Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 13:51

Etty Hillesum

Les écrits d'Etty Hillesum - journaux et lettres, 1941-1943

Seuil. Collection Opus - 20 novembre 2008


Etty Hillesum (1914-1943) est entrée sur la scène française il y a plus de vingt ans, avec Une vie bouleversée et les Lettres de Westerbork. Ces fragments de journal et de correspondance ont suffi à rendre inoubliable la figure de cette jeune femme juive d'Amsterdam, morte à Auschwitz à l'âge de vingt-neuf ans. Voici enfin l'intégralité de ses écrits, dont une centaine de lettres.

Ce volume donne une image riche, nuancée et authentique d'une jeune femme d'exception : non pas une sainte étrangère au monde, mais une personnalité audacieuse et libertine, amoureuse de la vie, qui tente de dompter des dons intellectuels et artistiques dont le foisonnement anarchique l'entrave.

C'est aussi un merveilleux journal intime, la chronique minutieuse et inlassable d'une passion, avec ses moments exaltants et ses crises de jalousie, et en contrepoint des tentatives toujours recommencées pour reconquérir un peu de distance et de sérénité.

En outre, ce qu'on n'a jamais dit, Etty Hillesum a beaucoup d'humour et un vrai talent satirique, qui éclate dans le tableau qu'elle brosse de son entourage, même dans les heures les plus tragiques.

Enfin, cette oeuvre nous confronte au mystère d'un cheminement spirituel qui est un refuge sans être un rejet du monde et des hommes, qui semble au contraire être un acquiescement, parfois même un émerveillement, et ce au pire moment de notre histoire.

- 4e de couverture –

 

Daniel Cordier

Alias Caracalla

Gallimard - mai 2009

« Voici donc, au jour le jour, trois années de cette vie singulière qui commença pour moi le 17 juin 1940, avec le refus du discours de Pétain puis l’embarquement à Bayonne sur le Léopold II. J’avais 19 ans. Après deux années de formation en Angleterre dans les Forces françaises libres du général de Gaulle, j’ai été parachuté à Montluçon le 25 juillet 1942. Destiné à être le radio de Georges Bidault, je fus choisi par Jean Moulin pour devenir son secrétaire. J’ai travaillé avec lui jusqu’à son arrestation, le 21 juin 1943. Ces années, je les raconte telles que je les ai vécues, dans l’ignorance du lendemain et la solitude de l’exil. J’ai choisi pour cela la forme d’un "journal", qui oblige à déplier le temps et à fouiller dans les souvenirs. Les conversations que je relate ont pris spontanément la forme de dialogues. Qu’en penser après tant d’années ? J’ai trop critiqué les souvenirs des autres pour être dupe de mes certitudes : là où finissent les documents, commence le no man’s land du passé, aux repères incertains. Mais s’il est dans la nature d’un témoignage d’être limité, il n’en est pas moins incomparable : instantané du passé, il permet de faire revivre les passions disparues. J’ai consacré beaucoup de temps et de soins à traquer la vérité – elle seule donne un sens à une telle entreprise – pour évoquer le parcours du jeune garçon d’extrême droite que j’étais, qui, sous l’étreinte des circonstances, devient un homme de gauche. La vérité est parfois atroce. »

- 4e de couverture –


 

Claire Brière-Blanchet

Voyage au bout de la révolution : de Pékin à Sochaux

Fayard - 4 février 2009

 


La France a échappé au terrorisme qu'ont connu l'Allemagne et l'Italie ; de peu: les " maos ", comme ils se désignaient eux-mêmes, prônaient dans notre pays l'affrontement violent avec le pouvoir et la police, les cadres des usines, les militants du parti communiste. C'est cette radicalité que l'on découvre dans ce récit autobiographique d'une ancienne de la Gauche prolétarienne que dirigeait Benny Lévy, un jeune et brillant philosophe dont le fanatisme ne se démentira jamais, avec aussi Olivier Rolin, Alain Geismar et bien d'autres. Voyage initiatique en Chine, Mai 68, activisme politique à Grenoble, séjours en prison, clandestinité, établissement en usine à Grenoble et à Sochaux, procès internes, Claire Brière-Blanchet a suivi ce chemin extrême jusqu'en 1973. La révolution ne lui a pas pris seulement sa jeunesse, mais aussi sa petite fille Judith. Ce drame scella l'échec de ces années d'ascétisme militant. Claire mettra des années à se reconstruire, et à pouvoir enfin raconter sa saisissante et terrifiante épopée.

