Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 17:00

 

 

♥♥              ah ouais quand même (bien)


 

             bof (pas de billet sur Plumeacide)

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle


 

 

 


Martin est un web-designer solitaire et phobique. Mais il essaie de s'en sortir. Mariana, elle, est perdue. Elle sort d'une relation longue et le désordre de son appartement est à l'image de son état d'esprit. Martin et Mariana habitent la même rue, dans des immeubles l'un en face de l'autre, mais ne se parlent jamais. Ils fréquentent les mêmes lieux mais ne se rencontrent pas. Comment faire connaissance dans une ville - Buenos Aires - de trois millions d'habitants? Pourtant...

 

 

- - - -

 

 

 

Source : çadependdesjours

 

« Ce film argentin se réclame comme étant une comédie romantique et geek. (…) En fait,  Medianeras est super Bobo-hipster, mais en version Amérique latine moderne.  (…) Tous deux vivent dans des appartements, petits et mal éclairés dans un Buenos Aires étouffé et étouffant, se croisant sans se rencontrer, vivant leur vie de merde et nous la racontant chacun leur tour…



Il y a de très bonnes choses dans Medianeras, un fort côté « early Klapish » mais avec le côté latino, un montage et une réalisation assez rythmée même s’il y a de grosses lenteurs, mais nécessaires car représentatives de l’état quasi végétatif dans lequel se trouvent les deux persos durant les saisons qui passent. Martin le développeur de site web reste tout de même une parodie de Geek, et pour un agoraphobe, on remarquera qu’il sort tout de même beaucoup. Marianna quant à elle, est représentative de toute une génération de meufs post 25, qui nourrissent  leurs névroses, car elles n’ont pas réussi à passer le cap de la rupture.



Le succès de ce film tamponné indie movie à mort (dans la musique, l’affiche, les références, la réalisation) l’a certainement été  en festival grâce à l’identification aisée par les 25-30 ans à travers le monde, car même s’il se passe en Argentine, le film est tout de même facilement transposable à pas mal de capitales de pays développés (dont Buenos Aires, la capitale argentine, fait partie, je précise).

 

 

 

 

- - - -

 

 

 

 

Source : L’Express

 


Des cœurs à prendre et des névroses en Argentine.

 


« Un trentenaire barbu persuadé que l'architecture dissonante de Buenos Aires est responsable de tous les maux des citadins, les siens compris. Une belle architecte incapable de construire quoi que ce soit qui se tienne. Deux agoraphobes qui tentent de se soigner à leur manière. Deux âmes sœurs esseulées qui s'ignorent. Et vogue une comédie de société plutôt bien vue sur la recherche de l'autre. S'il pèche par moments par la répétition de ses monologues en voix off, Medianeras s'égaye parfois de quelques astuces graphiques et de mise en scène. Ne lui manquait peut-être qu'un sens du tempo pour coller davantage aux ratés de ces cœurs qui battent. »

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?