grandi dans la pauvreté au milieu d'enfants gâtés. Sans jamais en sortir. Les enfants gâtés veulent souvent soumettre leur entourage pour satisfaire leurs caprices. Nicolas Sarkozy est un l'enfant Roi devenu Président de la République. Son don exceptionnel pour la communication politique (propagande) et son besoin insatiable d'être admiré, l'ont naturellement conduit à s'entourer de soutiens qui le servent avec une admiration sans borne.

 

Mais lui et sa garde rapprochée - sa Garde Nationale(iste) - nous ont déjà en partie conduits à marche forcée, profitant opportunément de l'accélérateur puissant qu'est la phase récente de la crise économique mondiale -  et de la récession qui frappe maintenant à notre porte -, au séparatisme social et économique. 

 

La presse étrangère n'est pas tendre avec lui; et c'est bien tout ce qu'il mérite.

 

Mais elle sait aussi reconnaître ses quelques réussites.

 

Un homme qui m'oblige à partager ses idées, ses conduites, ses décisions, en verrouillant le débat sans laisser d'espace permettant d'influer ses positions, ou m'ignore en me tournant le dos avec mépris, ou encore tente de me rouler dans la farine**, n'est pas inspiré par les principes de la démocratie mais par les techniques de management.

 

Et c'est bien dommage, car cet homme impulsif a aussi mis en oeuvre  quelques réformes de bon sens et d'intérêt général  qui ont porté leurs fruits. Mais elles se noient dans l'océan des promesses non tenues, les échecs des réformes à contresens, les rétropédalages, les scandales, et ces nuages toxiques pour la démocratie française que sont lois électoralistes inspirées par la Droite Populaire.  

 

Sa politique intérieure essentiellement fondée sur les idées et une législation  de pénalisations, de dénonciations de différentes parties de la populations (françaises et étrangères), d'exclusions, de réductions (budgétaires), d'enfermement, d'instrumentalisation*, de manipulations; couvrant la corruption,  les "fromages de la République" et tendant au  népotisme (le "Prince Jean", annulation de la nomination de Dominique Tibéri à Bercy  par le Conseil d'Etat...)...est une tentative de reprise en mains à  coloration autoritaire .

 

Un version française du néo conservatisme américain.

 

Moi aussi j'ai été un enfant gâté.

 

Mais j'ai mal tourné : je veux encore que ça bouge dans le sens du partage et de la solidarité par les actes.

 

Je suis un voyou.

 

Que 2012 nous préserve du mauvais génie des enfants gâtés.


* grève des personnels de sécurité de l'aéroport CDG, génocide des arméniens...


** "Les centristes c'est comme le poisson : ça se pêche, ça se fait rouler dans la farine, (ça se  retourne) et on fait frire !" - Jacques Chirac

 

 

J'ai dit


Plume Solidaire

 

  - - - -

 

Lire les commentaires sur Télé-Loisirs.fr

 

 

« Looking for Nicolas Sarkozy » est un documentaire réalisé par William Karel relatif à la perception internationale de la présidence Sarkozy à travers l'oeil de 18 journalistes étrangers. Il fait couler beaucoup d'encre depuis sa diffusion.


Le documentaire est-il à charge, le principe du contradictoire a -t-il été respecté ?  Chacun se fera sa propre opinion

 

 

Que pensent les journalistes étrangers de notre Président ? Pour le savoir, il faut regarder Looking for Nicolas Sarkozy  (...). Ce documentaire de William Karel propose un regard nouveau sur le Président français. En effet, il ne s'agit pas simplement d'un documentaire sur le Président, mais plutôt sur l'image qu'il renvoie à l'étranger. Ce film tourné grâce à la collaboration de dix-huit journalistes montre ce que représente Nicolas Sarkozy au delà des frontières françaises. Tous en postes à Paris, les reporters interrogés ont une vision ambivalente du chef de l'Etat.



Ce documentaire revient sur plusieurs moments importants du mandat de Nicolas Sarkozy. De la présidence de l'Union Européenne, à la chasse des Roms en passant par sa vie sentimentale mouvementée, le Président fascine et intrigue bien au delà de l'Hexagone.

Documentaire a été diffusé sur Arte le mercredi 21 décembre 2011 à 20h40.

 

 

 

 



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?