Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 17:00

 

Merveilleux film sans temps mort sur la fin de vie et l'euthanasie; interprété par deux acteurs exceptionnels.

 

Pour celles et ceux qui consentent à regarder la mort dans les yeux, dans les yeux de l'autre, et dans le regard intérieur sur soi.

 


 

 

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

 

 

 

             bof 

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Quelques heures de printemps" : prisonniers l'un de l'autre

LE MONDE | 18.09.2012

 

Alain, 48 ans, retourne vivre chez sa mère : il a passé dix-huit mois en prison pour un petit trafic de drogue. De boulots minables en heures perdues, il revient chaque soir dans cet appartement trop propre, où le temps s'est figé : rideaux aux lourds motifs, vieilles casseroles à fleurs, chaque chose à sa place et la télévision allumée. Il revient au lieu mais pas à la mère, avec laquelle il ne s'est jamais entendu. Ils ne savent se dire que des mots trop durs, trop faciles à hurler. Ils ont eu des années pour prendre l'habitude.


Mais Yvette est malade, et les années de cris et de silence se trouvent soudain en miroir, des mois, semaines ou quelques jours peut-être qui lui restent. Est-il trop tard pour se parler ? Est-il trop tard pour le vouloir ? Les regards s'effleurent et s'éloignent, mots tempérés et gestes doux vont au vieux chien, dont ils se disputent le semblant d'amour.


Pour dire ce tragique intérieur, Stéphane Brizé adopte un langage aussi âpre que celui de ses personnages : des dialogues serrés en champ-contrechamp, des plans-séquences exigeant des acteurs que tout l'enchaînement tienne, chaque mot cousu au suivant, chaque expression à l'expression de l'autre. Le film n'est pas long, chaque scène l'est, autant que l'exige la construction de l'implacable échéance : le temps lui-même est long au point qu'on perde l'envie de le rendre vivable à deux, puis s'étrécit, et file soudain comme le sable entre les doigts.


Sur ce fond austère, une infinité de nuances et deux acteurs en grâce. Raidi dans ce grand corps sans adresse, Vincent Lindon semble cacher les mots sous une armure d'airain. En face, la lumineuse Hélène Vincent s'est affaissée, brisée en tics accumulés qui lui cachent le coeur : plus de couleurs sur son visage, plus l'ombre d'un sourire au coin des lèvres. Deux prisonniers qui ne se regardent pas, dont la main se lève parfois malgré eux, comme pour faire signe entre les barreaux. L'envie leur manque plus que le courage. S'il parvient à les presser, le temps filant comme le sable peut leur être un miracle : beau et terrible, à l'image d'une histoire dont on ressort le coeur lourd, et la lumière aux yeux.

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Faby 06/10/2012 12:31


Pour remettre les pieds sur terre, je vais voir le film avec Gégé et Angélique lundi ou mardi soir.


Bises

Faby 06/10/2012 12:13


En effet, un terme du paradoxe est la survalorisation de l'individu et de la responsablité _ individuelle. A quel modèle cela renvoie-t-il ? L'individu est-il une personne ? la GESTION de la mort
à travers la loi est en contradiction avec le choix intime d'un sujet. Qu'en penses-tu ? La liberté est-elle plutôt du côté de la légalité (collectif) ou bien du légitimité (singulière) ?

Plume Solidaire , écrivain public 06/10/2012 14:20



Les obstacles sont probablement à chercher d'une part du côté de la déontologie médicale, les médecins refusant légitimement de donner la mort, et d'autre part du côté de la ou les religions qui
sacralisent la vie et condamnent le suicide.


L'assemblée nationale joue un rôle fondamental dans le vote de la Loi.


Or, à titre indicatif, si le nombre de médecins a un peu diminué dans la présente assemblée nationale (27 + 2 infirmières pour 31 médecins sous la précédente législature) sur 557 députés, leur
influence dans la réflexion demeure importante. Le poids de leur expérience dans le débat et le vote de la loi en fait une minorité influente.


Quant à l'influence des philosophies religieuses ou pas dans la discussion, il est bien diffcile de l'apprécier a priori.


Si on laisse de côté la question du suicide en me limitant à "la mort assistée", je prône pour ma part le principe de la liberté individuelle du choix de la fin de vie. Le problème est de définir
le cadre réglementaire et les conditions dans lesquelles les personnes - nécessairement - volontaires, devront exercer leur activité.


 



Faby 05/10/2012 21:18


Voici un sujet d'actualité. La loi Léonetti est mise en discussion par son auteur-même. Mais quelle société saurait gérer la mort de ses membres ?

Plume Solidaire , écrivain public 06/10/2012 08:57



Il est paradoxal que notre société survalorise la liberté et la responsabilité individuelle et fasse encore obstacle à notre liberté de décider de notre fin de vie.


Bise



Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?