Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 17:00

 

 

 

Malgré quelques longueurs, le film pose bien la problématique de la double culture dans une tonalité à la fois grave et légère.

 

 

 

 

 

♥♥              ah ouais quand même (bien)

 

 

 


             bof 

♥♥              ah ouais quand même (bien)

♥♥♥              top (très bien)

♥♥♥♥♥             pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥              des comme ça y en a qu'un par siècle

 

 

 

 

 

 

Source : La Croix

 

 

 

« Almanya », histoire d’une famille de l’Anatolie à la RFA

 

Succès du box-office allemand, cette comédie raconte avec tendresse et légèreté l’histoire sur trois générations d’une famille turque installée en Allemagne.


 

ALMANYA **  de Yasemin Samdereli  

 Film allemand, 1 h 41  


Les gens heureux n’auraient pas d’histoire : sur ce principe, le cinéma a plus souvent décrit les heurts avec les populations immigrées qu’il n’a montré les intégrations réussies, que l’on songe à La Désintégration  de Philippe Faucon en février ou à L’Étrangère  de l’Allemande Feo Aladag en 2011. Dans leur scénario, les sœurs Yasemin et Nesrin Samdereli, nées à Dortmund en 1973 et 1979, ont pris le parti d’aborder la rencontre germano-turque sur le ton de la comédie. 


Lors d’un repas de famille, Hüseyin et son épouse Fatma annoncent deux grandes nouvelles à leurs enfants et petits-enfants : ils viennent d’obtenir leur passeport allemand et ont acheté une maison en Turquie où ils veulent emmener leur descendance pour les prochaines vacances. Cenk, 6 ans, interroge alors : « On est turcs ou allemands ? » « Turcs »,  répond son père, le cadet du vieux couple ; « Allemands »,  répond sa mère, blonde comme les blés. Pour tenter d’éclairer l’enfant, sa cousine entreprend de lui raconter l’histoire familiale.


Le récit éclaté, depuis la naissance de l’amour entre Hüseyin et Fatma dans leur village d’Anatolie jusqu’au retour aux sources, se tisse par allers-retours entre passé et présent. Si elle aurait gagné à être resserrée autour de quelques épisodes, cette sympathique comédie ne laisse pourtant pas de place à l’ennui. Une jolie fantaisie colore la narration de la vie de ce Turc arrivé en RFA le 10 septembre 1964, juste après le millionième immigré fêté en fanfare ; une ironie tendre brocarde les travers des Allemands et des Turcs, ainsi que leurs a priori mutuels. 


Loin d’une vision dramatisée de l’immigration


Sur le point de partir en RFA, Fatma hésite, angoissée par les rumeurs qui courent sur les Allemands : ils sont sales, mettent les hommes en croix, ne mangent que du porc, de la chair humaine et des pommes de terre. Près d’un demi-siècle plus tard, c’est elle qui se réjouit le plus de cette citoyenneté allemande. Lors du retour en Turquie, un de ses fils aligne les stéréotypes occidentaux sur son pays d’origine…


Loin d’une vision dramatisée de l’immigration, Almanya  n’évoque pas de jeunes aux comportements asociaux en quête d’identité, ni de crime d’honneur. Il n’aborde guère davantage les difficultés sociales rencontrées par les Turcs. Le racisme n’est montré que brièvement dans une scène qui en dit la bêtise. Reconstituées avec une délicieuse nostalgie dans des couleurs chatoyantes, les années 1960 sont le théâtre d’un choc culturel qui prête à sourire, avec pour la famille de Hüseyin, pêle-mêle, la découverte des chiens en laisse, des « toilettes à l’allemande »,  des rites de Noël. 


La réalisation, enlevée, multiplie les vignettes amusantes : cauchemars hilarants (Hüseyin rêve d’une Fatma devenue allemande vêtue en costume traditionnel bavarois), représentations enfantines imagées (des travailleurs de tous les pays appelés en Allemagne par des voix venues du ciel), recours à un réjouissant faux allemand pour donner aux spectateurs germanophones la sensation d’étrangeté face à une langue inconnue. Toutefois, une chute plus grave apporte une profondeur bienvenue à cette comédie légère et attachante.


Corinne Renou-Nativel 

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?