Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 18:00

 

 

 

 

 

♥  ah ouais quand même (bien)

 

 

♥               bof (pas de billet sur Plumeacide) 

♥             ah ouais quand même (bien)

♥           top (très bien)

♥        pire que top (trop rare)

♥      des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

Les deux articles ci-dessous disent  mieux que moi ce que je pense de ce film.

 

J'ai pour habitude de fréquenter les MK2 Quai de Seine et Quai de Loire qui ont l'immense avantage de se situer à 20 minutes à pieds de mon domicile. J'ai aussi pour habitude de me tromper de cinéma confondant allègrement l'un et l'autre, et me réjouissant à la perspective de traverser le pont qui enjambe le bassin de la Villette pour rejoindre la "juste salle".

 

J'avais croisé côté Quai de Seine un charmant couple de bobo-beurette-black, qui s'étant probablement trompés eux aussi de cinéma m'ont rejoint par le même itinéraire au MK2 Quai de Loire, où j'ai eu la surprise de les voir s'assoir à côté de moi.

 

Puis pendant toute la durée du film le jeune homme n'a cessé de parler à mi voix à l'oreille de la jeune femme, qui lui répondait  en plongeant de temps à autre la main droite dans un sac de papier pour en extraire quelque victuaille douce en bouche et bruissante en salle. Si bien que, entendant en stéréo la bande son du film et simultanément la voix en mono de mon voisin de plus en pressant avec sa compagne, je me mis à imiter le geste de nos célèbres chanteurs a capella corse, en plaçant ma main gauche sur mon oreille, pour réduire l'effet des distorsions sonores.

 

A la fin de la séance, je ne pus me retenir de m'adresser au couple pour lui dire ceci :

 

- Vous avez papotés pendant toute la durée de la séance et cela m'a dérangé. Vous savez, il peut arriver qu'un film n'intéresse pas un couple de spectateurs ou qu'ils aient plus envie de papoter que de regarder le film. Si vous préférez papoter, je vous conseille à l'avenir  l'excellent bar du ré-de-chaussée. 

 

Le jeune homme surpris  m'a répondu courtoisement :


- MAis Monsieur, il suffisait de nous le dire

 

A quoi j'ai répliqué :

 

- Ce n'est pas moi de vous le dire; c'est à vous de le savoir. C'est une question d'éducation.

 

Sur quoi, il se sont levés et ont quitté la salle.

 

Je n'ai même pas eu le temps de leur souhaiter une bonne nuit.

 

Moralité : évitez de croiser un couple  blanc et noir sur le mauvais côté de la rivière,  c'est  mauvais cygne (black swan)

 

J'ai dit

 

Plume Solidaire


- - - - -

 

 

 

 

 

 

 

 

  Source : L'Express

 

Un choc artistique et émotionnel rare ou un long métrage outré et tape-à-l'oeil, le film de Darren Aronofsky a divisé la rédaction.


 

Toujours aussi audacieux, Aronofsky ose une révision baroque du Lac des cygnes, via le duel entre deux danseuses pour remplacer une star déchue (Winona Ryder, saisissante) dans le rôle central de ce ballet. La première, Nina, est la perfection incarnée mais manque d'aspérité. La seconde, Lily (Mila Kunis, épatante), est maladroite mais sensuelle. Ce combat, vécu à travers les yeux de la danseuse modèle qui perd pied, métamorphose Black Swan en un film d'horreur sur la danse, doublé d'un voyage au coeur de la paranoïa. Comme si, plus qu'un rôle, Lily allait voler à Nina sa vie, jusqu'à la faire disparaître.

 

 

(...)

 

Le cinéma d'Aronofsky ressemble aux corps de ses héroïnes : sculpté mais perclus de douleurs. On souffre, on tremble, on cauchemarde avec Nina jusqu'à un final cathartique, qu'on doit aussi à Natalie Portman. Car Nina est le rôle d'une vie ! Et sa capacité à montrer le doute qui envahit, jour après jour, cette élève si douée tient du génie et de la grâce. Avec un tel atout, Aronofsky clôt avec éclat le diptyque entamé avec The Wrestler : deux parcours sacrificiels de personnages qui poussent leur corps jusqu'à l'épuisement pour la beauté de l'art. Comme une envolée lyrique de Prince répondant à une ballade de Springsteen, Black Swan est un choc artistique et émotionnel rare.  

 

 

- - - - -

 

Source : Rue 89

 

« Black Swan » : Natalie Portman, la plus belle pour aller flipper


 

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?