Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:49

♥♥♥♥♥ pire que top (trop rare)

 

 

♥ bof

♥♥ ah ouais quand même (bien)

♥♥♥ top (très bien)

♥♥♥♥♥ pire que top (trop rare)

♥♥♥♥♥♥ des comme ça y en a qu'un par siècle

Source : Télérama

 

Adaptation de L'Hôte d'Albert Camus

(...)

Dans Nos retrouvailles, son premier long métrage, David Oelhoffen détaillait la réunion tourmentée d'un fils trop sérieux et d'un père fantasque. Il filme à nouveau le face-à-face de deux étrangers. Dans cette Algérie qu'il a crue et voulue sienne, Daru n'a jamais été vraiment accepté, sans doute parce que ses parents étaient espagnols. Des « caracoles », comme on les appelait. « Pour les Français, on était des Arabes, se souvient-il, et maintenant, pour les Arabes, on est des Français »...Son prisonnier, lui, vit sur sa terre natale mais, curieusement, semble tout aussi perdu que son gardien. Mohamed (Reda Kateb, une fois encore magnifique) est prisonnier chez lui, esclave de rites et de traditions dont il n'ose se défaire. S'il s'est livré aux Français, c'est pour éviter une guerre de clans meurtrière. Il accepte son sort, il consent à n'être que ce que l'on veut qu'il soit, il accepte de passer pour un lâche, un pusillanime... Le film, c'est donc l'histoire de deux hommes qui, au sens propre pour Mohamed et figuré pour Daru, se redressent. Fidèle non à la lettre mais à l'esprit d'Albert Camus dont il adapte une nouvelle, L'Hôte, le cinéaste les amène, avec une rare délicatesse, jusqu'à un choix inévitable. Et il les laisse, leur dignité enfin acquise, aux portes de leur liberté.

Une liberté curieusement liée à la perte de l'innocence. Pour survivre, Mohamed se résout à trahir les siens. Tandis qu'il s'acharne à le protéger, Daru est forcé de tuer un homme. Et c'est tout son passé qui lui saute soudain au visage, la cruauté qu'il avait cherché, de longues années, à oublier, loin des hommes et de leur violence. Plus tard, il retrouve d'anciens compagnons de combat, des Arabes qui se battaient pour la France, durant la Seconde Guerre mondiale, et qui luttent contre elle, désormais. Horrifié, il voit un officier français (Nicolas Giraud), au mépris des règles de l'honneur, obéir aux ordres et exécuter des rebelles qui s'étaient rendus...

L'échec est là, inévitable, inexcusable. Au fil du périple, on sent le héros prendre conscience d'une faute, à la fois individuelle et collective. Il n'a rien vu venir. La France non plus. Il est trop tard, désormais : l'heure est venue où apprendre à lire à des gamins ne suffit plus. Sans qu'ils s'en rendent vraiment compte, les idéalistes généreux, les héritiers du siècle des Lumières, se sont mués en oppresseurs. En tyrans à dégager d'urgence. C'est cette désillusion, cette lucidité triste qui enveloppe cette fresque lyrique d'une sourde et entêtante mélancolie. — Pierre Murat



 

(...)

 

Dans Nos retrouvailles, son premier long métrage, David Oelhoffen détaillait la réunion tourmentée d'un fils trop sérieux et d'un père fantasque. Il filme à nouveau le face-à-face de deux étrangers. Dans cette Algérie qu'il a crue et voulue sienne, Daru n'a jamais été vraiment accepté, sans doute parce que ses parents étaient espagnols. Des « caracoles », comme on les appelait. « Pour les Français, on était des Arabes, se souvient-il, et maintenant, pour les Arabes, on est des Français »...Son prisonnier, lui, vit sur sa terre natale mais, curieusement, semble tout aussi perdu que son gardien. Mohamed (Reda Kateb, une fois encore magnifique) est prisonnier chez lui, esclave de rites et de traditions dont il n'ose se défaire. S'il s'est livré aux Français, c'est pour éviter une guerre de clans meurtrière. Il accepte son sort, il consent à n'être que ce que l'on veut qu'il soit, il accepte de passer pour un lâche, un pusillanime... Le film, c'est donc l'histoire de deux hommes qui, au sens propre pour Mohamed et figuré pour Daru, se redressent. Fidèle non à la lettre mais à l'esprit d'Albert Camus dont il adapte une nouvelle, L'Hôte, le cinéaste les amène, avec une rare délicatesse, jusqu'à un choix inévitable. Et il les laisse, leur dignité enfin acquise, aux portes de leur liberté.

