Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Chanter en dansant "je ne suis pas islamophobe ! je ne suis pas islamophobe !", en portant une pancarte qui proclame " Je suis musulman, je suis chrétien, je suis juif, je suis bouddhiste, je suis athée, je suis républicain, je suis français, je suis Charlie", revient à exprimer de beaux sentiments louables.

Mais le destin des voeux pieux, est de se perdre dans les sables.

L'unanimité des valeurs républicaines ne cache-t-elle pas aussi un sursaut identitaire ? 

Cette identité française est-elle profonde ou n'est-elle qu'un vernis, que de nouvelles actions mortifères feront vite craqueler ?

S'agit-il d'ouvrir les bras aux mondes arabes et sahéliens à partir de nos valeurs et de notre culture sans faire un pas dans leur direction ? N'est-ce pas nous aveugler pour nous retrouver déconcertés et déçus de les refermer sur le vide ?

N'est-ce pas encore tenir la posture assimilationniste qui consiste à nous appuyer sur notre identité française pour demander à l'Autre de s'adapter à notre belle civilisation ?

J'ai souvent observé la joie de mes interlocutrices et de mes interlocuteurs lorsque je demandais, à un malien par exemple s'il est originaire de Bamako, de la région de Mopti ou de Kayes. Je ne suis jamais allé à Bamako, à Mopti, à Kayes. Et je n'irai peut-être jamais voir Gao et Tombouctou. Mais mon peu d'intérêt pour la géographie physique, humaine et économique de l'Afrique et des pays du Maghreb dont proviennent la plupart des personnes que nous recevons, suffit pour établir une passerelle qui nous rapproche.

S'intéresser à l'islam d'aujourd'hui tel qu'il fut, tel qu'il est, et tel qu'il pourrait devenir sous le regard de musulmans éclairés, c'est déjà faire un petit pas vers une meilleure compréhension des mondes islamiques, et dans nos relations avec les musulmans dans notre pays.

Nous ne changerons pas les personnes que nous recevons, pas plus que les idéologies identitaires nationalistes françaises et étrangères, mais nous pouvons évoluer dans notre propre représentation de l'islam en nous initiant à ses visages les plus lumineux d'hier et d'aujourd'hui*.

Lire Le dictionnaire amoureux de l'Algérie, ou Sagesses d'islam de Malek Chebel; Les nouveaux penseurs de l'islam de Rachid Benzime, lire les livres de Gilles Kepel - qui avait tout compris avant que le pire n'advienne à nos portes -, et ceux d'Abdennour Bidar, lire les articles de Mohammed Taleb sur Le Monde.fr, les chroniques de Kamel Daoud (impact24.info) menacé de mort, les émissions sur France Culture d'Abdelwahab Medeb qui vient de nous quitter,  la poésie arabe de Khalil Gibran ( Plumeacide : Khalil Gibran - le Prophète)...

Nous français des champs, français des villes, avons tout à apprendre pour aimer les mondes arabes et africains musulmans, et partager nos découvertes avec ces étrangers que nous croisons tous les jours.

Français des cortèges de dimanche dernier, ne voyez-vous pas que les mondes musulmans ne défilaient pas à vos côtés ? Vous êtes-vous demandé pour quelles raisons ?

Car ce dont nous avons peut-être le plus besoin, nous français de souche mondialement connectés et épris de transversalité, de diversité et de mixité, c'est de nous montrer à nous-mêmes notre aptitude à entrer dans ces univers qui nous sont étrangers pour apprendre à les reconnaître, à défaut de pouvoir les connaître.

C'est aussi nous demander, au lieu de savoir ce que nous serions "en droit" d'attendre de nos amies et amies musulman(e)s pour vivre en harmonie les un(e)s avec les autres, comment lancer un pont sur l'écart qui sépare nos civilisations.

A c'est à ce prix (plancher), que nous nous extrairons du moralisme républicain, de notre ethnocentrisme, et de nos pathologies égotistes auxquels nous sommes déjà retournés. 

Le sursaut républicain sans le rebond citoyen de l'action qui s'unit à la pensée pour la matérialiser, n'est qu'un saut dans le vide.

4 millions de voix qui font la clameur publique, ne valent pas 4 millions de livres sur l'islam lus dans le silence de l'intimité avec soi.

 

 

Trois mots-clés pour comprendre le dialogue : 

- Mutazilisme : lmutazilisme, ou motazilisme, est une école de pensée théologique musulmane apparue au viiie siècle. Né en même temps que le sunnisme et le chiisme, mais indépendant d'eux, le mutazilisme disparait définitivement au xiiie siècle, essentiellement vaincu par le sunnisme.

La théologie mutazilite se développe sur la logique et le rationalisme, inspirés de la philosophie grecque et de la raison (logos), qu'elle cherche à combiner avec les doctrines islamiques, pour ainsi montrer une possible compatibilité.

Mohammed Iqba

- Averroès

Al-Ghazâlî

 

* cela me donne in petto l'idée enthousismante d'organiser un cycle de conférences sur l'islam

 

Plume Solidaire

Le Monde des religions

Source: lemondedesreligions.fr

L'acte de philosopher est une injonction coranique - Abdennour Bidar

DÉBAT

Pourquoi l'islam doit philosopher

publié le 17/07/2014

Philosophes spécialistes de la religion musulmane, Souleymane Bachir Diagne* et Abdennour Bidar** insistent sur la nécessité, pour l'islam, de se réapproprier l'exercice de la réflexion philosophique. Pour Le Monde des Religions, ils participent à un débat animé par Fabien Trécourt, capté en vidéo par Philosophies TV.

* Spécialiste de l'histoire des sciences et de la philosophie islamique, Souleymane Bachir Diagne est notamment l'auteur deComment philosopher en islam (ed. Philippe Rey, 2014).

** Philosophe et normalien, Abdennour Bidar est spécialiste des évolutions actuelles de l'islam et des m
utations de la vie spirituelle dans le monde contemporain. Il a notamment publié L'islam sans soumission : pour un existentialisme musulman(Albin Michel, 2008).

Partager cette page

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ecritures publiques et monde arabe

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?