Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:00

Un film profondément juste et émouvant qui replonge la génération post 68 dans les turbulences, les utopies, les luttes et la volonté de réaliser ses rêves, les bonheurs, les contridictions, les impasses, et les choix propres à cette époque.

 

 

Plume Solidaire

 


♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

             bof 

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

 



"Seul un esthète de la caméra aussi doué qu'Assayas pouvait propulser le spectateur avec une telle vigueur dans le tourbillon du début des années 70. ...Immergé dans une époque que le cinéaste a su magnifiquement capter, le spectateur en ressent l'effervescence."

L'Express

 

 

 

Source : les inrocks 

 

 

Un autoportrait générationnel situé au début des années 70, formidable ode à la jeunesse de tous les temps.


Prequel autant que sequel de son cinglant et concis L’Eau froide, Après mai s’avance a priori comme l’autobiographie d’Olivier Assayas, et le portrait de sa génération. Mais dès lors qu’il y a personnages, comédiens et fiction, peut-on parler d’autobiographie ?


Après mai serait plutôt une représentation, une recréation, une revisite distanciée et recomposée de la jeunesse du cinéaste. Et, disons-le simplement, un film superbe.


Assayas nous embarque au pas de course dans la foulée de Gilles et de ses copains et copines au moment où ils fuient une charge de CRS. On est à Paris, en 1971, mais le phalanstère filmé par Assayas vit et étudie dans une banlieue pavillonnaire bourgeoise – ce qui nous vaut quelques belles séquences suburbaines fleuries et bucoliques.


En ce temps-là, les lycéens sont très politisés, dans le sillage de leurs aînés de 68, et le cinéaste fait revivre avec précision l’ébullition politique de l’époque, les manifs, les collages d’affiches, les distributions de tracts, la surveillance policière dans la ville et disciplinaire au lycée, les divisions entre communistes, trotskistes, maos, anars…


Cette effervescence militante d’une jeunesse qui croyait encore à la révolution se démultiplie au contact de toutes les mutations artistiques et culturelles de ces années-là.


Assayas ne se contente pas de l’évoquer, il l’inscrit dans la matière même de son film, y insérant avec autant de goût que d’intelligence dramaturgique de multiples extraits d’objets culturels vintage des seventies – pas les plus évidents ou rebattus (chansons de Nick Drake, Incredible String Band, Kevin Ayers, citations de Simon Leys, Guy Debord, séquences d’un documentaire militant de Madeleine Riffaud, sans oublier les affiches, fanzines, revues…).

A côté de la politique, de la culture, il y avait aussi les histoires d’amour, sur fond de libération sexuelle, et les voyages, l’envie de voir ailleurs tout en s’approchant de l’idéal internationaliste.


Avec toutes ces pistes, Assayas dessine une carte et un territoire amples et fluides, mis sous tension par une série de dilemmes où s’entrechoquent l’esthétique et l’idéologie, le collectif ou l’individualisme, l’engagement et l’intime, le rock et le gauchisme, l’utopie de transformer la société et le réalisme d’y trouver une place.


Dans ce paysage mouvant, Gilles, alter ego de l’auteur et figure centrale de ce film de groupe, cherche sa place silencieusement, tel un somnambule légèrement déphasé par rapport aux élans de son entourage. Magnifiquement écrit, élégamment et classiquement filmé,Après mai doit énormément à ses jeunes comédiens, tous inconnus (à l’exception de Lola Créton), tous remarquables, tous habités par ce mélange de questionnement, d’anxiété et de gravité qui caractérise les jeunes personnages assayassiens.


Assayas n’aborde pas la jeunesse avec le regard extérieur de l’adulte observant un folklore pittoresque, mais de l’intérieur, comme si ce moment le constituait encore aujourd’hui.


Vers la fin du film, quand la vague utopiste reflue, chacun est sur le sable, face à son destin. Seul ? A deux ? En bande ? Ont-ils plus changé le monde que le monde ne les a changés ? Après mai est un film magnifique sur la jeunesse de 1971 et sur les gens de 20 ans de tous temps

 

 

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?