Une liberté curieusement liée à la perte de l'innocence. Pour survivre, Mohamed se résout à trahir les siens. Tandis qu'il s'acharne à le protéger, Daru est forcé de tuer un homme. Et c'est tout son passé qui lui saute soudain au visage, la cruauté qu'il avait cherché, de longues années, à oublier, loin des hommes et de leur violence. Plus tard, il retrouve d'anciens compagnons de combat, des Arabes qui se battaient pour la France, durant la Seconde Guerre mondiale, et qui luttent contre elle, désormais. Horrifié, il voit un officier français (Nicolas Giraud), au mépris des règles de l'honneur, obéir aux ordres et exécuter des rebelles qui s'étaient rendus...

L'échec est là, inévitable, inexcusable. Au fil du périple, on sent le héros prendre conscience d'une faute, à la fois individuelle et collective. Il n'a rien vu venir. La France non plus. Il est trop tard, désormais : l'heure est venue où apprendre à lire à des gamins ne suffit plus. Sans qu'ils s'en rendent vraiment compte, les idéalistes généreux, les héritiers du siècle des Lumières, se sont mués en oppresseurs. En tyrans à dégager d'urgence. C'est cette désillusion, cette lucidité triste qui enveloppe cette fresque lyrique d'une sourde et entêtante mélancolie. — Pierre Murat



Partager cet article

Repost 0
Plume Solidaire , écrivain public - dans Ciné - Vidéo - Radio
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je ?

  • : Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • Plumeacide, le blog de Plume Solidaire, écrivain public
  • : C'est une histoire de fraternité républicaine et d'amitié avec celles et ceux qui s'embrouillent avec les chiffres et les lettres.
  • Contact

Allo, y a quelqu'un là ?

 
 
 
  un compteur pour votre site  J'ai mis un compteur pour que vous ne vous sentiez pas trop seul(e) dans cet endroit isolé.
 
 
 
Plumeacide poursuit doucement mais sûrement son voyage dans la blogosphère, et va vers son deuxième millionième visiteur ! Mââgique !
 
 
 

  
2 objectifs et 10 règles pour l'écrivain public

Cliquer pour voir le diaporama

 
 
 
 
Bonne visite et à bientôt
espère-je !
 
 

Chercher Un Article ?

Petites conférences...

du petit professeur Plume Solidaire à l'occasion des Journées de formation des écrivains publics

 

 

Réflexion et débat à propos de l'éthique et de la déontologie de l'écrivain public bénévole - article 1 

 

- article 2

 

- article 3

Session du 7 mai 2011 -  Saison I


Rédiger vite et bien

Session du 7 mars 2012 -  Saison II

 

L'intitulé de cette formation est une boutade! Plus sérieusement le contenu propose deux parties:
1ère partie
- L'organisation de l'accueil et du fonctionnement des permanences d'écrivains publics
- L'accueil des usagers et le début de l'entretien
2ème partie
- Les différents types de démarches
- Les étapes des démarches
- La rédacton de la lettre

 

 Orienter les usagers
Session du 23 mars 2013 -  Saison III

Recours - Historique - Note
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Médiateurs et conciliateurs
Session du 1 décembre 2012 -  Saison III

Invalidité et handicap
Session du 2 février 2013 -  Saison III

 
Le logement social à Paris 
Session du 25 janvier 2014 -  Saison IV 

 

Témoignage sur l'expérience de la formation d'AIDEMA19 à la 2ème rencontre entre écrivains publics franciliens

Samedi 14 mars 2015 
 
 

Pourquoi me bouge je ?

Le monde n'est pas
difficile à vivre à cause
de ceux qui font le mal,
mais à cause de ceux
qui regardent
et laissent faire

Albert Einstein

Le Dossier de Monsieur K

 

charlot.jpg

Le Film de l'immigration

  25839 71896

Un film de 40 minutes pour deux siècles d’immigration en France. 

 

Source :

Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Quel temps sur Belleville ?