Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 16:10

J’ai réfléchi plusieurs jours avant d’écrire cet article.


D’aucuns et d’aucunes penseront que j’outrepasse les limites de  mon rôle d’écrivain public en faisant la morale à une « victime ».


 

D’autres, peu familiers peut-être avec l’esprit « plumeacide » qui fait fureur sur ce blog, penseront que ce monsieur fait partie des gens qu’il faudrait dénoncer à je ne sais quelle Comité Théodule genre Haute Autorité des Grandes et Petites Vertus Républicaines, que notre Président ne manquera pas de mettre un jour sur pied.


Et en plus j’assume, je persiste, je signe des deux mains et des deux pieds.

 

La démarche –


C’était  samedi dernier.  J’accueille un malien d’une trentaine d’années, résidant en France depuis 1988. Son titre de séjour de 10 ans vient à échéance et doit être renouvelé.


Il vient me faire remplir la page d’un formulaire qui se remplit en un quart d’heure pour un pro de ma pointure.


Le déroulement -


Dans un  premier temps il s’agit de renseigner son identité : pas de problème.


Deuxième temps, ça coince. Il s’agit d’indiquer son statut : célibataire, marié, veuf, concubinage, pacs.


Cela semble très compliqué pour lui, et il ne me répond pas. Alors je lui explique clairement la différence entre un célibataire qui a copine mais qui ne vit pas sous le même toit, du concubinage où l’on vit avec la personne, le mariage, le pacs…


Silence, manifestement ce monsieur ne semble pas bien savoir  comment il vit !


Je lui rappelle qu’il s’agit d’obtenir le renouvellement de son titre de séjour de 10 ans.

 

Je reprends au début : est-ce que vous vivez seul ; réponse : non.


Est-ce que vous avez une copine, une petite amie, une maîtresse ; la réponse est oui.


Est-ce que vous vivez dans le même logement que votre  copine ; la réponse est oui. Donc vous vivez en concubinage : je mets la croix devant « concubinage ». Je le rassure,  c’est pas grave, le concubinage peut être une relation provisoire, cette situation est assez banale sous nos tropiques aussi tempérés que tolérants à toutes les fantaisies de la nature humaine… Un couple en concubinage peut très bien avoir un ou plusieurs enfants, et se séparer ; c’est assez fréquent de nos jours. Et il ajoute avec un petit sourire mi complice, mi gêné qu’il « aimerait bien changer de femme ». Je fais mine de ne pas savoir ce qu’il veut dire par là tout en comprenant qu’il a probablement plusieurs femmes. C'est très courant sous ses tropiques à lui. 


Question suivante du formulaire : l’identité de la concubine.


Et là il me sort un livret de famille de la poche de sa veste. Tiens, tiens pensé-je par devers moi...toi  si tu as un Livret de famille avec ta concubine, c’est que ça doit faire un moment que tu concubines avec.


Je l’attends au tournant de la question suivante : vous avez peut-être eu une petite fille ou un garçon avec elle ? Que je lui fais perfidement, en ajoutant : c’est le formulaire qui demande, ce n’est pas moi.


Et après le Livret de famille, il me sort un document de la CAF sur lequel figure une liste de 6 bambins qui portent tous son nom ; liste que je retranscris soigneusement sur le papier.


Holé ! Je range la muleta, je lève les banderillas et je m’apprête à piquer.


« Ben dites-moi, six enfants avec la même femme, c’est pas un concubinage provisoire, c’est une vraie famille et un foyer que vous avez avec votre compagne ! »


Et là je marche carrément où il faut pas : « Vous savez pour nous français, au-delà de deux enfants on réfléchit parce que l’éducation ça coûte cher, et le moins que l’on puisse dire c’est que par les temps qui courent leur avenir n’est pas assuré. Comment vous pensez  faire vous ? Vous avez les moyens d’élever 6 enfants ? »


Il me regarde stupéfait, il croyait que je serais un bon complice macho ,  appréciant en bon français le vagabondage sexuel, et il tombe sur un os.


Je n’étais pas encore au bout de mes surprises, car il me ressort son Livret de famille pour me montrer le prénom et la date de naissance du petit dernier de l’année arrivé parmi nous en janvier.


Alors j’ajoute : « Votre compagne, avec 7 enfants elle doit peut être avoir envie d’arrêter non ? Est-ce que vous ne pensez-pas que ça serait une bonne chose d’utiliser le préservatif ? »


Et je m’entends dire par ce jeune père fécond : « C’est elle qui ne veut pas que je mette de préservatif ».


Conclusion  : l'estocade


Alors je le regarde bien droit dans les yeux et je lui dis : «  Moi, si j’avais fait comme vous, j’aurais pu avoir 40 enfants, 1 par an depuis l’âge de 20 ans que j’ai une vie sexuelle ! » Et j’ajoute : « les hommes comme vous sont à l’origine de graves problèmes en France, parce que si vous ne vous occupez pas sérieusement de vos enfants ils auront des difficultés d’adaptation scolaire. Et la scolarité est la seule possibilité pour eux de s’intégrer, pour autant que les employeurs acceptent de les embaucher…Et comme vous le savez les français acceptent de moins en moins d’assumer les coûts et les conséquences de l’immigration... »


Il m’écoute, je me lève, l’entretien se termine et sur le pas de la porte il me dit dans un sursaut un tantinet autoritaire :


«  Je reviendrai la semaine prochaine pour faire une demande de logement »

 

Quand je pense que l’Etat accorde des cartes de séjour de 10 ans à ce genre d’individu qui compte sur les deniers publics et la solidarité nationale pour faire vivre son foyer et assurer l’éducation de ses enfants.


Et je ne sais rien du point de vue de sa compagne et de la manière dont il la traite dans l’intimité.


Alors je n’en dirai rien.

 

Et je n'ai pas pu regarder de près le Livret de famille...


Que pense-t-il de cette histoire là choisie au hasard sur le site de RESF ?


Losseni Karamoko est ivoirien. Il est arrivé en France en 2006, fuyant le pays où l’un de ses frères a été assassiné. Sa mère, française depuis des années, l’attendait. Ici, il a retrouvé par hasard Salimata S., une connaissance d’enfance. Salimata a aussi dû fuir la Côte d’Ivoire. Les horreurs qu’elles y a subi lui ont valu le statut de réfugiée en France. Ici, Losseni et Salimata ont fondé une famille. Losseni a reconnu le premier enfant de Salimata, Mamadou, 22 mois. Puis le couple a eu une petite fille, Adja, 5 mois. Les deux petits sont également réfugiés statutaires. Malgré des conditions de vie difficiles, Losseni et Salimata tentaient de se reconstruire et de se forger un avenir.


Mais le 21 janvier, Losseni est arrêté en gare du Nord et envoyé en rétention à Vincennes. Durant 23 jours, tout sera tenté pour obtenir sa libération, pour qu’il retrouve sa femme et ses enfants. En vain. Le 13 février, par ordre du préfet de police, pourtant bien au courant de sa situation, il est expulsé vers Abidjan.


Tout est possible sous le règne du chiffre, y compris le renvoi d’un homme dans un pays où son sort est incertain, laissant derrière lui une femme et deux enfants, réfugiés statutaires, qui ne pourront jamais le rejoindre.Le statut de réfugié interdit à ses titulaires de retourner dans leur pays d’origine.



Alors je l’attends de pied ferme.


J’ai dit !

 

Plume Solidaire

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?