- 4e de couverture –

 

Claude Lanzmann

Le lièvre de Patagonie

Gallimard - 12 mars 2009

Dire que Claude Lanzmann a vécu plusieurs existences en une serait à la fois banal et en dessous de la réalité. De cette « vie comme un roman » jaillissent, bien sûr, les épisodes les plus marquants ou les plus connus, comme la réalisation du film Shoah, mondialement connu, ou la rencontre avec Sartre et Beauvoir, et aussi les souvenirs d’une famille radicalement non conformiste et géniale, entre son frère Jacques Lanzmann (notamment parolier de Jacques Dutronc) et sa sœur la comédienne Évelyne Rey, l’évocation de grands reportages sur des affaires tragiques comme le crime du curé d’Uruffe ou plus souriantes comme la liaison entre Yves Montand et Marilyn Monroe, le récit des heures noires de l’Occupation et des combats de la Résistance

Contées dans une prose magnifique et extraordinairement concrète, avec forces détails et précisions quasi cinématographiques, ces mémoires sont à la fois chargées du flot de l’Histoire et d’une foule de micro histoires qui ont cependant, chacune à leur manière, une signification historique. Elles racontent ainsi toute la liberté et toute l’horreur du XXe siècle, faisant du Lièvre de Patagonie un livre unique, qui allie la pensée, la passion, la joie, la jeunesse, l’humour, le tragique.

-Présentation de l'éditeur-

 

 

Dominique Fernandez

Ramon

Grasset - janvier 2009

 


 "Je suis né de ce traître, il m’a légué son nom, son œuvre, sa honte (...). Au centre de ma vie, depuis l’enfance : aimer ce qui est interdit, puisqu’on m’interdisait d’aimer l’objet de mon amour" : ainsi parle Dominique Fernandez de son père Ramon, à l’orée de cette prodigieuse enquête biographique, historique et intime. Le fils cherche à comprendre comment son géniteur effacé aujourd’hui des mémoires, l’un des plus grands intellectuels de son temps, a pu être socialiste à trente et un ans (1925), critique littéraire d’un journal de gauche à trente-huit, compagnon de route des communistes à quarante, fasciste à quarante-trois et collabo à quarante-six. Pour saisir le destin énigmatique de Ramon, Dominique Fernandez tresse serré trois fils.

Celui de l’histoire littéraire – nous voici de plain-pied avec Proust, Gide, Mauriac, Paulhan, Céline, Bernanos, Saint-Exupéry, Malraux, Duras, et tant d’autres ; conviés au comité de lecture des éditions Gallimard, aux réunions de la NRF ; assistant comme en laboratoire à la rédaction d’études et de romans.

Celui de l’histoire politique en France et en Europe – le 6 février 1934, le Front Populaire, la guerre d’Ethiopie, la guerre d’Espagne, celle de 1940, l’Occupation, sont autant d’événements auxquels Ramon est mêlé de près.

Celui de l’histoire privée – comment un play-boy dépensier d’origine mexicaine, coureur, amateur de tango et de Bugatti, fait brièvement le bonheur puis durablement le malheur de la brillante sévrienne, fille d’instituteurs pauvres, qu’il avait épousée en 1926. Fiasco conjugal documenté jour après jour par les carnets intimes de l’épouse souffrante.

Ces trois plans superposés, qui montrent comment les péripéties les plus intimes peuvent couder un destin au temps des secousses historiques les plus profondes, donnent à ce livre toute sa dimension romanesque.

-4e de couverture-




http://www.arenes.fr/spip.php?article1403
Des héros ordinaires –

Eva Joly


Ils viennent de tous les horizons : journalistes, policiers, hauts fonctionnaires, banquiers, simples citoyens.

Leurs noms sont inconnus, mais lorsque vous aurez lu leur histoire, vous ne les oublierez pas. À Paris, Londres, Naples ou Sofia, ils ont découvert le monde caché de la corruption et des manipulations financières. Parce qu’ils se sont opposés au pouvoir, leur vie est devenue un roman noir.

On ne choisit pas de se mettre en danger, il faut du caractère et de l’obstination. Il faut surtout une grande confiance dans la nature humaine : une foi absolue dans l’idée qu’une société peut progresser si les règles sont les mêmes pour tous. De formidables leçons de courage.

Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Bibliothèque et star système
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?